Changer d'édition

Attaques de Paris: Le corps d'un deuxième kamikaze identifié
International 4 8 min. 15.11.2015 Cet article est archivé

Attaques de Paris: Le corps d'un deuxième kamikaze identifié

Le quartier de Molenbeek à Bruxelles, connu pour être une plaque tournante de l'islamisme radical

Attaques de Paris: Le corps d'un deuxième kamikaze identifié

Le quartier de Molenbeek à Bruxelles, connu pour être une plaque tournante de l'islamisme radical
Photo: AFP
International 4 8 min. 15.11.2015 Cet article est archivé

Attaques de Paris: Le corps d'un deuxième kamikaze identifié

Famille d'un kamikaze en garde à vue, voiture retrouvée avec des kalachnikovs, piste belge, un second kamikaze identifié: l'enquête sur les attentats les plus meurtriers de l'histoire en France progresse.

(CR avec AFP) - Famille d'un kamikaze en garde à vue, un second kamikaze identifié, voiture retrouvée avec des kalachnikovs, piste belge: l'enquête sur les attentats les plus meurtriers de l'histoire en France progresse ce dimanche.

"Trois équipes de terroristes" à identifier

Au coeur des investigations, l'identification des membres des "trois équipes de terroristes", évoquées par le procureur de Paris, qui s'en sont pris au Stade de France, au Bataclan et à plusieurs bars et restaurants parisiens.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

L'enquête a mis au jour une piste en Belgique, où trois personnes ont été arrêtées. Parmi elles, l'homme qui avait loué une Polo noire utilisée par les kamikazes et retrouvée garée devant le Bataclan, où s'est déroulée la plus meurtrière des attaques qui ont touché Paris vendredi, avec au moins 89 morts. 

Le corps d'un kamikaze du Bataclan identifié 

Le corps d'un deuxième kamikaze, français selon une source proche de l'enquête, belge selon une autre, qui a été retrouvé dans la salle de spectacles du Bataclan à Paris, a été identifié, a-t-on appris dimanche auprès de ces sources.

Cet homme fait partie d'une fratrie de trois. L'un des frères a été placé en garde à vue en Belgique, avant d'être remis en liberté. Les services antiterroristes sont sans nouvelles du troisième, qui pourrait être l'un des kamikazes ou être en fuite, selon ces sources.

Deux assaillants étaient français et habitaient la Belgique

Deux Français ayant résidé à Bruxelles, dont l'un dans le quartier de Molenbeek, figurent parmi les auteurs des attentats meurtriers de vendredi soir à Paris, et ils sont "décédés sur place", a annoncé le parquet fédéral belge dimanche dans un communiqué.

Par ailleurs, "deux voitures immatriculées en Belgique ont été retrouvées à Paris "par les enquêteurs français, "l'une à proximité du Bataclan et l'autre près du Père Lachaise", explique le parquet. "L'enquête démontre que ces deux véhicules ont été loués en début de semaine dans la région bruxelloise", indique-t-il.

"Une personne ayant loué un de ces véhicules a fait l'objet d'un contrôle à Cambrai le 14 novembre à 9h10 sur l'autoroute A2 en direction de la Belgique. La voiture contrôlée a ensuite été interceptée à Molenbeek-Saint-Jean hier en fin d'après-midi", ajoute le parquet.

Une voiture est saisie par la police belge lors des arrestations samedi à Molenbeek
Une voiture est saisie par la police belge lors des arrestations samedi à Molenbeek
Photo: AFP

Sept interpellations en Belgique depuis samedi

Au total, sept personnes ont été interpellées en Belgique depuis samedi dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats de Paris, précise le parquet. "Certaines d'entre elles pourraient être déférées au juge d'instruction dans les prochaines heures", poursuit-on de même source.

La police belge a également procédé samedi à des perquisitons à Molenbeek. "Les pièces saisies et emportées sont actuellement en cours d'examen", selon le parquet.

Depuis "la première heure, les autorités judiciaires belges et françaises collaborent activement. Pour accélérer l'échange d'information, elles ont décidé de constituer une équipe commune d'enquête. Des enquêteurs français sont actuellement à Bruxelles", indique encore le parquet.

Une partie du commando dans la nature?

L'enjeu est notamment de savoir si ces personnes faisaient partie du commando, dont 7 membres sont morts, ou si une autre équipe est dans la nature.

Des fusils d'assaut kalachnikov ont par ailleurs été découverts dans une seconde voiture, une Seat Leon noire immatriculée en Belgique, utilisée par les assaillants et aperçue sur les lieux de trois fusillades, retrouvée à Montreuil samedi, une commune limitrophe de Paris.

La maison où le premier des terroristes identifiés, Omar Ismaïl Mostefaï, a vécu il y a deux ans à Chartres
La maison où le premier des terroristes identifiés, Omar Ismaïl Mostefaï, a vécu il y a deux ans à Chartres
Photo: AFP

Un Français a participé à l'attaque du Bataclan

Un des assaillants responsables des attaques revendiquées par l'organisation jihadiste État islamique (EI) a été identifié quelques heures après ces attentats, qui ont fait au moins 129 morts et 352 blessés.

Ce Français de 29 ans, Omar Ismaïl Mostefaï, a participé à la prise d'otages sanglante dans la salle de spectacle du Bataclan. Né à Courcouronnes (Essonne), il était fiché pour sa radicalisation islamiste, mais n'avait "jamais été impliqué" dans un dossier terroriste, selon le procureur de Paris, François Molins.

Il fréquentait la mosquée de Lucé, près de Chartres (Eure-et-Loir), selon une source proche de l'enquête. Dimanche, le président de cette mosquée, Abdallah Benali, a assuré qu'il ne le "connaissait pas".

