Changer d'édition

Attentat des Champs-Elysées: conseil de défense ce matin
International 9 3 3 min. 21.04.2017 Cet article est archivé
Un policier tué

Attentat des Champs-Elysées: conseil de défense ce matin

François Hollande, Jean-Pierre Jouyet, Matthias Fekl, Bernard Cazeneuve, Gaspard Gantzer, et Jean-Jacques Urvoas, réunis ce matin
Un policier tué

Attentat des Champs-Elysées: conseil de défense ce matin

François Hollande, Jean-Pierre Jouyet, Matthias Fekl, Bernard Cazeneuve, Gaspard Gantzer, et Jean-Jacques Urvoas, réunis ce matin
AFP
International 9 3 3 min. 21.04.2017 Cet article est archivé
Un policier tué

Attentat des Champs-Elysées: conseil de défense ce matin

Après la fusillade de jeudi soir, François Hollande a «convoqué» un conseil de défense vendredi à 8h00 pour prendre des mesures d'urgence en vue de la tenue de l'élection présidentielle ce dimanche en France.

(ChB avec AFP) - Après l'attentat qui a tué jeudi soir un policier en plein coeur de Paris, sur les célèbres Champs-Elysées, les enquêteurs poursuivent vendredi leur investigations, à deux jours du premier tour de l'élection présidentielle.

François Hollande a «convoqué» un conseil de défense vendredi à 8h00, à l'issue jeudi soir d'une réunion de crise au cours de laquelle le Chef de l'Etat s'est entretenu avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve et les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Matthias Fekl et Jean-Jacques Urvoas.

Au cours de cette fusillade, deux autres policiers ont été blessés, dont l'un grièvement, tandis qu'une touriste a été plus «légèrement» touchée par balle, selon les autorités. L'assaillant a été abattu par la police.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

L'attaque revendiquée par l'EI

L'attaque, qui a eu lieu vers 21H00, a été presque aussitôt revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), à l'origine de la plupart des attentats, parfois de masse, qui ont fait 238 autres morts depuis 2015 en France. «L'auteur de l'attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c'est un des combattants de l'Etat islamique», selon un communiqué publié par son organe de propagande Amaq.

Or, selon des sources proches de l'enquête, l'agresseur abattu est un Français de 39 ans, qui faisait déjà l'objet d'une enquête antiterroriste. Cela pose donc la question de savoir s'il s'agit du même homme que celui donné par l'EI.

«L'identité de l'attaquant est connue et a été vérifiée», a indiqué devant la presse, près du lieu de l'attaque, le procureur de la République de Paris, François Molins. Mais il s'est refusé à la dévoiler, en raison des nécessités de l'enquête ouverte par le parquet antiterroriste.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Un récidiviste condamné à 15 ans de prison en 2005

L'homme était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers et avait été arrêté le 23 février, avant d'être remis en liberté par la justice faute de preuves suffisantes, selon des sources proches de l'enquête. Il avait déjà été condamné en 2005 à quinze ans de réclusion pour tentatives d'homicide volontaire sur un policier, un élève gardien de la paix et le frère de celui-ci, en Seine-et-Marne.

Une perquisition a été menée jeudi soir dans ce département au domicile de l'assaillant, titulaire de la carte grise du véhicule utilisé pour l'attaque. L'homme a semblé avoir agi seul lors de l'agression, et des investigations sont en cours pour établir «s'il a bénéficié ou pas de complicités», a ajouté M. Molins.

Prenant la parole d'un ton grave depuis l'Elysée, François Hollande s'est dit «convaincu» que la fusillade était «d'ordre terroriste», promettant d'être d'une «vigilance absolue» pour sécuriser la présidentielle, dont le premier tour se tient dimanche. Le Chef de l'Etat a annoncé qu'un «hommage national» sera rendu au policier tué.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Les principaux candidats à la présidentielle, qui défilaient sur un plateau de télévision pour un dernier grand oral, ont dénoncé l'attentat et apporté leur soutien aux forces de l'ordre. Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron ont annulé leurs derniers déplacements de campagne prévus vendredi.


Sur le même sujet

Un homme ayant des «problèmes psychiatriques importants» a tué jeudi matin deux membres de sa famille et blessé grièvement une autre personne à Trappes (Yvelines) avant d'être abattu par la police, un acte revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) mais dont les autorités tentaient de déterminer s'il était bien terroriste.
French police officials stand alert as they cordon off a road in Trappes, south-west of Paris on August 23, 2018, following a knife attack. - A man armed with a knife killed his mother and sister and seriously injured another person in a town near Paris, officials said. The man, who police said had been on a terror watch list since 2016, was later shot and killed after confronting police in Trappes. The motive for the violence remains unclear, but the Islamic State group claimed the attack via its propaganda channel. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)
Deux femmes ont été tuées à coups de couteau dimanche gare Saint-Charles à Marseille par un homme qui aurait crié «Allah Akbar» avant d'être abattu par des militaires, conduisant le parquet antiterroriste à se saisir de l'enquête.
A French police officer stands outside Saint-Charles train station in Marseille on October 1, 2017, after a man armed with a knife killed two people before being shot by soldiers patrolling the area. 
French anti-terror prosecutors said on October 1 that they had opened an investigation into a knife attack at the main train station in Marseille which left at least two people dead. / AFP PHOTO / BERTRAND LANGLOIS
François Hollande rend un hommage national mardi, en présence d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, à Xavier Jugelé, le policier tué jeudi lors de l'attentat sur les Champs-Elysées qui a bouleversé la fin de la campagne avant le premier tour de la présidentielle.
A trois jours d'une élection présidentielle placée sous haute surveillance en raison de la menace jihadiste, un policier a été tué et deux autres blessés jeudi soir lors d'une fusillade sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris, dont l'auteur a été abattu.
Police secure the Champs Elysees Avenue after one policeman was killed and another wounded in a shooting incident in Paris, France, April 20, 2017. REUTERS/Christian Hartmann     TPX IMAGES OF THE DAY
La police a interpellé jeudi soir dans l'Essonne trois femmes radicalisées impliquées dans l'enquête sur la voiture contenant des bonbonnes de gaz retrouvée le week-end dernier en plein Paris et qui, selon les autorités, préparaient des actions "violentes" et "imminentes".
Lors de l'opération menée en fin d'après-midi à Boussy-Saint-Antoine, à 25 km au sud-est de Paris, un policier a été blessé d'un coup de couteau à une épaule par l'une des trois femmes.
Une revendication du groupe Etat islamique, un meurtrier avec un passé dans une filière jihadiste: la France était mardi sous le choc d'une nouvelle attaque «terroriste» après le meurtre d'un policier et de sa compagne près de Paris. Une troisième personne a été interpellée et placée en garde à vue.
Police man a roadblock at the scene where a French police commander was stabbed to death in front of his home in the Paris suburb of Magnanville, France, June 14, 2016.   REUTERS/Christian Hartmann