Changer d'édition

Accéder à Bruxelles sera bientôt plus difficile
International 3 min. 13.05.2022
Mobilité

Accéder à Bruxelles sera bientôt plus difficile

Il est question de créer en lieu et place du viaduc un espace public de qualité pour les riverains, ainsi que de nouvelles alternatives à la mobilité.
Mobilité

Accéder à Bruxelles sera bientôt plus difficile

Il est question de créer en lieu et place du viaduc un espace public de qualité pour les riverains, ainsi que de nouvelles alternatives à la mobilité.
Photo: Pierre Matgé
International 3 min. 13.05.2022
Mobilité

Accéder à Bruxelles sera bientôt plus difficile

Le viaduc Herrmann-Debroux, qui constitue pour les automobilistes la porte sud de la capitale, va être détruit pour faire place à la mobilité douce.

De notre correspondant MAX HELLEFF (Bruxelles) -  Si vous venez du sud en voiture, vous entrez le plus souvent dans Bruxelles en «montant» sur le viaduc Herrmann-Debroux. Depuis un demi-siècle, cette longue passerelle prolonge l'E411 et permet à l'automobiliste d'enjamber la commune d'Auderghem pour atteindre en un minimum de temps les quartiers de l'ULB. Quand les bouchons ne s'en mêlent pas…


A picture taken on October 16, 2019 shows cars in traffic jams in Brussels. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP) (Photo by KENZO TRIBOUILLARD/AFP via Getty Images)
Vent debout contre le péage urbain de Bruxelles
Lancée en septembre 2020, l'idée de réduire la pollution et le bruit au sein de la capitale belge reste toujours aussi impopulaire, indique un sondage publié mardi. En revanche, l'introduction d'une taxe kilométrique intelligente apparaît comme une alternative réaliste aux yeux des sondés.

Le viaduc Herrmann-Debroux va être détruit. Le 28 avril dernier, le gouvernement régional bruxellois a validé définitivement sa transformation en un «boulevard urbain». L'objectif, selon le ministre-président Rudi Vervoort, est «d'en finir avec les autoroutes dans le cœur de notre région et de reconnecter des quartiers qui, bien que voisins, sont très peu en relation (…) Finis les viaducs, autoroutes urbaines qui fracturent nos quartiers et qui renvoient à cet imaginaire du tout à la voiture».

La réalisation du nouveau projet devrait prendre une dizaine d'années. Il est question de créer en lieu et place du viaduc un espace public de qualité pour les riverains, de nouvelles alternatives à la mobilité ou encore, un dépôt destiné à l'électrification de la flotte de bus.

Plus de bouchons en vue

Nombreux sont les Bruxellois qui accueillent favorablement la nouvelle. S'ils ont mis les écologistes à la tête de la région aux côtés des socialistes, c'est en partie pour retrouver l'air pur et la tranquillité que leur a volés la voiture. Depuis quelques années, les véhicules diesel les plus anciens sont bannis de la capitale. La période du covid a été mise à profit pour donner davantage de place à la mobilité douce. Les travaux d'aménagement urbains qui ont pris place sur le site de l'ancien viaduc Reyers – aujourd'hui détruit – ont bien avancé, etc.


Motor Automotive Auto Autoindustrie
Bruxelles bannit le moteur thermique
Les voitures diesel et essence seront interdites d’accès à la capitale belge, respectivement en 2030 et 2035.

Mais l'avis des Wallons comme de tous les usagers étrangers en provenance du sud risque d'être très différent. La fin du viaduc Herrmann-Debroux signifie en effet un allongement conséquent des bouchons pour les navetteurs ainsi que pour l'incessante procession des camions. Cette situation est dénoncée au Parlement wallon qui pose la question: «Bruxelles est-elle encore la capitale de tous les Belges?»

Une fois encore, la Wallonie reproche à Bruxelles d'avoir brûlé les étapes et de ne pas avoir établi de concertation préalable. Rappelons ici que la Belgique est un pays fédéral et que sa capitale jouit d'une certaine autonomie en matière de mobilité et d'aménagement du territoire. Ce que ne manque pas de rappeler Philippe Henry, le ministre… wallon de la Mobilité. Ecologiste lui aussi, il faut le préciser. Henry rassure en affirmant qu'une concertation entre les régions est bien prévue. Mais pour son collègue de l'Économie, le libéral Willy Borsus, Bruxelles agit comme si elle ignorait les craintes wallonnes.

Bruxelles est-elle encore la capitale de tous les Belges?

Le Parlement wallon

Cette nouvelle fâcherie montre une fois encore les limites du fédéralisme à la belge. La capitale déplore depuis de longues années les nuisances que lui font subir les quatre cent mille navetteurs qui pénètrent les jours de travail sur son territoire, mais la Wallonie comme la Flandre s'en soucient peu. Or les navetteurs non seulement encombrent et polluent la ville, mais de surcroît ils n'y paient pas leurs impôts.

La plupart d'entre eux ne demanderaient pas mieux que de travailler plus près de chez eux, mais trop d'entreprises, de bureaux et d'administrations ont encore leur siège à Bruxelles. Car n'en déplaise aux régionalistes flamands et wallons, elle reste la plaque tournante du pays et sa vitrine à l'international.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ce n'est plus une liaison ferroviaire, c'est un serpent de mer. Des années que le trafic des trains tourne au ralenti sur ces 226 km. Jeudi, les ministres des Transports belge et luxembourgeois ont réaffirmé leur attente d'aides européennes. Mais quand arriveront-elles?
Illustration, Bahnhof, Linie Luxemburg-Brüssel, Luxembourg-Bruxelles, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Les automobilistes, les motos et les poids lourds devront s'y faire: à l’avenir, la vitesse dans les rues de Bruxelles sera limitée à 30km/h. Le 50km/h, voire le 70 km/h, ne resteront autorisés que sur les grands axes.
Illustration Rettungsgasse, Stau, A3, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort