Changer d'édition

Bart De Wever s’échauffe en coulisses
International 3 min. 03.12.2019

Bart De Wever s’échauffe en coulisses

Le leader de la NV-A tente de court-circuiter le socialiste wallon Paul Magnette dans sa mission d'information

Bart De Wever s’échauffe en coulisses

Le leader de la NV-A tente de court-circuiter le socialiste wallon Paul Magnette dans sa mission d'information
Photo: AFP
International 3 min. 03.12.2019

Bart De Wever s’échauffe en coulisses

Le nationaliste flamand n’a plus d’autre choix que de tenter de court-circuiter le socialiste francophone Paul Magnette et sa coalition «arc-en-ciel».

De notre correspondant Max Hellef (Bruxelles) - Officiellement, la mission qu’a reçue Paul Magnette consiste à recueillir des informations destinées à préparer la formation du futur gouvernement belge. Dans la réalité, tout laisse à penser que le président du PS a bien l’intention de jeter lui-même les bases d’une coalition qui réunirait les socialistes, les libéraux et les écologistes («l’arc-en-ciel»).

Le grand marchandage qui a commencé chez les libéraux flamands en témoigne. S’ils sont toujours divisés quant à l’opportunité de suivre Paul Magnette, les «bleus» sont loin de lui fermer la porte. Bien sûr, ils exigent qu'aucune décision du gouvernement Michel - auquel ils ont participé pendant quatre ans - ne soit annulée. Et pour le reste, ils font monter les enchères.


Paul Magnette a visiblement pris une orientation plus sociale afin de rassembler autour d'un programme de gouvernement.
Les couleurs de l'arc-en-ciel se profilent en Belgique
Des indiscrétions trahissent le cap pris par l’informateur Paul Magnette, à rebrousse-poil de la politique défendue par la N-VA. Il serait même question de diminuer l'avantage lié à la voiture de fonction, si elle est à moteur thermique.

On sait que Magnette a revu ses propositions pour leur plaire. Moins de social, moins d’écologie et davantage de réalisme économique. Mais encore? Dans les colonnes du Tijd, un libéral donne le ton en paraphrasant le film «Le Parrain»: «C'est à Paul Magnette de nous faire un sacrifice que nous ne pouvons pas refuser».

Ce «sacrifice», Paul Magnette a encore une semaine pour le faire sur l’autel du libéralisme. Au-delà du 9 décembre, il devra sans doute passer la main au leader de la N-VA nationaliste flamande Bart De Wever.

Paul Magnette pousse donc les feux. Samedi dernier, une réunion secrète a eu lieu entre socialistes, libéraux et écologistes du nord et du sud du pays. Dévoilée par la presse, la nouvelle a rendu furieux les chrétiens-démocrates et les nationalistes flamands qui n’avaient pas été invités. Riposte du leader écologiste Jean-Marc Nollet: «Il est quand même normal que des responsables politiques qui veulent trouver des solutions pour donner un avenir à la Belgique se retrouvent autour d’une table de réunion et/ou aient entre eux des contacts divers et variés pour sortir de l’impasse, non?»

«Prêt à prendre l’initiative»

Bart De Wever peste: «Paul Magnette s’est autoproclamé formateur et les partis de l’arc-en-ciel l’ont suivi. Étant donné les exécrables propositions du PS dans les matières socio-économiques et en termes de migration, il me paraît étrange que les libéraux aient embrayé aussi rapidement.»

Les libéraux de l’Open-VLD, il faut le rappeler, gouvernent la Flandre avec la N-VA. D’où le ressentiment de Bart De Wever: «Visiblement, l’Open VLD envisage de faire payer des milliards aux Flamands, de mettre sous pression l’emploi et les entreprises et d’ouvrir le robinet de l’immigration. On a du mal à croire que la base de ce parti suivra sans réagir cette folie qui ne représente qu’un Flamand sur trois, donc une minorité dans la Région qui paie la majeure partie de l’addition.»


Le dialogue entre la NV-A de Bart De Wever et le PS reste compliqué
Jeu d’échecs à la N-VA
Le blocage fédéral met aussi en lumière les divisions qui parcourent en interne le parti de Bart De Wever, entre modérés et radicaux de Theo Francken. Ce, alors qu'un gouvernement flamand est attendu pour ce vendredi.

Bart De Wever l’assure: il est «prêt à prendre l’initiative pour donner forme à la politique dont la Belgique a besoin». Le président de la N-VA peut compter sur l’aide des chrétiens-démocrates flamands pour y parvenir. Le ministre sortant de la Justice, Koen Geens (CD&V) est devenu son meilleur avocat. «J’aimerais convaincre les francophones que la N-VA est aussi incontournable pour les partis flamands que le PS pour les partis francophones. C’est une question de viabilité du pays à long terme», a-t-il affirmé sur RTL-TVi.

Mais d’ici que Bart De Wever prenne les commandes, Paul Magnette aura sans doute réussi à boucler une série de compromis entre les partis de l’arc-en-ciel qui pèseront lourd dans les négociations futures. La partie est loin d ‘être terminée.


Sur le même sujet

Les couleurs de l'arc-en-ciel se profilent en Belgique
Des indiscrétions trahissent le cap pris par l’informateur Paul Magnette, à rebrousse-poil de la politique défendue par la N-VA. Il serait même question de diminuer l'avantage lié à la voiture de fonction, si elle est à moteur thermique.
Paul Magnette a visiblement pris une orientation plus sociale afin de rassembler autour d'un programme de gouvernement.
La mission de Paul Magnette prolongée de deux semaines
En Belgique, l’informateur royal fera un nouveau rapport au roi Philippe le 9 décembre. C'est ce qui est ressorti d’un entretien ce lundi entre le chef de l’État et le chargé de mission. «Il est maintenant plus que temps de réussir», déclare ce dernier.
Prolongé dans sa mission d'informateur royal jusqu'au 9 décembre, le socialiste Paul Magnette constate que les «partis se comprennent beaucoup mieux.»
En Belgique, le Roi déplace le curseur vers la gauche
Une des grandes figures de la gauche en Belgique, le socialiste Paul Magnette, a été chargé mardi par le roi Philippe d'explorer les possibilités de formation d'une nouvelle coalition, dans un pays sans gouvernement de plein exercice depuis décembre 2018.
Le socialiste francophone Paul Magnette, bourgmestre de Charleroi, a accepté cette mission  d'informateur et fera rapport au Roi le 18 novembre
Jeu d’échecs à la N-VA
Le blocage fédéral met aussi en lumière les divisions qui parcourent en interne le parti de Bart De Wever, entre modérés et radicaux de Theo Francken. Ce, alors qu'un gouvernement flamand est attendu pour ce vendredi.
Le dialogue entre la NV-A de Bart De Wever et le PS reste compliqué