Changer d'édition

Accrochage entre un ministre américain et Greta Thunberg
International 2 min. 24.01.2020 Cet article est archivé

Accrochage entre un ministre américain et Greta Thunberg

Greta Thunberg appelle à un arrêt immédiat des investissements dans les énergies fossiles

Accrochage entre un ministre américain et Greta Thunberg

Greta Thunberg appelle à un arrêt immédiat des investissements dans les énergies fossiles
Photo: AFP
International 2 min. 24.01.2020 Cet article est archivé

Accrochage entre un ministre américain et Greta Thunberg

La militante du climat s'est accrochée jeudi à Davos avec un représentant des États-Unis, marquant une nouvelle fois le rejet par Washington de la notion de grande urgence climatique défendue par d'autres participants de haut vol.

(AFP) - Interrogé sur la revendication de Greta Thunberg, qui appelle à un arrêt immédiat des investissements dans les énergies fossiles, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a répondu lors d'une conférence de presse: «Qu'elle fasse d'abord des études d'économie et qu'elle aille à l'université, et ensuite elle pourra revenir nous voir.» La jeune Suédoise a répondu sur Twitter que son année de césure - pendant laquelle elle a suspendu son parcours scolaire - prenait fin en août et que de toute façon «il n'y avait pas besoin de diplôme universitaire» pour constater que les efforts en termes d'émissions de CO2 ne suffisaient pas.

L'administration Trump et Greta Thunberg se sont opposés depuis mardi à Davos mais jusque-là de manière plus voilée, et sans jamais se rencontrer physiquement. Le président américain Donald Trump a ainsi fustigé les «prophètes de malheur et les prédictions d'apocalypse» climatique mardi dans un discours auquel assistait la militante. Peu avant de quitter la station de ski suisse mercredi, il a dit qu'il aurait «adoré» la rencontrer.

«Nous sommes perdus»

Visiblement peu impressionnée, Greta Thunberg a de son côté répété ses virulentes mises en garde à l'élite politique et économique, martelant qu'il était temps de «paniquer» parce que «la maison brûle», comme elle l'avait déjà fait l'an dernier à Davos. Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a lui aussi choisi des mots très forts dans un discours jeudi. «Nous continuons à perdre (la) guerre» contre le changement climatique, a-t-il dit.

Parlant de «menace existentielle» pour l'humanité, il a appelé à «une réorientation massive des ressources» vers une économie verte. Le secrétaire général des Nations unies a ajouté que si les «gros émetteurs» de C02 ne rejoignent pas l'effort international, «nous sommes perdus». En anglais, il a dit précisément «we are doomed» , là où Donald Trump avait justement critiqué les «prophets of doom» (prophètes de malheur).

«L'impatience de la jeunesse»

La chancelière allemande Angela Merkel a elle profité de sa douzième participation au Forum économique mondial pour défendre «l'impatience de la jeunesse» sur le climat, sans toutefois mentionner nommément Greta Thunberg. «Il faut appréhender de manière positive et constructive l'impatience de la jeunesse» qui a devant elle «un tout autre horizon» temporel que des personnes plus âgées, a souligné Mme Merkel.

Elle a insisté sur la nécessité de dépasser «les tout nouveaux conflits de société» entre les climatosceptiques pour qui le changement climatique «relève d'une croyance» erronée et ceux qui prennent en compte les données scientifiques. La chancelière s'est ainsi demandé «comment faire prendre le train» des politiques de transition énergétique à ceux qui ne croient pas au changement climatique. Ce conflit «m'inquiète», a avoué Angela Merkel, plaidant pour «que l'on se parle», sans quoi «chacun vit dans sa bulle». 


Sur le même sujet

Bettel à la rencontre d'ArcelorMittal et de Google
Pour la sixième fois, le Premier ministre (DP) participe depuis mardi au Forum économique mondial qui se clôture ce jeudi à Davos (Suisse). Il s'est notamment entretenu avec Lakshmi Mittal, patron d'ArcelorMittal, ainsi qu'avec Karan Bhatia, vice-président de Google.
Xavier Bettel (à g.) a eu un entretien bilatéral avec Lakshmi Mittal, CEO d'ArcelorMittal, à Davos
«Rien n'a été fait» pour le climat
Comme une douche froide pour l'élite économique et politique réunie à Davos, la militante du climat Greta Thunberg a déploré mardi que «rien n'ait été fait» pour le climat en dépit de tous les discours en faveur de l'environnement.
Swedish climate activist Greta Thunberg (C) walks past King Philippe of Belgium (L) prior to a session at the Congress center during the World Economic Forum (WEF) annual meeting in Davos, on January 21, 2020. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)
Davos à l'épreuve du défi climatique
L'élite économique mondiale s'attèle à l'urgence climatique: le 50e Forum de Davos s'ouvre ce mardi avec le président américain Donald Trump et la militante écologiste Greta Thunberg, aux visions diamétralement opposées sur les défis environnementaux.
Les défis environnementaux sont au centre du 50e Forum économique mondial, de mardi à jeudi à Davos
La COP25 n'a pas répondu à l'urgence climatique
La conférence climat de l'ONU qui s'est terminée dimanche à Madrid n'a pas été à la hauteur de l'urgence climatique regrette notamment la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng). Les participants ont finalement adopté un accord a minima sans s'entendre sur des points essentiels en raison des réticences de certains Etats.
Chile's Minister of Environment and COP25 president Carolina Schmidt (R) talks to Brazilian Secretary for National Sovereignty and Citizenship Fabio Mendes Marzano during the closing plenary session of the UN Climate Change Conference COP25 at the 'IFEMA - Feria de Madrid' exhibition centre, in Madrid, on December 15, 2019. - A marathon UN climate summit wrapped up with little to show, squeezing hard-earned compromises from countries over the global warming battle plan but falling well short of what science says is needed to tackle the emergency. (Photo by OSCAR DEL POZO / AFP)
«Vous avez volé mes rêves et mon enfance!»
Dans un discours furieux à l'ONU, la jeune Suédoise, Greta Thunberg a réprimandé les dirigeants de la planète pour leur inaction contre le changement climatique, au début d'un sommet à New York.
NEW YORK, NY - SEPTEMBER 23: Youth activist Greta Thunberg speaks at the Climate Action Summit at the United Nations on September 23, 2019 in New York City. While the United States will not be participating, China and about 70 other countries are expected to make announcements concerning climate change. The summit at the U.N. comes after a worldwide Youth Climate Strike on Friday, which saw millions of young people around the world demanding action to address the climate crisis.   Stephanie Keith/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Greta Thunberg «ambassadrice de conscience»
La jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg et le mouvement de jeunes Fridays for Future ont reçu lundi le prix d'«ambassadeurs de conscience» de l'ONG Amnesty International, quelques jours avant un grand rendez-vous climatique à l'ONU à New York.
Greta Thunberg (en rose) a décrit à nouveau en termes très directs la «destruction» de la planète, les morts du changement climatique, la pollution de l'air et de l'eau, les menaces pour la chaîne alimentaire.