Changer d'édition

«Avanti», pour sortir la Belgique de l'impasse?
International 2 min. 04.09.2020

«Avanti», pour sortir la Belgique de l'impasse?

Par son glissement sémantique de «Vivaldi» à «Avanti», le président du CD&V Joachim Coens entend «aller de l'avant»

«Avanti», pour sortir la Belgique de l'impasse?

Par son glissement sémantique de «Vivaldi» à «Avanti», le président du CD&V Joachim Coens entend «aller de l'avant»
Source: CD&V
International 2 min. 04.09.2020

«Avanti», pour sortir la Belgique de l'impasse?

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Le CD&V est disposé à discuter avec les libéraux, les socialistes et les écologistes en vue de former un nouveau gouvernement fédéral, a laissé entendre jeudi Joachim Coens, le président des chrétiens-démocrates flamands. Ce serait alors sans la N-VA.

Après 460 jours de crise, cet énième épisode dans la saga de la formation d'un gouvernement fédéral sera-t-il le bon? Le virage opéré par Joachim Coens (CD&V) permet enfin d'envisager des négociations. Le président des chrétiens-démocrates flamands a affirmé jeudi qu'il acceptait d'entrer en discussions avec trois autres familles politiques: les socialistes, les libéraux et les écologistes. Cette coalition, jusqu'alors appelée «Vivaldi» a pourtant été rebaptisée par Joachim Coens. Un glissement sémantique tout sauf anodin.

«Il ne s'agit pas de Vivaldi, il s'agit d'Avanti», a-t-il déclaré. «Ce pays doit aller de l'avant! Les gens veulent des solutions. (...) Nous voulons un projet où nous pouvons réaliser nos priorités fondamentales.» Surtout, le chrétien-démocrate flamand considère que le gouvernement ne doit plus nécessairement s’appuyer sur une majorité dans chacun des groupes linguistiques. En d’autres termes, il ne réclame plus la présence de la N-VA - à laquelle il est allié au sein du gouvernement flamand - autour de la table. «Beaucoup de personnes au sein de mon parti ne se retrouvent pas du tout dans la vision de la N-VA», explique Joachim Coens.


Une touche de bleu dans les négociations belges
Les supputations vont bon train autour de la nomination mardi par le roi du libéral flamand Egbert Lachaert. Celui qui passe pour un allié potentiel de la N-VA devra rendre rapport au roi le 28 août.

En réalité,  sans pour autant exprimer un «oui» clair à la Vivaldi, le CD&V accepte de négocier, mais uniquement si certains points de contenu sont pris en considération par les autres formations. Rigueur budgétaire, sécurité, migration et dossiers communautaires pourraient faire partie du menu imposé par le parti. Sans oublier la thématique explosive de l'interruption volontaire de grossesse. Des premières discussions discrètes ont déjà eu lieu entre les quatre familles politiques concernées, dans un esprit qualifié de «constructif» dans l’entourage des négociateurs.

Bref, ce n'est pas gagné d'avance, même si la Première ministre Sophie Wilmès (MR) a déclaré qu'elle «voyait positivement l'évolution des discussions en vue de former un nouveau gouvernement fédéral». «Il ne faut jamais préjuger ce qui va se passer», a-t-elle ajouté. Pour rappel, l'actuel gouvernement minoritaire, dirigé par Sophie Wilmès, est censé redemander la confiance de la Chambre d'ici le 17 septembre. La Première ministre a déjà annoncé qu'elle présenterait sa démission si celle-ci n'était pas renouvelée.


(From L) N-VA chairman Bart De Wever, King Philippe of Belgium and PS chairman Paul Magnette arrive ahead of a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, on August 8, 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La parole est au roi Philippe
La réaction du souverain belge est particulièrement attendue ce lundi face à l'échec patent des négociations gouvernementales. La classe politique retient son souffle.

Le prochain épisode est déjà pour ce vendredi: attendu chez le roi, le chargé de mission royal, l'Open Vld Egbert Lachaert a clairement fait savoir qu'il testait en priorité la formule de coalition dite «Vivaldi», rassemblant les libéraux, les socialistes, les écologistes et le CD&V.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une touche de bleu dans les négociations belges
Les supputations vont bon train autour de la nomination mardi par le roi du libéral flamand Egbert Lachaert. Celui qui passe pour un allié potentiel de la N-VA devra rendre rapport au roi le 28 août.
La parole est au roi Philippe
La réaction du souverain belge est particulièrement attendue ce lundi face à l'échec patent des négociations gouvernementales. La classe politique retient son souffle.
(From L) N-VA chairman Bart De Wever, King Philippe of Belgium and PS chairman Paul Magnette arrive ahead of a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, on August 8, 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La Belgique gèle son déconfinement
Les mesures destinées à assouplir les conditions sanitaires en vigueur dans les secteurs culturel et sportif sont reportées d’une semaine au moins.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes wears a protective face mask following a plaque unveiling ceremony as part of the 60th anniversary of DR Congo's Independence, in Ixelles on June 30, 2020. - Belgium's King Philippe expressed his "deepest regrets" on June 30, 2020, for the harm done during Belgian colonial rule in DR Congo, in a first for his country. Philippe, who has reigned since 2013, made his remarks in a letter to the president of the Democratic Republic of Congo, Felix Tshisekedi, on the the 60th anniversary of Congo's independence on June 30, 1960. (Photo by JOHN THYS / AFP)