Changer d'édition

Aucune nouvelle contamination d'origine locale en Chine
International 3 min. 19.03.2020

Aucune nouvelle contamination d'origine locale en Chine

Seuls huit nouveaux décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures en Chine

Aucune nouvelle contamination d'origine locale en Chine

Seuls huit nouveaux décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures en Chine
Photo: AFP
International 3 min. 19.03.2020

Aucune nouvelle contamination d'origine locale en Chine

C'est un cap symbolique: le pays épicentre de l'épidémie annonce ce jeudi zéro nouvelle contamination d'origine locale par le coronavirus. Mais les autorités redoutent désormais les cas importés et a lancé une campagne tous azimuts d'aide internationale.

(AFP) - Car le Covid-19 fait toujours rage à l'étranger, notamment en Europe occidentale, où des pays comme l'Italie, la France ou l'Espagne ont décrété des mesures de confinement pour endiguer la propagation de la maladie. Signe d'une inversion de tendance: davantage de personnes sont désormais mortes en dehors de Chine que dans le pays asiatique - où le nouveau coronavirus est apparu en décembre à Wuhan. Et ce jeudi, pour la première fois depuis le début de l'épidémie, le ministère chinois de la Santé a annoncé zéro nouvelle contamination d'origine locale.

Par ailleurs, seuls huit nouveaux décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, portant le bilan national à 3.245. Mais la Chine fait désormais face à un nouveau danger: les cas importés, dont 34 supplémentaires ont été rapportés jeudi. Ce nombre de personnes contaminées venant de l'étranger est même un record journalier. Il s'agit le plus souvent de Chinois rentrant de pays particulièrement touchés par le Covid-19.

Masques en France

Au total, leur nombre s'élève désormais à 189 dans le pays, qui reste le plus touché au monde par le coronavirus, avec 80.928 personnes contaminées - dont 87% sont guéries. «Nous ne devrions jamais permettre que la tendance positive, obtenue au prix de grands efforts, soit inversée», a mis en garde mercredi le président Xi Jinping, lors d'une réunion du Parti communiste chinois (PCC). Pour éviter que les personnes venant de l'étranger ne relancent une épidémie endiguée sur son sol, la Chine impose désormais une quarantaine à toute personne arrivant dans le pays. A Pékin, elles sont placées pour la plupart dans des hôtels. Celles vivant seules, les plus de 70 ans, les mineurs et les femmes enceintes peuvent toutefois rester chez elles.

Mais la Chine, qui avait tardé à réagir lors de l'apparition du virus à la fin de l'an dernier, souhaite également agir en amont, en aidant les pays les plus touchés à éviter une envolée des contaminations. Elle a ainsi fait parvenir mercredi à la France un million de masques, selon le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Le premier avion, qui s'est posé à Paris, a également apporté des combinaisons de protection et des gants médicaux, a précisé l'ambassadeur de Chine, Lu Shaye.

Alibaba aussi

Une cargaison de 1,8 million de masques destinés à l'Espagne et l'Italie était déjà arrivée en Europe la semaine dernière. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a de son côté annoncé mercredi l'envoi prochain par la Chine d'une grande quantité de fournitures médicales. La livraison de matériel, attendue «bientôt», comprendra 2 millions de masques chirurgicaux, 200.000 masques de type N-95 (qui protègent son porteur d'une contamination), et 50.000 tests de dépistage. L'Italie, pays européen le plus touché, bénéficie depuis plusieurs semaines déjà de matériel et d'experts chinois. Et cet afflux va se poursuivre, a promis lundi Xi Jinping au Premier ministre italien Giuseppe Conte lors d'une conversation téléphonique.

Des spécialistes venus de Chine se sont également rendus dans de nombreux pays hors Union européenne comme l'Iran ou l'Irak. D'autres devraient arriver en Serbie cette semaine. Les autorités sanitaires chinoises partagent également leurs conseils techniques via des visioconférences. Au-delà de l'Etat, le groupe privé Alibaba, géant chinois du commerce en ligne, a envoyé via sa fondation des masques à destination de la France, de l'Espagne et de l'Italie. Pékin cherche à défendre son image écornée lors de l'apparition du virus et s'est dit «indigné» mardi de voir le président américain Donald Trump parler de «virus chinois» au lieu du terme «Covid-19» forgé par l'OMS.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un nombre de morts plus important en Europe qu'en Asie
Le Vieux continent est devenu mercredi le continent avec le plus de mort dus au coronavirus, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de données officielles. Une donnée qui a poussé la présidente de la Commission européenne à juger que les responsables politiques avaient «sous-estimé» l'ampleur du danger.
Casal Palocco hospital Chief Doctor and cardiac surgeon, Antonino Marchese tours on March 18, 2020 the new COVID 3 level intensive care unit for coronavirus COVID-19 cases at the Casal Palocco hospital near Rome, that is to open later March 18. (Photo by ANDREAS SOLARO / AFP)
Un vaccin «efficace» testé sur des humains en Chine
Le pays où est apparu le coronavirus commence à tester sur les êtres humains un vaccin «efficace», indique ce mercredi le ministère de la Défense à Pékin. Il est développé sous la direction de l'épidémiologiste Chen Wei.
Les mesures drastiques se multiplient contre le coronavirus
Les mesures drastiques se multiplient dans le monde pour combattre la propagation du nouveau coronavirus qui fait plonger les Bourses. Le Japon décide de fermer ses écoles et l'Arabie saoudite d'arrêter d'accueillir les pèlerins à La Mecque. L'Italie est devenue un nouveau foyer de diffusion.
Mask-clad commuters make their way to work during morning rush hour at the Shinagawa train station in Tokyo on February 28, 2020. - Tokyo's key Nikkei index plunged nearly three percent at the open on February 28 after US and European sell-offs with investors worried about the economic impact of the coronavirus outbreak. (Photo by CHARLY TRIBALLEAU / AFP)
L'OMS redoute une propagation accrue hors de Chine
Le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus a franchi mardi la barre des 1.000 morts, et pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a dépêché une mission d'experts en Chine, le nombre croissant de cas de transmission hors de ce pays pourrait augurer d'une plus grande propagation de l'épidémie à travers le monde.
Medical personnels wearing protective suits stay near a block's entrance in the ground of a residential estate, in Hong Kong, early on February 11, 2020, after two people in the block were confirmed to have contracted the coronavirus according to local newspaper reports. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)