Changer d'édition

Attaque au couteau à Paris: un Luxembourgeois gravement blessé, l'assaillant né en Tchétchénie
International 10 4 min. 13.05.2018 Cet article est archivé

Attaque au couteau à Paris: un Luxembourgeois gravement blessé, l'assaillant né en Tchétchénie

Attaque au couteau à Paris: un Luxembourgeois gravement blessé, l'assaillant né en Tchétchénie

Photo: AFP
International 10 4 min. 13.05.2018 Cet article est archivé

Attaque au couteau à Paris: un Luxembourgeois gravement blessé, l'assaillant né en Tchétchénie

L'attaque au couteau, samedi soir à Paris a été revendiquée par le groupe Etat islamique et a été perpétrée par un Français né en 1997 en Tchétchénie. Il a été abattu par les policiers juste après l'attaque qui a coûté la vie à un passant et fait quatre blessés. Un Luxembourgeois de 34 ans a été grièvement blessé et transporté en «urgence absolue» à l'hôpital parisien Georges-Pompidou.

(MF avec AFP) – Lors de cette attaque au couteau à Paris, peu avant 21 heures rue Monsigny, près de l'Opéra, un passant, âgé de 29 ans, a été tué et quatre personnes blessées par un homme armé d'un couteau qui a crié «Allah Akbar», selon des témoins. Les blessés sont hors de danger, a indiqué dans la nuit de samedi à dimanche le ministre de l'Intérieur français, Gérard Collomb.

Un citoyen luxembourgeois de 34 ans, grièvement blessé a été transporté en «urgence absolue» à l'hôpital parisien Georges-Pompidou et une femme de 54 ans a aussi été grièvement blessée. Une femme de 26 ans et un homme de 31 ans l'ont été plus légèrement.

«La personne la plus grièvement blessée (...) va mieux», elle «a été opérée et donc aujourd'hui elle est sauvée», s'est réjoui dans la nuit Gérard Collomb, qui s'est rendu au chevet du citoyen luxembourgeois à Georges-Pompidou. Ses jours ne sont pas en danger, son état de santé est stable a indiqué ce dimanche matin le ministère des Affaires étrangères luxembourgeois. Les autorités françaises ont informé l'ambassade de Luxembourg à Paris et le Ministère au cours de la nuit. Le Premier ministre, Xavier Bettel a réagi ce dimanche matin via twitter:

«Deux de ses amis sont dans un autre hôpital, ils sont totalement hors de danger. Une quatrième personne qui avait été blessée est aussi hors de danger», a ajouté Gérard Collomb. Le ministre a tenu à «saluer (la) mémoire» du jeune homme qui «a perdu la vie».

L'assaillant «est un Français né en Tchétchénie en 1997. Son père et sa mère ont été placés en garde à vue dimanche matin», a déclaré à l'AFP une source judiciaire. «Il n'avait pas d'antécédent judiciaire», a-t-elle ajouté.


Attaque au couteau: l'assaillant est fiché S, ses parents en garde à vue
L'auteur de l'attaque au couteau revendiquée par le groupe Etat islamique, qui a tué un passant samedi soir à Paris, est un Français de 20 ans né en Tchétchénie, qui était fiché S, et dont les parents ont été placés dimanche en garde à vue.

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui a frappé plusieurs fois la France depuis 2015, a rapidement revendiqué l'attaque. «L'auteur de cette attaque au couteau à Paris est un soldat de l'Etat islamique», a déclaré une «source sécuritaire» à Amaq, l'agence de presse de l'EI.

«La France paye une nouvelle fois le prix du sang mais ne cède pas un pouce aux ennemis de la liberté», a réagi le président Emmanuel Macron sur Twitter. Le Premier ministre Edouard Philippe a salué «l'exceptionnelle réactivité des forces de police», dont l'intervention en quelques minutes a permis d'éviter «un bilan plus lourd».

