Changer d'édition

A un mois du Brexit, tensions et divisions à leur comble
International 3 min. 27.09.2019 Cet article est archivé

A un mois du Brexit, tensions et divisions à leur comble

Un Boris Johnson en poupée gonflable flotte dans le ciel de Londres

A un mois du Brexit, tensions et divisions à leur comble

Un Boris Johnson en poupée gonflable flotte dans le ciel de Londres
Photo: AFP
International 3 min. 27.09.2019 Cet article est archivé

A un mois du Brexit, tensions et divisions à leur comble

Alors que le Brexit doit intervenir le 31 octobre, des élections anticipées risquent de se tenir dans une ambiance plus délétère que jamais au Royaume-Uni, comme en témoignent des échanges particulièrement agressifs au Parlement cette semaine.

(AFP). -  Le Premier ministre Boris Johnson a été vilipendé, y compris par sa propre soeur Rachel, pour des propos incendiaires à la Chambre des communes mercredi.

Il avait accusé les membres de l'opposition de «sabotage», de «trahison» et de «capitulation» face à l'Union européenne. «Ce Parlement agit par pur égoïsme et lâcheté politique, les députés de l'opposition ne veulent pas s'effacer et laisser le peuple se prononcer», avait-il lancé, usant d'une rhétorique populiste assumée.


John Bercow, le truculent speaker de la Chambre des Communes, était de retour à son poste, ce mercredi
Rentrée parlementaire sous tension à Londres
Les députés britanniques ont repris leurs travaux mercredi à la mi-journée dans une atmosphère surchauffée après l'arrêt historique de la Cour suprême qui a annulé la décision controversée du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement à l'approche du Brexit.

Appelé à «modérer son langage» par la successeure de Jo Cox, une députée travailliste anti-Brexit assassinée à quelques jours du référendum de juin 2016, Boris Johnson a choqué les députés en affirmant que «la meilleure façon d'honorer la mémoire de Jo Cox est en réalité de rassembler ce pays en mettant en oeuvre le Brexit!»

Réfutant toute responsabilité dans la montée des tensions, M. Johnson a aussi qualifié de «foutaises» le témoignage de la députée travailliste Paula Sherriff, qui dénonçait ses propos «incendiaires» et disait avoir reçu des menaces de mort. Jeudi, il a néanmoins appelé les «esprits à se calmer», tout en refusant de s'excuser.

L'Eglise appelle au calme

Pour le président de la Chambre des communes John Bercow, c'est la «pire atmosphère» jamais vue au Parlement «en 22 ans». Même l'Eglise d'Angleterre s'en est mêlée, les 118 évêques et archevêques anglicans condamnant un langage «inacceptable».

Mais loin de jouer les conciliateurs, Dominic Cummings, conseiller spécial de Boris Johnson et grand artisan de la victoire du «Leave» lors du référendum, a remis de l'huile sur le feu jeudi soir. A l'occasion du lancement d'un livre à Londres, M. Cummings a déclaré qu'il n'était «pas surpris que certaines personnes soient furieuses» que le Brexit ne soit toujours pas mis en oeuvre, trouvant «très bizarre» que les députés se plaignent des réactions de colère, preuve selon lui, qu'ils sont «déconnectés» du peuple.


Le Premier ministre conservateur Boris Johnson s'est montré virulent devant la Chambre, mercredi
Boris Johnson persiste et signe devant le Parlement
Le Premier ministre britannique a mis au défi mercredi l'opposition de voter une motion de défiance, réaffirmant sa volonté de parvenir à un Brexit fin octobre, devant les députés britanniques réunis dans une ambiance surchauffée.

Pour le camp pro-Leave, le plus grand danger serait de renoncer au Brexit. Un ministre, resté anonyme, a déclaré au quotidien The Times que si un second référendum sur le Brexit était organisé et renversait le résultat du premier, le pays risquait un «violent soulèvement populaire», du type du mouvement des Gilets jaunes en France. Dans les deux camps, les députés et leurs entourages disent craindre, eux, un nouveau drame similaire à l'assassinat de Jo Cox.