Les enquêteurs tentent de confirmer qu'il a bien séjourné en Syrie en 2014, selon des sources policières.

Photo: AFP

Sept personnes placées en garde à vue 

Condamné à plusieurs reprises pour des délits de droit commun, il n'avait jamais fait de séjour en prison. Il a été identifié par ses empreintes, grâce à un doigt sectionné retrouvé au Bataclan, où se tenait un concert rock lors de l'irruption des jihadistes.

Sept membres de son entourage familial, avec lesquels il ne semblait plus guère avoir de liens, ont été placés en garde à vue, dont son père, un de ses frères et la femme de ce dernier. Leurs domiciles, situés respectivement à Romilly-sur-Seine (Aube) et Bondoufle (Essonne), ont été perquisitionnés samedi soir.

Un passeport syrien retrouvé

Les enquêteurs ont par ailleurs mis la main, près du corps d'un des trois kamikazes du Stade de France, sur un passeport syrien appartenant à un migrant enregistré en Grèce, selon Athènes.

Le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, doit rencontrer dimanche après-midi à Paris son homologue Bernard Cazeneuve, qui a demandé la tenue le 20 novembre d'un conseil extraordinaire des ministres de l'Intérieur de l'UE.

Trois assaillants sont morts au Bataclan, trois autres se sont fait sauter près du Stade de France, où 80.000 personnes, dont le président Hollande, assistaient au match de football France-Allemagne, et un dernier boulevard Voltaire.

Les trois autres attaques ont visé des bars et restaurants, notamment rue de Charonne (19 morts) et rue Alibert (15 morts). Les assaillants ont ouvert le feu à des centaines de reprises.

20 à 30 personnes qui n'ont pas encore été identifiées

 "Il y a eu 103 corps identifiés, il y a 20 à 30 personnes qui n'ont pas été encore identifiées. Elles le seront dans les heures qui viennent", a déclaré dimanche le Premier ministre Manuel Valls, qui a promis la mobilisation des services de l'État pour les familles.

Le chef de l'État a reçu dimanche tous les représentants des partis politiques et doit aussi recevoir les responsables du Sénat et de l'Assemblée et les chefs de partis, avant de s'exprimer lundi devant le Congrès.

Recueillement, en ce premier jour de deuil national

La journée de dimanche est placée sous le signe du recueillement, avec le début d'un deuil national de trois jours. Les cathédrales sonneront le glas et une messe en hommage aux victimes se tiendra à Notre-Dame à 18H30. Une cérémonie de recueillement aura lieu à 20H00 à la Grande synagogue de la Victoire à Paris.

Rue Charonne à Paris
Rue Charonne à Paris
Photo: AFP

Les écoles d'Ile-de-France rouvriront lundi, jour où une minute de silence sera observée à midi partout en France.

La France "frappera" le groupe EI pour le "détruire" 

M. Hollande, qui a qualifié les attentats d'"acte de guerre", a décidé de porter à 3.000 le nombre de renforts militaires déployés sur le territoire. 

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Les renforts supplémentaires des forces de l'ordre dans toute la France seront portés à 10.000 d'ici à mardi soir, a indiqué dimanche à la mi-journée l'entourage de M. Valls.  Sur le front extérieur, la France, engagée militairement en Syrie et en Irak, "frappera" le groupe EI pour le "détruire", a renchéri M. Valls.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Le Pentagone annonce des mesures concrètes contre l'EI

Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense et le chef du Pentagone, se sont mis d'accord sur des "mesures concrètes" contre l'EI a affirmé officiellement le Pentagone.

"Fluctuat nec mergitur"  

En dépit de l'interdiction des manifestations à Paris jusqu'à jeudi, des centaines de personnes se sont rassemblées samedi place de la République, haut lieu de la mobilisation post-Charlie, où la devise de la capitale "Fluctuat nec mergitur" ("Il est battu par les flots mais ne sombre pas") a été peinte en grand.

Dimanche, les alentours du Bataclan étaient toujours bouclés. Des dizaines de passants venaient déposer fleurs, messages ou bougies devant les barrières.

Le symbole de la solidarité exprimée dans le monde entier éclairé par une flamme samedi soir place de la République à Paris
Le symbole de la solidarité exprimée dans le monde entier éclairé par une flamme samedi soir place de la République à Paris
REUTERS

Pour mieux comprendre: le minute par minute

Le New York Times a publié cette

vidéo

reprenant minute par minute ce qu'il s'est passé vendredi soir.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.



Sur le même sujet

Attentats de Paris: Toujours pas de trace de Salah Abdeslam
Deux suspects ont été inculpés lundi à Bruxelles pour terrorisme à la suite des attentats meurtriers de Paris, mais une vaste opération policière dans le quartier de Molenbeek n'a pas permis d'appréhender un suspect clé des attaques, Salah Abdeslam.
Handout picture shows Belgian-born Abdeslam Salah seen on a call for witnesses notice released by the French Police Nationale information services on their twitter account November 15, 2015. Police have identified two more French nationals who blew themselves up in the coordinated attacks in Paris on Friday, the prosecutor said, and also put out a request for a Belgian-born man they warned was dangerous.The two men, aged 20 and 31, were suicide bombers at the Stade de France and at a bar in the 11th district. On their Twitter feed the police said they were also seeking a Belgian-born man, Abdeslam Salah in connection with the attack, describing him "dangerous". REUTERS/Police Nationale/Handout via ReutersATTENTION EDITORS - THIS PICTURE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. THIS PICTURE IS DISTRIBUTED EXACTLY AS RECEIVED BY REUTERS, AS A SERVICE TO CLIENTS. EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. NO SALES. NO ARCHIVES.      TPX IMAGES OF THE DAY