Changer d'édition

Affaire Grégory : Murielle Bolle entame une grève de la faim
Murielle Bolle en 1986

Affaire Grégory : Murielle Bolle entame une grève de la faim

AFP
Murielle Bolle en 1986
International 2 min. 06.07.2017

Affaire Grégory : Murielle Bolle entame une grève de la faim

Mise en examen et écrouée depuis une semaine, cette femme de 48 ans «est très abattue» et a des «pensées suicidaires», a précisé son avocat.

(AFP)  - Murielle Bolle, témoin clé de l'affaire Grégory en 1984, aujourd'hui soupçonnée d'enlèvement et placée en détention provisoire, a entamé jeudi midi une grève de la faim pour «dire son innocence» et «protester contre son placement en détention», a indiqué l'un de ses avocats.

«Elle vit un calvaire, un cauchemar» en prison, où elle «est à l'isolement» pour sa propre protection, a-t-il ajouté, après lui avoir rendu visite jeudi matin.

«Elle ne peut pas sortir: ce sont des insultes, des cris de haine, des menaces de mort», décrit Me Ballorin, selon lequel «elle ne peut pas ouvrir sa fenêtre, alors qu'il fait chaud», sous peine de recevoir des verres d'eau des occupants de la cellule du dessus.

Sa rétractation éclair, il y a plus de 32 ans, après son témoignage accablant Bernard Laroche pour le rapt du garçon de quatre ans retrouvé mort dans la Vologne, est au coeur des investigations.

Selon l'accusation, qui se base notamment sur un nouveau témoignage émanant d'un cousin, celle qui avait 15 ans à l'époque a été violentée par sa famille après l'inculpation de Laroche, ce qui serait à l'origine de sa volte-face.

«Nous demandons au plus vite la confrontation avec le cousin», dont le témoignage est «un tissu d'inepties», a poursuivi jeudi Me Ballorin, qui compte demander dans la foulée la remise en liberté de sa cliente. «C'est un mythomane, nous avons des éléments objectifs» pour le prouver, a-t-il assuré.

L'un de ces éléments porte notamment sur la présence, selon ce témoin, lors de cette fameuse soirée, où Murielle Bolle aurait été malmenée, d'un avocat décédé depuis, Me Paul Prompt. La défense assure pouvoir démontrer qu'il ne pouvait être là.

A la mi-juin, l'arrestation de Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory, avait relancé spectaculairement ce dossier des plus énigmatiques.

Soupçonnés d'être les fameux «corbeaux» de l'affaire et mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort, les deux septuagénaires, jamais inquiétés jusqu'alors, ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire strict.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Affaire Grégory: Murielle Bolle fixée ce mardi sur sa détention
Murielle Bolle restera-t-elle sous les verrous ou va-t-elle bénéficier, comme les époux Jacob, d'un contrôle judiciaire ? La chambre de l'instruction de Dijon décide mardi du sort de ce témoin clé de l'affaire Grégory en 1984, suspecté d'enlèvement aujourd'hui.
Muriel Bolle (G) et Marie-Ange Laroche arrivent, le 30 juin 1986 au palais de Justice de Dijon, où elles doivent être entendues par le juge Waultier, à propos de leur plainte contre les gendarmes de Bruyères et d'Epinal dans le cadre de l'affaire Grégory Villemin. AFP PHOTO ERIC FEFERBERG / AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG
Affaire Grégory: Murielle Bolle transférée à Dijon
Murielle Bolle, entendue depuis mercredi dans les Vosges pour «complicité d'assassinat» dans le cadre de l'affaire Grégory, va être déferrée jeudi à Dijon devant le parquet général avant d'être présentée à la juge qui instruit le dossier, a annoncé son avocat.
Muriel Bolle (G) et Marie-Ange Laroche arrivent, le 30 juin 1986 au palais de Justice de Dijon, o� elles doivent �tre entendues par le juge Waultier, � propos de leur plainte contre les gendarmes de Bruy�res et d'Epinal dans le cadre de l'affaire Gr�gory Villemin. AFP PHOTO ERIC FEFERBERG / AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG
Affaire Grégory: Le couple Jacob bientôt fixé sur son sort
Les époux Jacob resteront-ils en prison ? Le grand-oncle et la grand-tante du petit Grégory, écroués plus de 32 ans après sa mort aussi sordide que mystérieuse, sont arrivés mardi matin devant la chambre de l'instruction de Dijon qui doit décider de leur sort.
Marcel et Jacqueline Jacob arrêtés par la police la semaine dernière dans les Vosges.