Changer d'édition

Appels aux compromis dans les négociations post-Brexit
International 4 min. 16.10.2020

Appels aux compromis dans les négociations post-Brexit

Face à la menace d'un «no deal», la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré: «Nous avons demandé au Royaume-Uni de rester ouvert aux compromis»

Appels aux compromis dans les négociations post-Brexit

Face à la menace d'un «no deal», la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré: «Nous avons demandé au Royaume-Uni de rester ouvert aux compromis»
Photo: AFP
International 4 min. 16.10.2020

Appels aux compromis dans les négociations post-Brexit

Avant une prise de position du Premier ministre britannique Boris Johnson attendue ce vendredi, Angela Merkel a appelé jeudi soir à Bruxelles à des concessions de part et d'autre pour débloquer les pourparlers.

(AFP) -  Face à la menace d'un «no deal», la chancelière allemande, dont le pays occupe la présidence tournante de l'UE, a déclaré: «Nous avons demandé au Royaume-Uni de rester ouvert aux compromis (...). Bien entendu, cela signifie également que nous devons accepter des compromis», alors même que «chaque camp a ses lignes rouges». Angela Merkel s'exprimait à l'issue de la première journée d'un sommet des Vingt-Sept dont «les résultats» étaient attendus par Boris Johnson pour se prononcer sur la suite des pourparlers.

Sur le sujet explosif de la pêche, le négociateur européen, Michel Barnier, avait auparavant déclaré: «nous savons bien que nous allons devoir faire un effort». Dans des conclusions adoptées jeudi soir, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE «constatent avec inquiétude que les progrès réalisés sur les questions clés qui intéressent l'Union ne sont toujours pas suffisants pour qu'un accord soit conclu». Et ils réclament que Londres fasse «le nécessaire pour rendre un accord possible». Par la voix de son négociateur, David Frost, le Royaume-Uni s'est dit «déçu» par ces demandes et même «surpris que l'UE ne s'engage plus à travailler de manière intensive», au vu de ces conclusions.

Michel Barnier se dit «absolument déterminé à trouver un accord juste».
Michel Barnier se dit «absolument déterminé à trouver un accord juste».
Photo: AFP

Michel Barnier a ensuite annoncé en conférence de presse qu'il souhaitait continuer à négocier la semaine prochaine à Londres, puis la suivante à Bruxelles, et ce de manière «intensive». «J'ai proposé à l'équipe britannique de négocier dans le bref espace de temps qu'il nous reste, de façon à discuter d'un accord jusqu'à fin octobre», a-t-il expliqué, se disant «absolument déterminé à trouver un accord juste».

Les pourparlers achoppent toujours sur trois sujets: la pêche, les garanties réclamées aux Britanniques en matière de concurrence - malgré de récents progrès - et la manière de régler les différends dans le futur accord. La pêche est particulièrement sensible pour une poignée d'Etats membres (France, Irlande, Danemark, Belgique, Pays-Bas) qui veulent continuer à pouvoir accéder comme aujourd'hui aux eaux britanniques, très poissonneuses. Les pêcheurs «ne sauraient être les sacrifiés du Brexit», a d'ailleurs prévenu le président français Emmanuel Macron, assurant que Paris était «prêt» à une absence d'accord.

Il est, on ne peut plus clair, qu'il doit y avoir un accord

Michel Barnier a cependant déclaré, pour la première fois, que l'UE était ouverte à «un effort raisonnable» sur le sujet, à condition qu'il «préserve les activités de pêche de l'UE». Il a mis en parallèle les demandes d'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques et celles du Royaume-Uni pour l'accès de ses entreprises au marché unique. Depuis que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, les pourparlers entre Londres et Bruxelles pour un accord de libre-échange - qui entrerait en vigueur début 2021 à la fin de la période de transition - patinent.

Les deux parties s'accusent mutuellement de laisser planer le risque d'un «no deal» potentiellement dévastateur pour leurs économies, déjà fragilisées par la pandémie. «Quand nous prenons en compte à quel point le Royaume-Uni, d'une part, l'Union européenne, d'autre part, seraient affectés par une situation de non-accord, il est, on ne peut plus clair, qu'il doit y avoir un accord», a d'ailleurs souligné la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde sur la chaîne CNBC.

Les pêcheurs «ne sauraient être les sacrifiés du Brexit», prévient le président français Emmanuel Macron
Les pêcheurs «ne sauraient être les sacrifiés du Brexit», prévient le président français Emmanuel Macron
Photo: AFP

