Changer d'édition

Asselborn juge inutile un boycott des Jeux olympiques
International 2 min. 13.12.2021 Cet article est archivé
Diplomatie

Asselborn juge inutile un boycott des Jeux olympiques

La question s'était déjà posée voici treize ans, et le ministre des Affaires étrangères était déjà contre ce type d'attitude.
Diplomatie

Asselborn juge inutile un boycott des Jeux olympiques

La question s'était déjà posée voici treize ans, et le ministre des Affaires étrangères était déjà contre ce type d'attitude.
Photo : Anouk Antony
International 2 min. 13.12.2021 Cet article est archivé
Diplomatie

Asselborn juge inutile un boycott des Jeux olympiques

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Luxembourg n'entend pas suivre la trace de l'Australie, du Royaume-Uni et des Etats-Unis qui ne comptent pas envoyer de représentants gouvernementaux aux JO d'hiver à Pékin. En cause les entorses aux droits de l'homme commises en Chine.

(avec AFP) - L'histoire a parfois tendance à bégayer. Ainsi, en 2008, les JO devaient se tenir en Chine. Et déjà, il était question pour certains Européens de boycotter l'événement. Treize ans plus tard, c'est au sujet des Jeux olympiques d'hiver confiés à Pékin pour 2022 que la polémique renaît. Et alors qu'Etats-Unis, Australie et Royaume-Uni ont déjà lancé un appel aux autres nations «à un boycott diplomatique», pas simple de trouver une position commune en Europe.


BEIJING, CHINA - FEBRUARY 26:  People wear protective masks as they walk front the logos of the 2022 Beijing Winter Olympics at Yanqing Ice Festival on February 26, 2021 in Beijing, China. The Festival comes at the final day of the Chinese Lunar New Year celebrations. (Photo by Lintao Zhang/Getty Images)
Trois Luxembourgeois visent les JO de Pékin
En slalom, en géant ou en skeleton, il reste encore des chances pour des sportifs du Grand-Duché de participer aux Olympiades d'hiver qui débutent en février 2022. Mais rien n'est fait pour l'heure.

Pour Luxembourg (comme en 2008), c'est toujours le socialiste Jean Asselborn qui dirige la diplomatie. Et comme en 2008, la position du ministère des Affaires étrangères n'a pas varié. Pas question de reprocher à la Chine son attitude face au Tibet en procédant par la non-venue de représentants des pays participants, qu'ils soient représentants du gouvernement ou sportifs. 

Ainsi, le Luxembourg rejoint la position exprimée par le président français. Ainsi, Emmanuel Macron a-t-il jugé qu'un boycott purement diplomatique serait «une mesure toute petite et symbolique». Et Jean Asselborn de compléter l'opinion du Grand-Duché par ces mots : «Les Jeux olympiques sont toujours politiques, il n'y a pas de JO politiquement neutres. En tant que citoyen européen, je me demande s'il est juste d'envoyer des athlètes en Chine et que les dirigeants politiques regardent à la télévision».

Droits de l'homme et realpolitik

Sans doute le ministre des Affaires étrangères ne voulait-il pas là tacler son collègue de gouvernement, Dan Kersch. En effet, le ministre des Sports avait choisi, cet été, de ne pas se rendre au Japon pour assister aux Jeux, «par conviction». Avec cet avis tranché prononcé alors par le socialiste : «Je pense que les grands événements sportifs, qui impliquent beaucoup d'argent, envoient un mauvais signal, car ils trompent les gens en leur faisant croire que tout va bien à nouveau». Il parlait cette fois de la situation covid.


IPO , Aussenpolitische Ansprache Jean Asselborn , Abgeordnetenkammer , Declaration Politique Affaires Etrangeres , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le regard sombre d'Asselborn sur le monde
Le ministre luxembourgeois a dressé, devant la Chambre, un sombre tableau de l'état de la situation internationale.

L'Autrichien Alexander Schallenberg s'est également déclaré dubitatif sur une «politisation artificielle des Jeux olympiques». «Les Jeux olympiques sont une fête du sport. Il ne faut pas en profiter pour faire de la politique», avait pour sa part déclaré, dimanche, la nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock. Loin de l'avis du chef de la diplomatie lituanienne Gabrielius Landsbergis a annoncé qu'il ne se rendra pas à Pékin. 

Aux yeux de ses défenseurs, le «boycott diplomatique» des JO d'hiver permettrait de dénoncer symboliquement les violations des droits de l'homme en Chine, notamment dans sa région à majorité musulmane du Xinjiang (Nord-Ouest). Sans prendre de gants, Pékin a déjà fait savoir que les absents «paieront le prix»...


Sur le même sujet