Changer d'édition

Nouvelles tensions au sein du gouvernement belge
International 3 min. 15.07.2021
Affaire Haouach

Nouvelles tensions au sein du gouvernement belge

Le Premier ministre Alexander De Croo a de plus en plus de mal à masquer les tensions internes de la coalition Vivaldi.
Affaire Haouach

Nouvelles tensions au sein du gouvernement belge

Le Premier ministre Alexander De Croo a de plus en plus de mal à masquer les tensions internes de la coalition Vivaldi.
Photo : AFP
International 3 min. 15.07.2021
Affaire Haouach

Nouvelles tensions au sein du gouvernement belge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
L’affaire Haouach débouche sur une guerre ouverte entre partenaires écologistes et libéraux à la tête de l'Etat.

De notre correspondant MAX HELLEFF (Bruxelles) - Il y a un bout de temps déjà que le climat a viré à l’aigre entre les écologistes et Georges-Louis Bouchez, le président des libéraux francophones. Mais ces derniers jours, le ton est monté de manière plus qu’inquiétante. En cause : l’affaire Ihsane Haouach où les deux protagonistes s’accusent l’un et l’autre d’avoir cherché à tirer les ficelles.


Nouvelle passe d’armes autour de la laïcité belge
Une commissaire du gouvernement belge déclenche la polémique en liant la définition de la neutralité de l’Etat au changement démographique.

Ihsane Haouach est cette commissaire du gouvernement qui a décidé de démissionner en fin de semaine dernière. Et cela en raison d’attaques motivées par sa volonté de continuer à porter le voile. Parallèlement paraissait dans la presse un rapport de la Sûreté de l’Etat selon lequel elle pourrait avoir fréquenté les Frères musulmans, une mouvance radicale qui prône la loi islamique.

Le rapport de la Sûreté étant classifié, on n’en saura pas davantage sur son contenu. En revanche, la révélation de la seule existence de ce document a rendu furieux Jean-Marc Nollet. Le coprésident d’Ecolo tient pour responsable de la fuite le libéral Georges-Louis Bouchez.

Echanges de coups

Nollet accuse Bouchez d'avoir «poussé des journalistes à écrire des choses qu'il savait fausses». «Car contrairement à ce qui a été écrit, insiste l’écologiste, Ihsane Haouach n'est pas membre des Frères musulmans; contrairement à ce qui a été écrit, aux yeux de la Sûreté de l'État, Ihsane Haouach n'a pas eu de propos extrêmes; et surtout, la conclusion du rapport n'est pas qu'il y a un risque avec Ihsane Haouach mais un risque pour Ihsane Haouach, et qu'il faut donc l'informer et la protéger».

Réponse de Georges-Louis Bouchez : «Quel respect pour la liberté de la presse. Selon le coprésident d'Ecolo, les journalistes sont des personnes qui écrivent ce qu'on leur demande. Belle diversion».

Depuis le lancement de la Vivaldi - la coalition du Premier ministre Alexander De Croo  - les incidents se multiplient entre les écologistes et Georges-Louis Bouchez. Mais il demeure que, selon plus d’un observateur, Ecolo a bel et bien mis le pied dans l’ornière en nommant à un poste en vue une femme dont les compétences resteraient à démontrer. Un énième soutien du Premier ministre dans une interview donnée à l’hebdomadaire Le Vif n’y changera rien. «Je préfère une femme voilée qui travaille qu'une femme voilée qui reste à la maison », a déclaré Alexander De Croo.

Ihsane Haouach a joué de malchance. Sa nomination a été communiquée au moment même où l’affaire du port du voile à la Stib battait son plein, dressant les partisans et les adversaires de la laïcité les uns contre les autres. Actuellement, l’Etat belge est neutre. Il reconnaît et finance plusieurs cultes.

Néanmoins, certains analystes estiment qu’Ecolo joue un jeu dangereux en misant sur le communautarisme dans certaines communes bruxelloises. Cette stratégie avait déjà beaucoup fait parler d’elle à l'occasion des élections législatives de 2019, lorsque des tracts distribués par les Verts avaient promu le port du voile et l’abattage rituel.

Ouf, voilà la trêve

L’affaire Ihsane Haouach bouscule le gouvernement, sans le faire tanguer. François De Smet, le président du parti libéral-social Défi, demande comme d’autres à Georges-Louis Bouchez si le soutien apporté par le Premier ministre à l’ex-commissaire engage l’ensemble de son gouvernement. «Non. C’est une expression personnelle du Premier qui évoque ce qu’il a expliqué dans un livre précédemment publié. (Mon parti) ne partage pas cette vision»,  répond Bouchez alors que de son côté Ecolo calme également le jeu.

La trêve de l’été arrive à point pour préserver le gouvernement d’une crise profonde.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet