Changer d'édition

«Aucune preuve» de fraude aux élections américaines
International 3 min. 13.11.2020

«Aucune preuve» de fraude aux élections américaines

Selon des médias américains, Donald Trump envisagerait de limoger le patron de l'agence gouvernementale CISA, Chris Krebs, qui s'est efforcé ces derniers jours à rejeter les accusations de fraude électorale de grande ampleur.

«Aucune preuve» de fraude aux élections américaines

Selon des médias américains, Donald Trump envisagerait de limoger le patron de l'agence gouvernementale CISA, Chris Krebs, qui s'est efforcé ces derniers jours à rejeter les accusations de fraude électorale de grande ampleur.
Photo: AFP
International 3 min. 13.11.2020

«Aucune preuve» de fraude aux élections américaines

Des agences américaines chargées de la sécurité des élections ont indiqué jeudi n'avoir «aucune preuve» d'un piratage de la présidentielle, contredisant ainsi Donald Trump, que l'opposition accuse d'empoisonner la démocratie en refusant de reconnaître sa défaite.

(AFP) - «L'élection du 3 novembre a été la plus sûre de l'histoire des Etats-Unis», ont affirmé dans un communiqué commun plusieurs autorités électorales locales et nationales, dont l'agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA), qui dépend du ministère de la Sécurité intérieure. 

«Il n'existe aucune preuve d'un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit», soulignent-elles. «Bien que nous sachions que notre processus électoral fait l'objet de nombreuses affirmations sans fondement et de campagnes de désinformation, nous pouvons vous assurer que nous avons une confiance absolue dans la sécurité et l'intégrité de nos élections», insistent-elles. 

Le président sortant Donald Trump avait relayé quelques heures plus tôt sur Twitter des informations infondées selon lesquelles un système électoral, appelé Dominion, avait «effacé» 2,7 millions de votes en sa faveur à travers le pays et en avait réattribué des centaines de milliers à son rival démocrate Joe Biden en Pennsylvanie et dans d'autres Etats. Selon des médias américains, le milliardaire républicain envisage de limoger le patron de l'agence gouvernementale CISA, Chris Krebs, qui s'est efforcé ces derniers jours à rejeter les accusations de fraude électorale de grande ampleur. 

«Peur de Trump» 

A Washington, seule une poignée d'élus républicains a rapidement reconnu la victoire du démocrate Joe Biden. Mais de nombreux autres sont restés silencieux ou ont soutenu publiquement le président sortant, qui estime que l'élection lui a été «volée», sans éléments concrets à l'appui. 


TOPSHOT - A supporter of US President Donald Trump wears a pin during a protest in front of the residence of Minnesota Governor Tim Walz in St Paul, Minnesota, on November 7, 2020. - Democrat Joe Biden has won the White House, US media said November 7, defeating Donald Trump and ending a presidency that convulsed American politics, shocked the world and left the United States more divided than at any time in decades. (Photo by Kerem Yucel / AFP)
Trump soutenu dans son refus de concéder la défaite
L'influent sénateur républicain Lindsey Graham a encouragé dimanche le 45e président américain à «se battre» en justice pour faire valoir ses droits.

«Les républicains du Congrès sèment délibérément le doute sur nos élections, simplement parce qu'ils ont peur de Donald Trump», a lancé jeudi lors d'une conférence de presse le chef de la minorité démocrate du Sénat Chuck Schumer. «Nous venons de vivre une élection présidentielle clivante et remportée de haute lutte, mais au lieu de rassembler le pays pour que nous puissions combattre notre ennemi commun, le covid-19, les républicains du Congrès propagent des théories du complot, nient la réalité et empoisonnent les fondements de notre démocratie», a-t-il asséné. 

Le refus de l'administration Trump de reconnaître sa défaite - une rupture historique avec les usages traditionnels de la politique américaine - constitue «un risque grave pour la sécurité nationale», ont mis en garde jeudi plus de 150 anciens hauts responsables américains dans une lettre dévoilée par Politico. Parmi les signataires, des deux bords politiques, figurent notamment l'ancien chef du Pentagone Chuck Hagel, un républicain, ou Michael Hayden, ex-patron de l'Agence nationale de sécurité (NSA) et de la CIA. 


