Changer d'édition

Aux côtés de Macron: Francophonie: Leïla Slimani veut «déringardiser» le français
Le français pourrait devenir la 2e langue la plus parlée au monde, "si des efforts suffisants sont faits"

Aux côtés de Macron: Francophonie: Leïla Slimani veut «déringardiser» le français

Shutterstock
Le français pourrait devenir la 2e langue la plus parlée au monde, "si des efforts suffisants sont faits"
International 4 min. 14.01.2018

Aux côtés de Macron: Francophonie: Leïla Slimani veut «déringardiser» le français

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Le nombre de francophones devrait quasiment tripler d'ici trente ans dans le monde: la romancière franco-marocaine Leïla Slimani, conseillère d'Emmanuel Macron sur la francophonie, compte accompagner ce formidable élan.

(AFP) - Le nombre de francophones devrait quasiment tripler d'ici trente ans dans le monde: la romancière franco-marocaine Leïla Slimani, conseillère d'Emmanuel Macron sur la francophonie, compte accompagner ce formidable élan et prouver que le français, «ce n'est pas ringard».

«Pour beaucoup de gens, la langue française est considérée comme une langue de boudoir, de lettrés mais pas comme une langue pragmatique, qui sert à trouver du travail», reconnaît la prix Goncourt 2016 pour «Chanson douce», plus prestigieuse récompense littéraire française.

«Le français, c'est cool»  

«Il faut dire que non: c'est aussi une langue de l'entreprise, du travail. Le français, c'est cool», dit-elle, rappelant dans un sourire que «cool» est aujourd'hui «rentré dans la langue française».

Pour réaliser cet ambitieux programme, la jeune et dynamique femme de 36 ans, veut persuader les Français du «potentiel» de leur langue dont le nombre de locuteurs devrait quasiment tripler d'ici à 2050, de 274 millions aujourd'hui à 750 millions, grâce à l'explosion démographique en Afrique.

«Chaque Français doit devenir l'ambassadeur de la francophonie», juge-t-elle. «Il faut faire vivre la francophonie en France», dit-elle, se souvenant de sa consternation quand elle a découvert qu'«énormément de lycéens français sont incapables de citer un auteur issu du monde francophone».

Une langue «extrêmement vivace» à l'étranger

A l'étranger pourtant, la francophonie est «extrêmement vivace», témoigne l'ancienne élève du lycée français de Rabat, venue à Paris pour ses études après avoir vécu au Maroc avec un père marocain et une mère mi-alsacienne, mi-algérienne.

Leila Slimani a remporté le Prix Goncourt 2016
Leila Slimani a remporté le Prix Goncourt 2016
AFP

«En Chine, on ne peut pas imaginer le nombre d'apprenants de la langue française. En Corée, la progression est de 20-30% et des pays d'Afrique anglophone se mettent au français, comme le Ghana et le Nigeria», s'enthousiasme la jeune femme au flot de paroles vif.

Le président français Emmanuel Macron avait déjà souligné lors de son récent voyage en Chine que l'Empire du milieu devait «être une terre de francophonie». Selon l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), environ 120.000 étudiants chinois apprennent le français, y voyant un atout pour faire du commerce avec l'Afrique. 

Priorité à l'éducation dans les pays francophones

Le français «pourrait» devenir la deuxième langue internationale derrière l'anglais. Elle est la quatrième aujourd'hui, devancée par l'espagnol et l'arabe. Mais cela ne pourra être fait que «si les efforts en faveur de l'éducation des pays francophones sont suffisants», avertit dans un épais rapport sur la francophonie le Cese.

Mais cette progression n'est «pas mathématique», avertit Marie-Béatrice Levaux, référente francophonie au Conseil économique, social et environnemental (Cese, qui aide gouvernement et parlement français à écrire les lois).

«Il faut un pilotage politique français plus engagé. Les Etats doivent se mouiller et s'engager sur un programme éducatif», assène Mme Levaux, comptant pour ce faire sur le prochain Sommet de la francophonie, en octobre en Arménie.

«La France doit être à l'avant-garde de l'apprentissage du français», acquiesce Mme Slimani, misant sur le «grand plan pour la langue française» que Macron présentera le 20 mars, lors de la Journée internationale de la francophonie, et qu'il avait déjà esquissé en novembre lors de son discours de Ouagadougou.

Sans bureau ni budget

L'auteure «accompagne» le chef de l'Etat dans la préparation de son plan mais elle a conscience que ses moyens sont limités.

«Je n'ai pas de budget, pas de bureau et je ne suis pas payée. Je ne fais pas partie du gouvernement. Je suis un électron libre», admet-elle, sans pour autant s'en plaindre.

Intellectuelle très en vue en France, Leïla Slimani avait été choisie en novembre pour la seule mission bénévole de représenter le président français à l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), qui regroupe 84 États et gouvernements.

Des regrets sur un ministère de la Francophonie

«C'est une première étape», juge Mme Levaux, qui regrette cependant que le gouvernement Macron n'ait pas créé un ministère de la Francophonie «de plein droit». «Actuellement, les actions en faveur de la francophonie sont dispersées entre les Sports, la Culture, les Affaires étrangères...», explique Mme Levaux. «Il faudrait une meilleure coordination».


Sur le même sujet

Serge Wilmes: «Une partie des 130.000 navetteurs doit pouvoir s'installer en Ville»
«Tous les Luxembourgeois pratiquement ont des liens familiaux et personnels avec la France», assure Serge Wilmes, 36 ans, député CSV et historien. Il a «baigné dans la culture française depuis tout petit» mais comprend bien pourquoi certains Luxembourgeois «n'aiment pas trop parler le français». En cause: «L'enseignement du français à l'école».
Serge Wilmes: «Créer des logements à prix abordable, c'est la première mesure à prendre si on veut améliorer la mobilité».
Roy Reding: «La mixité ne se décrète pas, elle doit se vivre»
Roy Reding ne pratique pas la langue de bois. L'avocat est tête de liste de l'ADR et n'a pas particulièrement d'atomes crochus avec la langue française même s'il lui reconnaît une place de choix dans la société luxembourgeoise. Pour lui, "gouverner, c'est prévoir" et il nous explique comment l'actuelle législature a loupé le coche auprès des Luxembourgeois et des résidents étrangers.
ITV Roy Reding, ADR. Foto:Gerry Huberty
Michel Wolter: «Ce n'est pas une nécessité de revenir au gouvernement»
Le français, langue pivot dans le travail au Luxembourg mais aussi langue en perte de vitesse parmi les Luxembourgeois. Avant les élections législatives d’octobre prochain, nous avons décidé d’interroger les députés sur leur rapport à la langue de Molière, à travers une série d’interviews que nous publierons régulièrement jusqu’à l’été.
Marcel Oberweis: «Faire de la politique, c'est être toujours à la disposition des gens»
Il pense que la voiture électrique est «la» solution en ville. Il est convaincu que «les femmes sont la solution» en Afrique. Il adore lire en français et il ne veut surtout pas «coller» à son siège de député. Eternel boy-scout, c'est un chrétien-social de terrain. A 69 ans, Marcel Oberweis se retire du jeu politique et repart«bousculer le monde». Avec son sourire. Rencontre.
23.1.WO fr / ITV Marcel Oberweis ,Depute CSV / Foto:Guy Jallay