Les discussions entre Londres et Bruxelles ont aussi été affectées par le projet de loi du gouvernement britannique revenant en partie sur le traité du Brexit, qui encadre le départ britannique le 31 janvier dernier. «L'accord de retrait et ses protocoles doivent être entièrement mis en œuvre, point final», a tranché le président du Conseil européen Charles Michel. C'est la première fois que les dirigeants européens se retrouvaient entre eux pour évoquer spécifiquement le Brexit depuis le début en mars des négociations commerciales.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a quitté le sommet peu après le début de la réunion pour se placer en quarantaine à cause d'un cas de covid-19 dans son équipe. Le dossier climatique était également au programme de la soirée: les Vingt-Sept ont décidé de repousser à un prochain sommet en décembre toute décision sur leur nouvel objectif de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre pour 2030, objet de vives divergences entre les Etats. Le second jour du sommet vendredi sera dédié aux relations extérieures, notamment au regain de tensions avec la Turquie en Méditerranée orientale et au Nagorny Karabakh.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Crispations autour d'un accord post-Brexit
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé mercredi soir qu'il déciderait de poursuivre ou non les difficiles négociations commerciales post-Brexit avec l'UE en fonction «des résultats» d'un sommet européen prévu jeudi et vendredi à Bruxelles.
European Union's Brexit negotiator Michel Barnier waves after leaving a meeting in central London on October 9, 2020. (Photo by Tolga AKMEN / AFP)
Bruxelles ouvre les hostilités contre Londres
L'UE a entamé ce jeudi une procédure d'infraction contre le Royaume-Uni pour ce qu'elle considère comme une violation du traité du Brexit, une annonce qui ne devrait cependant pas troubler les négociations toujours en cours.
European Commission President Ursula von der Leyen adjusts her facemask ahead of delivering a statement ahead of the first day of a European Union (EU) summit at The European Council Building in Brussels on October 1, 2020. - EU chief Ursula von der Leyen declared October 1, 2020,  that Brussels is taking legal action over the British government's attempt to overturn parts of the Brexit withdrawal agreement. (Photo by JOHANNA GERON / POOL / AFP)
Les tractations reprennent entre Bruxelles et Londres
L'UE et le Royaume-Uni ont entamé ce mardi une semaine décisive de négociations sur leur future relation commerciale, le jour même où la Chambre des Communes se prononce sur le très controversé projet de loi britannique qui revient en partie sur l'accord du Brexit.
ARCHIV - 07.01.2019, Großbritannien, London: Die Fahnen der EU (oben) und von Großbritannien wehen vor dem Parlament in Westminster. Angesichts ausbleibender Fortschritte in den Verhandlungen über ein Handelsabkommen nach der Brexit-Übergangsphase schlägt die europäische Wirtschaft Alarm. Am Dienstag (29.09.2020) soll die letzte offizielle Verhandlungsrunde zwischen London und Brüssel beginnen. Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les tensions persistent autour du Brexit
Les négociateurs en chef de l'UE et du Royaume-Uni se sont rencontrés jeudi à Bruxelles pour tenter d'éviter une rupture dans les discussions sur la future relation commerciale, malgré la volonté britannique de revenir sur les conditions du divorce.
(FILES) In this file photo taken on April 09, 2020 Irish Police (Garda) stop and check vechicles at the border crossing at Carrkcarnon, County Louth, Ireland, on April 9, 2020 under new powers to curb non-essential travel during the coronavirus crisis. - Britain held emergency talks with the European Union on September 10, 2020, facing warnings of legal action over a new Brexit bill and a threatening reminder of its obligations to Northern Ireland from powerful US Democrat Nancy Pelosi. (Photo by PAUL FAITH / AFP)
Le ton monte entre Londres et Bruxelles
Il règne une certaine tension entre le Royaume-Uni et l'Union européenne à la veille de la reprise de négociations sur leur relation post-Brexit. Boris Johnson menace de claquer la porte mi-octobre et il pourrait, selon le Financial Times, revenir sur certains engagements passés.
ARCHIV - 17.05.2014, Belgien, Brüssel: Menschen spiegeln sich in einem Fenster mit einer europäischen Flagge im Europäischen Parlament. (Illustration zu dpa "EU-Einreisebeschränkungen sollen für viele Länder bestehen bleiben") Foto: Olivier Hoslet/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La pêche s'invite au cœur des négociations post-Brexit
Michel Barnier a averti mercredi qu'un accord commercial avec le Royaume-Uni ne serait possible qu'à condition qu'un compromis sur la pêche soit trouvé. Il accuse Londres d'utiliser ce sujet comme «monnaie d'échange» dans les négociations.
Les négociations au sujet du Brexit reprennent
Les négociations entre le Royaume-Uni et l'Europe pour parvenir à un accord commercial reprennent ce lundi dans la capitale britannique. Mais les chances d'arriver à un compromis s'amenuisent, alors que l'échéance fixée par Londres se rapproche.
European Union's Brexit negotiator, Britain's Brexit negotiator and the Britain's ambassador to the European Union attends post-Brexit negotiations at the EU headquarters in Brussels on June 29, 2020. - The EU and Britain launch an intense five weeks of negotiations on a deal to define their post-Brexit relations on June 29, 2020, with London keen to wrap things up quickly. The new round of talks in Brussels will be the first to be held face-to-face since the coronavirus shutdown combined with the two sides' entrenched positions to stall progress. (Photo by JOHN THYS / POOL / AFP)
Merkel envisage toujours un «no-deal» sur le Brexit
La chancelière allemande Angela Merkel a appelé, mercredi, l'Union européenne à se préparer à une éventuelle absence d'accord dans les négociations en cours sur la future relation commerciale avec le Royaume-Uni.
German Chancellor Angela Merkel speaks at the Bundestag, Germany's lower house of parliament, during a session to answer MPs questions on July 1, 2020 in Berlin. (Photo by John MACDOUGALL / AFP)
Londres et l'UE lancent une négociation marathon
Britanniques et Européens affichent un optimisme prudent au moment d'entamer ce lundi cinq semaines d'intenses discussions, destinées à progresser enfin sur la relation post-Brexit et éviter un «no deal» catastrophique en fin d'année.
ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit
Alors que le fossé est béant entre leurs positions, les dirigeants de l'UE et le Britannique Boris Johnson appellent à trouver «rapidement un terrain d'entente sur les principes qui sous-tendent tout accord». Car pour le moment, «on n'est nulle part», résume un haut responsable européen.
European Council President Charles Michel (R) and European Commission President Ursula von der Leyen are sen on screen as they hold a videoconference  prior to EU-UK talks via videoconference, at the European Council building in Brussels on June 15, 2020. - EU chiefs held a videoconference with the British prime minister on June 15 to breathe new life into stalled post-Brexit trade talks, with both sides entrenched in long-held positions. Expectations are low for the long-planned meeting, with all sides agreeing last week that trade negotiations would be intensified over the coming months. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)