TOPSHOT - US President-elect Joe Biden with his wife Jill Biden, alongside family members, salute the crowd on stage after delivering remarks in Wilmington, Delaware, on November 7, 2020, and being declared the winner of the US presidential election. (Photo by Roberto SCHMIDT / AFP)
Victorieux de Trump, Biden se tourne vers la transition
Après avoir célébré samedi son élection, le futur locataire de la Maison Blanche se plonge dimanche dans les préparatifs de son accession à la Maison Blanche avec deux priorités affichées: la lutte contre la pandémie et la réconciliation d'une Amérique divisée.

Ils appellent à ce que Joe Biden puisse avoir accès aux informations «nécessaires pour faire face aux questions urgentes de sécurité nationale, comme le rapport quotidien» que le président reçoit sur les menaces pesant sur les Etats-Unis et dans le monde. Le président élu a reconnu mardi qu'il n'avait toujours pas accès à ces rapports. Cela serait «utile», mais pas forcément indispensable avant son investiture, le 20 janvier 2021, a-t-il nuancé.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Donald Trump limoge le chef de la cybersécurité
Le président sortant a persisté à contester sa défaite à la présidentielle américaine en congédiant mardi le patron de l'agence gouvernementale en charge de la sécurité des élections, qui défend la probité du scrutin.
(FILES) In this file photo US President Donald Trump leaves after speaking during a Make America Great Again rally at Fayetteville Regional Airport November 2, 2020, in Fayetteville, North Carolina. - Two months before he is due to leave office, President Donald Trump asked top aides about the possibility of striking Iran's nuclear facilities, The New York Times reported on November 16, 2020. During a meeting at the Oval Office last November 12, 2020, the outgoing Republican leader asked several top aides, including Vice President Mike Pence, Secretary of State Mike Pompeo and the chairman of the Joint Chiefs, General Mark Milley, "whether he had options to take action against Iran's main nuclear site in the coming weeks," the newspaper said. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Quels scénarios après les contestations de Trump?
Si les démarches n'ont quasiment aucune chance de changer l'issue du scrutin, les premiers recomptages s'annoncent. Jusqu'à quand peut durer cette contestation des résultats? La victoire de Joe Biden pourrait-elle encore être remise en cause? Le point, huit jours après l'élection américaine.
Supporters of US President Donald Trump hold a rally on Veteran's Day in Los Angeles, California, November 11, 2020 (Photo by Frederic J. BROWN / AFP)
La présidentielle US fera l'objet d'une enquête
Le ministre américain de la Justice, Bill Barr, a donné son accord pour enquêter sur d'éventuelles irrégularités lors du scrutin du 3 novembre. Vote dont Donald Trump assure qu'il a été entaché de «fraudes», sans apporter de preuves.
PHILADELPHIA, PA - NOVEMBER 9: A man speaks with supporters of President Donald Trump demonstrating outside of where votes are still being counted six days after the general election on November 9, 2020 in Philadelphia, Pennsylvania, United States. The state was called for former Vice President Biden on Saturday, propelling him past the requisite 270 electoral votes to winning the presidency. With 98% of the ballots reporting, President-elect Biden leads President Trump by 45,595 votes.   Mark Makela/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Victorieux de Trump, Biden se tourne vers la transition
Après avoir célébré samedi son élection, le futur locataire de la Maison Blanche se plonge dimanche dans les préparatifs de son accession à la Maison Blanche avec deux priorités affichées: la lutte contre la pandémie et la réconciliation d'une Amérique divisée.
TOPSHOT - US President-elect Joe Biden with his wife Jill Biden, alongside family members, salute the crowd on stage after delivering remarks in Wilmington, Delaware, on November 7, 2020, and being declared the winner of the US presidential election. (Photo by Roberto SCHMIDT / AFP)
Trump peu à peu lâché par les médias conservateurs
«Fox News» et le «New York Post», deux des principaux médias conservateurs américains contrôlés par le magnat Rupert Murdoch, ont pris, ces dernières heures, leurs distances avec le président américain, une première depuis 2016, et peut-être un tournant.
U.S. President Donald Trump pauses after speaking during a news conference in the Brady Press Briefing Room of the White House in Washington, D.C., U.S., on Friday, May 22, 2020. Trump ordered states to allow churches to reopen from stay-at-home restrictions imposed to combat the coronavirus outbreak, saying he would override any governor who refuses. Photographer: Andrew Harrer/Bloomberg