Changer d'édition

Amazon, Apple, Facebook et Google sermonnés par les politiques
International 4 min. 30.07.2020

Amazon, Apple, Facebook et Google sermonnés par les politiques

International 4 min. 30.07.2020

Amazon, Apple, Facebook et Google sermonnés par les politiques

Les élus américains ont donné libre cours mercredi, pendant cinq heures, à des années de frustration vis-à-vis des quatre sociétés tentaculaires qui dominent l'internet mondial.

(AFP) - Les GAFA écrasent leurs concurrents et la démocratie, ont martelé les démocrates. Ils nous censurent, ont tempêté les républicains. Sundar Pichai (Alphabet, maison-mère de Google), Tim Cook (Apple), Mark Zuckerberg (Facebook) et Jeff Bezos (Amazon), ont été auditionnés mercredi par la commission judiciaire de la Chambre des représentants à Washington, qui enquête depuis un an sur de possibles abus de position dominante

«Ils ont trop de pouvoir», a assené d'emblée David Cicilline, le président du sous-comité sur la concurrence. Et «ils vont certainement émerger (de la pandémie) encore plus forts et plus puissants qu'avant». «Si le Congrès ne force pas les «Big Tech » à être équitables, ce qu'ils auraient dû faire il y a des années, je le ferai moi-même avec des décrets», a menacé Donald Trump avant le début de la séance. 

C'est par vidéoconférence que les quatre patrons des GAFA ont répondu aux multiples questions des élus de la Chambre des représentants.
C'est par vidéoconférence que les quatre patrons des GAFA ont répondu aux multiples questions des élus de la Chambre des représentants.
Photo: AFP

Les membres démocrates se sont principalement concentrés sur le modèle économique des géants de la tech. Ils ont tenté de prouver que ces groupes utilisent les montagnes de données personnelles à leur disposition et des acquisitions de concurrents pour empêcher, illégalement, tout compétiteur d'émerger, au détriment des consommateurs, des citoyens, de l'innovation et de la démocratie. 

«Google est devenu le portail d'accès à internet et abuse de son pouvoir», a argumenté M. Cicilline après une série de questions à Sundar Pichai. «C'est devenu un jardin clôturé, (...) qui s'assure, virtuellement, que toute entreprise qui veut être trouvée en ligne doive payer une taxe à Google». 

«Magasin de bonbons» 

Jerry Nadler, le président de la commission, a de son côté attaqué Mark Zuckerberg sur le terrain des acquisitions. «Facebook voyait Instagram comme une menace (...), donc (...) ils les ont rachetés», a-t-il accusé. Jeff Bezos, dont c'était la première parution devant une commission parlementaire, en a aussi pris pour son grade.


(FILES) In this file illustration picture taken on April 20, 2018 in Paris shows apps for Google, Amazon, Facebook, Apple (GAFA) and the reflexion of a binary code displayed on a tablet screen. - Big Tech, its hands full with antitrust probes and complaints growing from activists and politicians, turns its attention to quarterly earnings in the coming days expected to show the growing power of Silicon Valley giants. (Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP)
Les géants de la tech sous le feu des projecteurs politiques
Les patrons de Google, Facebook, Amazon et Apple, quatre entreprises qui dominent largement l'internet mondial, seront ce mercredi face à la Chambre des représentants. Les élus sont remontés contre cette toute puissance qui leur échappe.

«Amazon est seulement intéressé dans l'exploitation de son monopole sur les ventes en ligne», a déclaré M. Cicilline. «Son double rôle d'hébergeur et de marchand sur la même plateforme est fondamentalement anti-concurrentiel. Le Congrès doit prendre des mesures». Pour appuyer ce propos, l'élue Pramila Jayapal a cité un ancien employé d'Amazon: «(les chefs) nous disent juste: ne vous servez pas dans les données. Mais c'est un véritable magasin de bonbons, tout le monde a accès à tout ce qu'il veut». 

Tim Cook a été interrogé sur le même sujet - sa qualité de juge et partie sur sa plateforme d'applications, l'app store - mais a été relativement épargné par rapport aux autres groupes. 

«Chasse aux conservateurs» 

Côté républicains, Greg Steube a interrogé Sundar Pichai sur ses e-mails de campagne qui «arrivent systématiquement dans les dossiers spam», signe, selon lui, d'un complot contre les conservateurs. A moins de 100 jours de élections, de nombreuses questions ont porté sur les réseaux sociaux et leur rapport à la liberté d'expression. 

