Changer d'édition

Ping-pong entre les partis belges autour du voile
International 3 min. 14.06.2021
Belgique

Ping-pong entre les partis belges autour du voile

La question est de savoir si la Stib doit faire appel ou non de sa condamnation suite à son refus d’engager une femme qui portait le voile.
Belgique

Ping-pong entre les partis belges autour du voile

La question est de savoir si la Stib doit faire appel ou non de sa condamnation suite à son refus d’engager une femme qui portait le voile.
Photo: AFP
International 3 min. 14.06.2021
Belgique

Ping-pong entre les partis belges autour du voile

Schisme humaniste, tensions au PS, cacophonie chez Ecolo : les signes convictionnels affolent le monde politique.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Après une volée de déclaration en tous sens, les partis politiques belges ont cherché ces derniers jours à resserrer leurs propres rangs face au dossier du «voile à la Stib». Un tribunal a condamné en mai dernier la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (Stib) au motif que cette entreprise publique avait refusé d’engager une femme qui portait le voile. La question de savoir s’il fallait dès lors aller en appel ou, au contraire, modifier le règlement d’ordre intérieur de la Stib pour y autoriser le port des signes convictionnels a tourné à la foire d’empoigne entre les partis, mais aussi en leur sein.


Burqas are displayed at the headscarf exhibition in the Amsterdam Historical Museum February 28, 2006. In December 2005, parliament voted to forbid women from wearing a burqa or any Muslim face coverings in public, justifying the move in part as a security measure. The cabinet is awaiting the results of a study into the legality of such a ban under European human rights laws, before making its final decision. The results are expected in the second half of March 2006. Photograph taken February 28, 2006. To match feature Religion-Dutch-Burqa  REUTERS/Paul Vreeker
Laïcité et religions accaparent la scène politique belge
Des tensions tous azimuts remettent en question le vivre-ensemble à Bruxelles et dans la partie francophone du pays.

Dans la majorité gouvernementale bruxelloise, le parti Ecolo est apparu dans un premier temps comme résolument opposé à un recours en justice et partisan d’accommodements en faveur du port du voile. Mais dans les colonnes du journal Le Soir de ce week-end, son coprésident Jean-Marc Nollet nuance: «Il serait bon d’inscrire la neutralité absolue de l’Etat dans la Constitution: je plaide pour qu’on y inscrive que la Belgique est un Etat neutre et que l’action des agents et des pouvoirs publics est impartiale». Il demande aussi «un nouveau compromis social sur la question». Ce compromis aboutirait à refonder le modèle de société à la belge.

Jean-Marc Nollet ne veut pas qu’Ecolo porte tout le poids de la crise sur le voile. Il vise le président du Parti socialiste (PS) Paul Magnette qui, dit-il en substance, devrait s’inquiéter du désordre qui règne dans son parti.

Désunion du PS

Réponse de Paul Magnette: si Ecolo veut aller en appel, il ne s’y opposera pas. Le socialiste ajoute: «Il y a beaucoup de règles qui ont traduit le principe de neutralité et de laïcité de l’Etat. Mais il reste quelques endroits où la question n’est pas tranchée…». Officiellement, le PS estime que le port des signes convictionnels doit être «interdit dans le secteur public pour tous les agents qui exercent des fonctions d’autorité», c’est-à-dire des fonctions de «décision et de contrainte, et qui sont en contact visuel avec le public». Et pour le reste, pourquoi pas…

Mais ce credo était à peine prononcé que, selon L'Echo, le président de la fédération bruxelloise socialiste Ahmed Laaouej ruait de nouveau dans les brancards. Il ne veut pas d’un recours en justice dans l’affaire de la Stib. Par déduction, il serait donc partisan d’y autoriser le port du voile…

Cette désunion fait l’affaire du président des libéraux francophones (Mouvement réformateur, MR),  Georges-Louis Bouchez. Pour lui, le PS a «définitivement tourné le dos à la laïcité pourtant inscrite dans ses fondements». «Une page se tourne et pas dans le bon sens.»

Dans ce dossier, les libéraux ont le beau jeu. Leur Mouvement réformateur, qui est dans l’opposition à Bruxelles, apparaît comme le garant de la laïcité exclusive aux yeux de l'opinion. A le suivre, les autres partis navigueraient en fonction de leurs convictions, mais aussi de leurs intérêts électoraux, parfois locaux ou régionaux. D’où une cacophonie qui vaudrait aujourd’hui au parti humaniste CDH (ex-Parti social-chrétien) d’être menacé d’un véritable «schisme». D’un côté, ceux qui comme le député Georges Dallemagne mettent en garde contre l’islamisme radical supposément caché derrière le voile. De l’autre, ceux qui comme l’ex-ministre Joëlle Milquet plaident pour des accommodements.


Tom Van Grieken et Bart De Wever
Nouvelle poussée de l’extrême droite flamande
Le Vlaams Belang profite de l’affaire Conings et renvoie les démocrates à la perspective de son accession au pouvoir.

Au final, le président du CDH Maxime Prévot a remis de l’ordre en rappelant les positions du parti sur la neutralité de l’Etat et le port du voile : pas dans les fonctions d’autorité ou au contact des citoyens, mais bien dans le reste de la fonction publique.   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que le gouvernement bruxellois a décidé de ne pas faire appel du jugement condamnant la Stib, cette affaire traduit la difficulté de maintenir la laïcité exclusive partout en Belgique.