Changer d'édition

Asselborn prêt à défendre la Place face à la City
International 13.12.2019 Cet article est archivé

Asselborn prêt à défendre la Place face à la City

Le ministre des Affaires étrangères rappelle que le Brexit peut menacer la Place luxembourgeoise.

Asselborn prêt à défendre la Place face à la City

Le ministre des Affaires étrangères rappelle que le Brexit peut menacer la Place luxembourgeoise.
Photo: Anouk Antony
International 13.12.2019 Cet article est archivé

Asselborn prêt à défendre la Place face à la City

Le ministre des Affaires étrangères considère le résultat des élections britanniques comme un «signal clair».

«Non surprenants»: voilà comment le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois a qualifié, ce vendredi au micro de RTL Radio, les résultats des élections législatives en Grande-Bretagne. Et Jean Asselborn (LSAP) de commenter : «Les Britanniques prennent au sérieux le slogan des conservateurs "Let's do Brexit"». 

Pour le chef de la diplomatie, la question intéressante qui se pose à présent est de savoir si le retrait de la Grande-Bretagne de l'UE doit vraiment se faire aussi rapidement et sans heurts, comme Boris Johnson l'avait promis pendant la campagne électorale. Une certitude : l'article 50 entrera bien en vigueur le 31 janvier, signifiant le retrait possible du pays de l'UE.


TOPSHOT - The broadcaster's exit poll results projected on the outside of the BBC building in London shows Britain's Prime Minister Boris Johnson's Conservative Party predicted to win 368 seats and a majority (L) and Jeremy Corbyn's opposition Labour Party to win 191 seats, as the ballots begin to be counted in the general election on December 12, 2019. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Boris Johnson et les pro-Brexit gagnent les élections
La Grande-Bretagne quittera bien l'UE le 31 janvier 2019. Les électeurs ont donné au Premier ministre une éclatante victoire aux législatives après plus de trois ans de divisions et de psychodrame autour de cette sortie.

«Les conservateurs subissent des pressions parlementaires pour le faire. Les négociations en vue d'un accord de libre-échange avec l'UE devraient donc commencer avant le 1er juillet», estime Jean Asselborn. En cas de succès, un accord pourrait alors entrer en vigueur le 1er janvier 2021. 

Face à cette période de négociation très courte, le ministre des Affaires étrangères rappelle qu'il faudra tout de même encore que la majorité des États membres de l'UE approuvent cet accord au Parlement. «Cela aussi n'est pas facile, comme nous l'avons vu lors des négociations sur l'Accord de Ceta avec le Canada. En cas de problème, des dispositions transitoires provisoires sont également possibles».

 Le point positif du résultat des élections législatives que retient le Luxembourgeois est le fait qu'il y a maintenant plus d'assurance dans la planification. Le résultat ne devrait pas être remis en question en principe. L'UE doit donc maintenant se concentrer sur l'élaboration de ses futures relations avec la Grande-Bretagne. 


Les expatriés britanniques semblent majoritairement anti-Brexit et attendent le scrutin de jeudi avec appréhension.
Le blues des Britanniques du Grand-Duché
Appelés aux urnes ce 12 décembre pour élire leurs nouveaux députés, les près de 7.000 ressortissants du royaume ne sont pas enthousiastes. La frustration règne après trois années de débat autour de la place du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Pour le Luxembourg, le Brexit représente encore bien un danger pour la Place financière : «Nous devons maintenant veiller à ce qu'aucune distorsion de marché ne se produise et que la City de Londres respecte les règles du jeu».



Sur le même sujet

Il règne une certaine tension entre le Royaume-Uni et l'Union européenne à la veille de la reprise de négociations sur leur relation post-Brexit. Boris Johnson menace de claquer la porte mi-octobre et il pourrait, selon le Financial Times, revenir sur certains engagements passés.
ARCHIV - 17.05.2014, Belgien, Brüssel: Menschen spiegeln sich in einem Fenster mit einer europäischen Flagge im Europäischen Parlament. (Illustration zu dpa "EU-Einreisebeschränkungen sollen für viele Länder bestehen bleiben") Foto: Olivier Hoslet/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Ce 12 décembre constitue une date importante dans l'histoire du Royaume-Uni puisque les quelque 45 millions d'électeurs devront déterminer s'ils désirent mettre en oeuvre le Brexit au 31 janvier, comme souhaité par Boris Johnson, avoir recours à un nouveau référendum ou trouver une autre voie.
A resident arrives to cast his vote at a polling station in Rotherwick as Britain holds a general election on December 12, 2019. (Photo by Adrian DENNIS / AFP)
Ministre des Affaires étrangères depuis 2004, Jean Asselborn (LSAP) assure n'être «ni fatigué, ni dégoûté» par son métier. Au contraire, il relève au quotidien les défis de la montée du populisme de droite en Europe, du Brexit et de la nouvelle Commission européenne.
Jean Asselborn s'inquiète de la montée du populisme de droite en Europe
Programmé le 29 mars, le Brexit est dans l'impasse. Ce lundi, Michel Barnier, négociateur de l'Union européenne pour le Brexit, sera au Luxembourg pour un échange de vues avec Xavier Bettel, puis les députés. Que sait-on, à ce stade, sur les effets du Brexit au Luxembourg?