Changer d'édition

ArcelorMittal France entre en grève illimitée
International 2 min. 08.10.2020

ArcelorMittal France entre en grève illimitée

En France, les salariés d'ArcelorMittal demandent à être mieux récompensés, notamment via un maintien du salaire en cas d'activité partielle.

ArcelorMittal France entre en grève illimitée

En France, les salariés d'ArcelorMittal demandent à être mieux récompensés, notamment via un maintien du salaire en cas d'activité partielle.
Photo: AFP
International 2 min. 08.10.2020

ArcelorMittal France entre en grève illimitée

Alors qu'une tripartite est engagée au Luxembourg où 570 emplois sont menacés, un mouvement de protestation a débuté mercredi sur les sites français du géant de la sidérurgie. Les salariés demandent à être mieux récompensés de leurs efforts pendant la crise sanitaire.

(AFP) -  «C'est un mouvement social qui prend dans l'ensemble des sociétés du périmètre national», a affirmé Philippe Verbeke, coordinateur de la CGT pour le groupe. Selon la CGT, la mobilisation touche plusieurs sites français du groupe, dont ceux de Mardyck (Nord), où des débrayages ont commencé dès le 3 octobre, Dunkerque, Florange et Basse-Indre (Indre).

Alors que l'industrie automobile représente le principal débouché des sites d'ArcelorMittal dans le nord de la France, la demande dans ce secteur «tire très fort en ce moment, après les déstockages de la crise covid, donc les sites qui s'arrêtent actuellement, ce n'est pas le bon moment pour la direction générale du groupe», a relevé M. Verbeke.

«Au moment où nos marchés montrent des signes de reprise, ArcelorMittal s'organise à l'échelle européenne pour que ce mouvement n'ait aucun impact pour ses clients, en utilisant les capacités de production résiduelles des autres sites européens», a pour sa part réagi la direction d'ArcelorMittal France. Elle a indiqué qu'à Dunkerque, un haut-fourneau avait été arrêté quelques heures mercredi, mais avait redémarré dans l'après-midi.


Blick in das Walzwerk von ArcelorMittal in Rodange.
Suite de la tripartite «sidérurgie» le 11 novembre
Gouvernement, représentants d'ArcelorMittal et syndicats se sont retrouvés à la table des négociations ce mardi avec pour enjeu le devenir des 570 salariés du géant de l'acier dont l'emploi est menacé. Cette deuxième rencontre aura une suite dans cinq semaines.

La CGT, qui a appelé à la grève, avait adressé le 25 septembre un ultimatum à la direction générale France, demandant une prime de 2.000 euros et la couverture à 100% du salaire en cas d'activité partielle, des revendications rejetées le 2 octobre selon le syndicat. Dans un communiqué, la CGT dénonce «un abus du recours au chômage partiel sur plusieurs sites, tandis que l'activité est fortement remontée, notamment pour les sites tournés vers le marché de l'automobile». La direction capte selon elle des fonds publics pour réduire ses dépenses liées aux salaires.

Le syndicat déplore une dégradation des conditions de travail sur tous les sites, «liée au sous-investissement récurent et au sous-effectif, imposés par la famille Mittal» et un sentiment des salariés de ne pas être récompensés de leurs efforts pour continuer à faire tourner le groupe dans des conditions difficiles pendant la crise sanitaire. «D'autres groupes industriels ont déclenché des primes ou au moins des accompagnements financiers, avantages X ou Y pour reconnaître l'effort des salariés, des primes sont tombées aussi chez des sous-traitants du groupe», constate M. Verbeke.

La direction souligne pour sa part que la demande d'acier «n'est pas revenue au niveau pré-covid», ce qui oblige l'entreprise à continuer à avoir recours à l'activité partielle. «ArcelorMittal France a déployé ces derniers mois toutes les mesures permises par ses accords collectifs pour atténuer l'effet de cette activité partielle sur ses équipes», précise la direction.     

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quel avenir pour la sidérurgie au Luxembourg?
Syndicats, direction et gouvernement se retrouvent ce mardi après-midi (15h) pour aborder la restructuration chez ArcelorMittal qui envisage de se séparer de 570 personnes. Mais pour les grandes manœuvres, il faudra encore patienter car de nombreuses zones d'ombre demeurent.
ArcelorMittal Rodange se positionne pour le deuxième appel d’offres pour les rails du tram, Laminage, Laminoir, Foto Lex Kleren
Les tripartites «sidérurgie» et «aviation» au menu
Semaine chargée sur le front social. Une première réunion, mardi, concernera le devenir de quelque 570 salariés d’ArcelorMittal, alors que mercredi les employeurs de l'aéroport et les deux syndicats se retrouveront pour le troisième volet de la tripartite « aviation».
ArcelorMittal se désengage des Etats-Unis
Le groupe sidérurgique a vendu la totalité du capital de sa filiale des USA à Cleveland-Cliffs. De quoi rapporter de l'ordre de 1,2 milliard d'euros à l'industriel en difficulté.
Un jour avec un Couleur-Giesser, Chez Arcelor Mittal, Stahlwerk, Siderurgie, Stahlindustrie a Esch-sur-Alzette, le 06 Decembre 2016. Photo: Chris Karaba
La fin a sonné pour la cokerie de Florange
La cokerie du site d'ArcelorMittal à Florange (Moselle) «sera arrêtée fin avril avec une visée d'arrêt définitif dans les meilleurs délais», a annoncé l'aciériste. Le site emploie 170 personnes.
(FILES) This file photo taken on April 24, 2013,  shows blast furnaces of steel giant ArcelorMittal at the Florange site, in Hayange, eastern France. - The coking plant at the ArcelorMittal site in Florange, which employs 170 people, "will be shut down at the end of April, with an aim for a definitive shutdown as soon as practicable", the group announced on April 6, 2020, in a press release following a meeting of the Social and Economic Committee (CSE). (Photo by Jean-Christophe VERHAEGEN / AFP)
ArcelorMittal reprend sa production au Luxembourg
Après quelques jours de suspension, le groupe sidérurgique a annoncé avoir relancé ses activités sur ses sites luxembourgeois et français. Mais si les usines de Belval, Differdange et Rodange vont retrouver une certaine normalité, celles de Bissen et de Dommeldange continueront de tourner au ralenti.
Les premiers signes indiquent que le ralentissement de la demande en acier pourrait se stabiliser en 2020
ArcelorMittal dans le rouge en 2019
Le géant de l'acier annonce une perte nette de 2,5 milliards de dollars (2,27 milliards d'euros) pour l'année écoulée. Dans un communiqué publié mercredi, le groupe fait état d'une baisse de 7,1% de son chiffre d'affaires, mais indique que l'année 2020 se présente sous de meilleurs auspices.
Le géant de l'acier, qui emploie 3.800 salariés au Luxembourg, annonce une perte nette de 2,5 milliards de dollars pour l'année écoulée