Changer d'édition

Avrox réagit à la décision des autorités belges
International 2 min. 25.02.2021

Avrox réagit à la décision des autorités belges

L'armée belge aurait encore 3,5 millions de ces masques en stock...

Avrox réagit à la décision des autorités belges

L'armée belge aurait encore 3,5 millions de ces masques en stock...
Photo : DR
International 2 min. 25.02.2021

Avrox réagit à la décision des autorités belges

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La société "luxembourgeoise" pointée du doigt dans la livraison de masques potentiellement nocifs pour la santé prend acte du choix du ministère de la Santé belge. Elle se dit prête à collaborer à une enquête.

Les 15 millions de masques livrés par Avrox à la Défense belge respectent-ils toutes les réglementations nationales et européennes? Oui, et même «scrupuleusement» assure la société qui les a fournis au gouvernement belge, l'été dernier. Elle vient d'en faire part, dans un communiqué publié quelques heures après que le ministre fédéral de la Santé a recommandé de ne plus utiliser ou commercialiser lesdites protections buccales.


Apotheken dürfen die Masken nicht mehr verteilen.
Les masques Avrox retirés du marché en Belgique
Le ministre belge de la Santé, Frank Vandenbroucke, recommande que les protections fournies par la firme "luxembourgeoise" Avrox ne soient plus distribuées, ni portées.

Par le biais de son agence de communication, la société répond ainsi au choix du ministre Frank Vandenbroucke , et dit «attendre avec impatience les études supplémentaires demandées au Conseil supérieur de la Santé et Sciensano». Ces organismes avaient mis en alerte sur les risques pour la santé de porter les masques tissu en question, sous prétexte qu'il s'en dégageaient des nanoparticules d’argent et/ou de dioxyde de titane, potentiellement nuisibles à la santé. 

Sciensano, par mesure de précaution, invitait donc à ne plus employer les masques Avrox. Notant cependant, «les résultats actuels ne permettent pas d’estimer si ces nanoparticules sont effectivement libérées des masques et dans quelle mesure les utilisateurs y sont exposés». Doute sur lequel Avrox appuie sa défense, ce jeudi. "La méthodologie est encore en plein développement en collaboration avec VITO. Les résultats ne seront cependant pas disponibles à court terme, car nous nous trouvons sur un terrain scientifique encore inconnu", signalaient même les scientifiques.

La firme se dite prête à collaborer aux nouvelles phases de l'étude. Et de s'étonner toutefois que les masques d’Avrox «soient les seuls concernés par cette étude et par la décision du gouvernement, alors qu’une multitude d’autres masques buccaux produits en Europe et partout dans le monde (avec les mêmes composants), qui ont parfois été distribués par des autorités locales, ou qui sont encore toujours vendus dans des commerces et des pharmacies en Belgique, ne le soient pas». 


Avrox à nouveau sur le gril
Après avoir été la cible d'une information judiciaire en fin de semaine dernière, la société luxembourgeoise est accusée à présent d'avoir fourni un mauvais guide d'utilisation du matériel et d'afficher le mauvais logo sur les masques fournis à la Belgique. «Une erreur technique», se défend l'entreprise.

Avrox, ayant agi en tant qu'importateur pour répondre au marché passé par le ministère de la Défense belge, dit s'être ravitaillé «auprès de fournisseurs fabricants qui ont produit des dizaines de millions de masques buccaux similaires à celui livré en Belgique». A en croire la notice fournie avec les masques, il s'agissait de Dong Xuan, producteur établi au Vietnam.

Ces produits n'ont a priori fait l'objet de pareil imbroglio nulle part ailleurs. Mais produits dont la qualité avait déjà fait débat en pleine crise covid...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les protections fournies par la société luxembourgeoise à l'Etat belge contiendraient des particules nocives à la santé. Un chapitre de plus pour ce contrat décidément rocambolesque.
14.02.2021, Niedersachsen, Steinhude: Ein Schild weist auf die Maskenpflicht zur Eindämmung der Corona-Pandemie hin, während Menschen bei Sonnenschein auf dem zugefrorenen Steinhuder Meer unterwegs sind. Foto: Moritz Frankenberg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La ministre de la Santé luxembourgeoise assure qu'aucune obligation du port de ce type de protection n'est pour l'heure envisagée. Mais d'autres parties de l'Europe ont déjà adopté le FFP2 dans leur quotidien.
22.02.2021, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Lehrerin mit FFP2-Maske unterrichtet in einer ersten Klasse an einer Grundschule mit Wechselunterricht. Nach einem zweimonatigen Lockdown haben ab dem 22. Februar in mehreren Bundesländern wieder Schulen und Kitas unter bestimmten Hygienekonzepten geöffnet. So findet an Schulen zum Beispiel Wechselunterricht statt. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La start-up Molecular Plasma Group a trouvé le moyen d'intégrer une fine couche de virucide sur des surfaces à usage unique. Le covid déteste, les soignants apprécient par contre...
MPG Molecular Plasma Group - Marc Jacobs - Foetz -  - 19/02/2021 - photo: claude piscitelli
Au moment où de nouveaux variants plus contagieux du coronavirus se répandent, il devient nécessaire de porter des masques de meilleure qualité, respectant des normes plus strictes, ou à défaut, un masque chirurgical superposé à un masque en tissu, selon de nombreux experts.
(FILES) In this file photo taken on June 16, 2020 Bayern Munich's Dutch forward Joshua Zirkzee (C) and his teammates warm up wearing face masks prior to the German first division Bundesliga football match SV Werder Bremen v FC Bayern Munich in Bremen, northern Germany. - Bayern Munich's young Dutch striker Joshua Zirkzee will be on loan to FC Parma until the end of the season, German club boss Karl-Heinz Rummenigge announced on Febuary 1, 2021. (Photo by Martin MEISSNER / POOL / AFP) / DFL REGULATIONS PROHIBIT ANY USE OF PHOTOGRAPHS AS IMAGE SEQUENCES AND/OR QUASI-VIDEO
La société luxembourgeoise a bien livré les 15 millions de masques attendus par l'Etat belge, mais à quel prix? Polémique sur la nature de la société, retards dans la remise des échantillons comme dans la livraison globale, doutes sur la qualité. Les dirigeants d'Avrox s'expliquent. Enfin.
Daniel Lev, Owner and CEO of the Sion Medical factory, the country's first production line of N95 masks, displays a mask made at his factory in the southern Israeli city of Sderot on, June 15 2020. - Israel said it had opened a factory to make millions of high-spec masks as it prepares for a possible "second wave" of coronavirus cases. "We are preparing for a second wave of the virus," said Defence Minister Benny Gantz, announcing the country's first production line of N95 masks. Gantz said the local production "removes our dependence on foreign factors and contributes to the Israeli economy during a difficult period." (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)