La jeunesse à nouveau frappée

L'agression a eu lieu rue Monsigny, dans le IIe arrondissement, en plein coeur de Paris, près de l'Opéra, un quartier touristique de bars, restaurants et théâtres très fréquenté le samedi soir. «A ce stade et sur la foi d'une part de témoignages faisant état du fait que l'agresseur a crié "Allah Akbar" en attaquant les passants au couteau», et «compte tenu du mode opératoire, nous avons saisi la section antiterroriste du parquet de Paris», a déclaré le procureur de la République François Molins.

Un policier a fait usage d'un pistolet à impulsions électriques pour maîtriser l'assaillant, qui avait menacé les forces de l'ordre. Puis un deuxième fonctionnaire de police lui a tiré dessus à deux reprises, le blessant mortellement, selon une source policière.

«C'est à nouveau la jeunesse de France qui est frappée», a-t-il relevé, deux ans et demi après les attentats sanglants du 13 novembre 2015, au Bataclan et sur des terrasses des Xe et XIe arrondissements de Paris.

Près de l'Opéra, les témoins racontaient la panique qui a saisi ceux qui passaient la soirée dans le quartier. «On a entendu deux coups de feu, on ne savait pas ce que c'était, on a vu des gens partir en courant et on est partis en courant aussi», a raconté Sébastien, qui se trouvait à la terrasse bondée d'un café avec deux amis. «On a croisé quelqu'un qui sortait de l'immeuble et qui a dit avoir vu l'assaillant égorger quelqu'un. Des gens se sont réfugiés dans le bar», a ajouté son ami Maxime.

«Représailles»

«Ce soir, notre ville a été meurtrie», a dit la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui s'est rendue sur place. «Une attaque lâche et barbare qui ne peut se réclamer d'aucune religion et que nous condamnons fermement», a abondé la grande mosquée de Paris. Cette attaque intervient alors que la France vit sous une constante menace terroriste.

La dernière attaque meurtrière, le 23 mars à Carcassonne et à Trèbes (sud-est), avait porté à 245 le nombre de victimes tuées dans les attentats sur le sol français depuis 2015. Des attaques ont déjà été menées au couteau, notamment à Marseille en octobre 2017. Particulièrement visée, la France fait partie de la coalition militaire internationale intervenant en Syrie et Irak contre l'EI. Dans sa revendication, l'EI affirme que l'assaillant de Paris a agi «en représailles envers les Etats de la coalition».


Sur le même sujet

Un homme ayant des «problèmes psychiatriques importants» a tué jeudi matin deux membres de sa famille et blessé grièvement une autre personne à Trappes (Yvelines) avant d'être abattu par la police, un acte revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) mais dont les autorités tentaient de déterminer s'il était bien terroriste.
French police officials stand alert as they cordon off a road in Trappes, south-west of Paris on August 23, 2018, following a knife attack. - A man armed with a knife killed his mother and sister and seriously injured another person in a town near Paris, officials said. The man, who police said had been on a terror watch list since 2016, was later shot and killed after confronting police in Trappes. The motive for the violence remains unclear, but the Islamic State group claimed the attack via its propaganda channel. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)
Un homme de 33 ans, qui avait prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI) dans une vidéo, a été mis en examen et écroué samedi pour un projet d'attentat, illustrant la persistance d'une menace jihadiste venue de l'intérieur.
Inconnu des services et a priori sans antécédents judiciaires, l'homme, dont les cibles potentielles n'ont pas été identifiées, a été arrêté mardi dans le Gard.
De nombreuses attaques depuis janvier 2015
L'attentat qui a fait au moins 70 morts jeudi soir à Nice survient après plusieurs attaques commises ou déjouées en France depuis les attentats islamistes de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et le supermarché Hyper Cacher (17 morts).
Moins de quatre mois après les attaques jihadistes de Paris, les autorités françaises affirment avoir "évité" un attentat "imminent" contre "une ou deux églises" en arrêtant, fortuitement, un homme par ailleurs soupçonné d'être impliqué dans le meurtre inexpliqué d'une jeune femme en banlieue parisienne.
Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le 16 avril 2015, à Lempaut, dans le sud de la France