Changer d'édition

A31: un péage «free flow» devient urgent
International 4 min. 02.02.2018 Cet article est archivé

A31: un péage «free flow» devient urgent

Contrairement à la plupart des autoroutes françaises, le trafic le long de l’A31 ne cesse d’augmenter, en raison principalement de l’effet d’attraction des grands pôles urbains du secteur.

A31: un péage «free flow» devient urgent

Contrairement à la plupart des autoroutes françaises, le trafic le long de l’A31 ne cesse d’augmenter, en raison principalement de l’effet d’attraction des grands pôles urbains du secteur.
Photo: Maurice Fick
International 4 min. 02.02.2018 Cet article est archivé

A31: un péage «free flow» devient urgent

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Le rapport Duron a été remis ce jeudi à la ministre des Transports française, Élisabeth Borne. Y figurent un projet de péage «free flow» - c'est-à-dire sans barrière - pour l'A31 déjà existante et quelques détails sur le projet d'A31bis qui devrait voir le jour.

Le Conseil d'orientation des Infrastructures français, chargé d'établir des priorités dans les choix d'investissement dans les transports pour les vingt prochaines années, a remis ce jeudi son rapport à la ministre des Transports Élisabeth Borne.

Dans ce rapport de près de 200 pages figure le projet tant controversé de l'A31bis. Et plus que jamais, le scénario d'un péage entre Thionville et le Luxembourg sur l'A31 déjà existante semble se profiler.

Thionville-Luxembourg: mise en concession

La partie la plus problématique de ce projet est sans aucun doute cette portion d'autoroute qui relie Thionville au Grand-Duché. Quotidiennement, ce sont près de 95.000 frontaliers qui l'empruntent, engendrant de nombreux embouteillages vers/depuis la capitale luxembourgeoise déjà saturée.

Les projections montrent qu’en 2030, et malgré la réalisation de plusieurs projets complémentaires proches du sillon (création de la voie rapide 52, mise à 2 x 2 voies de la RD1, développement du transport collectif notamment ferroviaire), la situation devrait tendre vers un blocage de l’axe et un accroissement des problèmes rencontrés. 

Contrairement à la plupart des autoroutes françaises, le trafic le long de l’A31 ne cesse d’augmenter, en raison principalement de l’effet d’attraction des grands pôles urbains du secteur.

Ce rapport préconise donc, «au regard des montants en jeu, de l’urgence à agir en l’absence de solutions alternatives et des capacités financières de l’Etat mobilisables dans les prochaines années», le recours à une mise en concession, qui ne devrait pas exiger de financements publics.

Cette dernière devrait être mise en place quoi qu'il arrive entre 2023 et 2027.

Le rapport remis à la ministre recommande la mise en place d'un péage, afin d'assurer le financement du contournement de Thionville et la mise à trois voies de l'autoroute vers le Luxembourg.

Un péage sans barrière

Pour conserver un trafic plus ou moins fluide, c'est même un péage "sans arrêt à une barrière" qui est préconisé.

Un péage "free flow" comme celui-ci est envisagé pour le tronçon Thionville-Luxembourg.
Un péage "free flow" comme celui-ci est envisagé pour le tronçon Thionville-Luxembourg.
Capture écran

Appelé aussi «free flow», ce type de péage, mis en place dans d'autres pays comme la Grande-Bretagne ou l'Italie, permet de payer le trajet sans devoir s’arrêter, des caméras enregistrant les plaques de tous les véhicules.

Le paiement se fait via plusieurs moyens: 

  • par carte de crédit via une plateforme Internet
  • via le boîtier de Télépéage
  • avec une application
  • en payant directement dans certaines aires de service.

La mise en place de ce péage est urgente si l'on en croit ce rapport. Problème de pollution, de sécurité ou encore de qualité de vie, «la situation très dégradée des conditions de circulation sur ce secteur justifie de l’engager aussi rapidement que possible.»

En attendant la mise en place d'un tel système, le rapport Duron recommande également de «privilégier les solutions de transports collectifs et de covoiturage», compte tenu de l'importance des trajets domicile-travail sur cette section. Un point qui sera également pris en compte dans l'élaboration de l'A31bis.

L'A31bis doit être une «priorité», selon ce rapport

Ce rapport se base sur trois enveloppes distinctes pour juger du degré de priorité d'un projet: 48, 60 ou 80 milliards d'euros (scénario 1, 2 et 3) débloqués par l'Etat.

En ce qui concerne justement le projet A31bis, la commission le classe dans la catégorie des «premières priorités dans le scénario n°2». Dans le cadre du scénario n°1, la commission classe le projet dans les «secondes priorités», sans toutefois se prononcer sur les caractéristiques et les modalités de réalisation de l’opération.

Une attention particulière doit aussi être apportée aux tracés et modalités de réalisation du contournement de Thionville. S’agissant de la partie sud, le Conseil constate que tous les éléments ne sont pas réunis aujourd’hui pour décider des modalités de traitement des difficultés rencontrées sur le secteur. 

Rappelons que le projet de A31bis consiste en la réalisation d'un nouveau tracé couplé à l’élargissement de l’A31 entre Nancy et Metz et entre Thionville et la frontière luxembourgeoise, et ce, «dans les meilleurs délais».

Jean Rottner veut agir plus vite

Déjà sollicité cette semaine au cours de notre interview sur son investissement vis-à-vis de ce projet, Jean Rottner, président de la région Grand Est s'est également exprimé ce vendredi suite à la remise de ce rapport à la ministre française des Transports.

Le président veut ainsi «engager un cycle de négociation avec le Gouvernement afin de faire la démonstration que les postulats du rapport Duron ne sont pas concrétisés dans ses conclusions et que les mobilités de demain peuvent voir le jour si des moyens de faire et des latitudes suffisantes sont laissées aux collectivités qui ont, elles, la volonté de répondre rapidement aux attentes des habitants de leur territoire».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si l'A31 bis a bien été validée par l'Etat français il y a quelques mois, se pose la question de l'investissement. Le Luxembourg est-il prêt à cofinancer ce projet de plus d'1.4 milliard d'euros? Il semblerait bien que non.
A31 Metz Thionville Luxembourg, Peage, Foto Lex Kleren
Pour financer le projet d'A31bis l'Etat français prévoit trois scénarios dont deux avec un péage pour rejoindre le Luxembourg. Il a d'ores et déjà été calculé combien coûterait dans les deux cas, le trajet pour aller de Fameck jusqu'au Luxembourg. L'automobiliste devrait débourser 1,70 euro pour le futur tronçon de 19 km.
L'aller-retour entre Fameck et le Luxembourg sur la future A31bis -si l'Etat français décide de la réaliser avec un concessionnaire- coûterait 3,40 euros.
L'opportunité même du projet global de l'A31bis n'a pas été mise en cause. C'est davantage l'urgence de trouver une sortie à «une situation qui ne peut plus durer sur l'A31» qui a été soulevée, jeudi soir lors du débat public à Metz. Il a été question de péage et de nuisances sonores, de financement européen, du monorail, de résistance populaire et souvent... du Luxembourg.
Annoncé fin novembre comme «la priorité des priorités» par le préfet de la région Lorraine, Nacer Meddah, le projet d'A31bis semble avoir pris un peu de plomb dans l'aile lors de la remise du rapport de la commission Mobilité 21 au gouvernement français.