Selon David Cicilline, président du sous-comité sur la concurrence à la Chambre des représentants, «ces sociétés disposent d'un monopole. Certaines doivent être scindées, d'autres doivent régulées et rendues responsables de leurs actes».
Selon David Cicilline, président du sous-comité sur la concurrence à la Chambre des représentants, «ces sociétés disposent d'un monopole. Certaines doivent être scindées, d'autres doivent régulées et rendues responsables de leurs actes».
Photo: AFP

«Les Big Tech ont ouvert la chasse aux conservateurs, c'est un fait», a lancé Jim Jordan, un des proches alliés de Donald Trump, affirmant que les plateformes faisaient tout pour réduire les républicains au silence. Il a aussi accusé Google d'être un allié de la Chine (le moteur de recherche n'y est pas accessible depuis 20 ans) et a tenté de faire promettre au patron du groupe que ses services «ne seraient pas ajustés sur mesure pour aider Joe Biden (le candidat démocrate) à gagner en 2020» la présidentielle.

 Sur la concurrence, plusieurs des membres républicains de la commission estiment de toute façon qu'être «grand» n'est pas une tare, et peut même servir à «faire le bien». 

Happy ending ? 

Combinés, les GAFA valent environ 4.780 milliards de dollars en Bourse. Les milliardaires Jeff Bezos et Mark Zuckerberg figurent au top 5 des hommes les plus riches au monde. Leurs patrons ont eu peu d'opportunités de répondre aux accusations, hormis pendant leurs propos liminaires, où ils ont vanté leurs «success stories» à l'américaine pour en appeler à la fibre patriotique des élus.

 Ils ont mis en avant leur contribution à la croissance, leurs investissements, les créations d'emplois aux Etats-Unis, et assuré favoriser la compétition tout en faisant face à une concurrence féroce. Pas de quoi convaincre M. Cicilline: «Ces sociétés disposent d'un monopole. Certaines doivent être scindées, d'autres doivent régulées et rendues responsables de leurs actes», a-t-il conclu. La commission judiciaire enquête depuis des mois sur de possibles abus de position dominante, mais l'audition a peu de chance d'avoir des conséquences majeures, si ce n'est, peut-être, de préparer de nouvelles lois plus contraignantes pour les plateformes numériques.


Sur le même sujet

Apple ne devra pas rembourser 13 milliards d'euros
Les juges européens ont annulé ce mercredi la décision de la Commission européenne qui avait contraint, en 2016, le géant américain à verser à l'Irlande le montant d'avantages fiscaux jugés indus. Le jugement de la CJUE indiquant que Dublin n'avait pas réalisé un «avantage économique sélectif»
Apple fait encore grincer l'Union européenne
La Commission européenne croise de nouveau le fer avec la Silicon Valley: elle a annoncé mardi l'ouverture de plusieurs enquêtes contre Apple, accusé de pratiques anticoncurrentielles.
(FILES) In this file photo taken on October 28, 2019 Apple CEO Tim Cook arrives for Apple�s �The Morning Show� global premiere at Lincoln Center- David Geffen Hall in New York. - Apple on June 11, 2020 launched a racial justice initiative aimed at breaking down barriers to opportunity for minorities. Chief executive Tim Cook announced that the technology giant is committing $100 million to a new Racial Equity and Justice Initiative to be led by executive Lisa Jackson. (Photo by ANGELA WEISS / AFP)
L'UE lance une consultation sur les géants du Net
La Commission a mis en place depuis mardi une enquête publique destinée à moderniser la législation européenne relative aux services numériques. Objectif: mieux réguler un secteur dominé par Google, Apple et autre Facebook.
(FILES) In this file photo taken on November 21, 2019 (FILES) the Google and YouTube logos are seen at the entrance to the Google offices in Los Angeles, California. - YouTube said May 26, 2020 it was investigating the removal of comments critical of the Chinese Communist Party from the video-sharing platform, saying the filtering appeared to be "an error." (Photo by Robyn Beck / AFP)
Les géants d'Internet face à la désinformation
Plusieurs grandes plateformes du net ont décidé de conjuguer leurs efforts pour combattre la désinformation en ligne sur la pandémie de coronavirus et pour promouvoir des «contenus fiables» sur la crise.
(FILES) In this file photo taken on October 01, 2019 a picture taken in Lille shows the logo of mobile app Instagram, Snapchat, Twitter, Facebook, Google and Messenger are displayed on a tablet. - The large US internet platforms have unveiled a joint effort to root out misinformation about the coronavirus pandemic, while Facebook announced a $100 million program to aid small firms impacted by the crisis.

A joint statement was issued late March16, 2020 by Facebook, Google, Twitter, Microsoft and Reddit along with Google-owned YouTube and Microsoft-owned LinkedIn. (Photo by DENIS CHARLET / AFP)