Ellie Cooper, fille de la députée travailliste Yvette Cooper, a confié sur Twitter son «effroi» lorsqu'elle lit les commentaires sur les réseaux sociaux traitant sa mère de «menteuse» et de «traîtresse». La jeune femme a aussi expliqué que sa maison avait été équipée de «panic buttons» (boutons d'alarme) et de portes blindées. Evoquant l'assassinat de Jo Cox, elle a dit «craindre chaque jour que la même chose arrive à (sa) mère»

Langage «passionnel»

Une députée travailliste, Jess Phillips, a elle révélé jeudi qu'un homme avait été arrêté en essayant de fracturer la porte de sa permanence dans la circonscription de Birmingham Yardley (centre de l'Angleterre), aux cris de «fasciste». Tandis que des élections anticipées pourraient être organisées prochainement, Boris Johnson espérant ainsi se redonner une majorité au Parlement et l'opposition s'y préparant, l'atmosphère d'une future campagne s'annonce d'ores et déjà électrique.

«Pour séduire davantage l'électorat, le gouvernement semble déterminé à attiser les antagonismes en utilisant un langage extrêmement passionnel qui ne peut que susciter la peur et la colère et alimenter les griefs contre le Parlement et la loi», a dénoncé jeudi soir l'ex-Premier ministre conservateur John Major, anti-Brexit. Adversaire déclaré de Boris Johnson, il s'exprimait devant le centre de réflexion Center for European Reform (CER).

«Tant que nous n'avons pas résolu la question du Brexit, des élections ne résoudront rien», a estimé M. Major. «Cela ne ferait que nourrir le sentiment actuel de désillusion et de désunion. Loin de guérir la nation, cela attiserait des blessures ouvertes».


Sur le même sujet

Boris Johnson persiste et signe devant le Parlement
Le Premier ministre britannique a mis au défi mercredi l'opposition de voter une motion de défiance, réaffirmant sa volonté de parvenir à un Brexit fin octobre, devant les députés britanniques réunis dans une ambiance surchauffée.
Le Premier ministre conservateur Boris Johnson s'est montré virulent devant la Chambre, mercredi
Rentrée parlementaire sous tension à Londres
Les députés britanniques ont repris leurs travaux mercredi à la mi-journée dans une atmosphère surchauffée après l'arrêt historique de la Cour suprême qui a annulé la décision controversée du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement à l'approche du Brexit.
John Bercow, le truculent speaker de la Chambre des Communes, était de retour à son poste, ce mercredi
Un Brexit sans accord reste «très réel» selon Juncker
A six semaines de la date prévue du Brexit et deux jours après sa rencontre avec le Premier ministre britannique, Boris Johnson, le président de la Commission européenne a, à nouveau, abordé l'épineux dossier de la sortie du Royaume-Uni de l'UE.
European Commission President Jean-Claude Juncker gestures as he speaks during a debate on Brexit at the European Parliament in Strasbourg, northeastern France on September 18, 2019. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Aucune avancée concrète sur le Brexit
Six semaines avant le jour J, le départ du Royaume-Uni de l'UE se trouvait au cœur des discussions programmées au Grand-Duché ce lundi. Boris Johnson a été accueilli à l'heure du déjeuner par Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne et Michel Barnier, négociateur de l'UE.
EU Commission president Jean-Claude Juncker (L) shakes hands with British Prime Minister Boris Johnson (R) prior to their meeting, on September 16, 2019 in Luxembourg - Six weeks before he is due to lead Britain out of the European Union, Prime Minister Boris Johnson meets Jean-Claude Juncker, insisting that a Brexit deal is possible. Downing Street has confidently billed the Luxembourg visit as part of efforts to negotiate an orderly divorce from the union before an October 17 EU summit. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
Le président de la Chambre des communes va démissionner
Le président de la Chambre des communes, John Bercow, a annoncé lundi qu'il allait démissionner prochainement. Il a été accusé ces derniers mois par les partisans d'un Brexit dur d'avoir outrepassé les règlements parlementaires à leur détriment.
John Bercow a parfois été accusé par les partisans d'un Brexit dur d'avoir outrepassé les règlements parlementaires à leur détriment.
Les députés britanniques sans voix à compter de mardi
Le Parlement britannique sera suspendu pour cinq semaines après le vote des députés sur une motion du gouvernement appelant à des élections législatives anticipées lundi soir, a annoncé lundi un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.
ARCHIV - 03.04.2019, Großbritannien, London: Blick auf das britische Parlament während der Fragestunde «Questions to the Prime Minister» (Fragen an die Premierministerin) im Unterhaus. (zu dpa «Britisches Parlament wird bereits am Montag in Zwangspause geschickt») Foto: -/House Of Commons/PA Wire/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement
La Chambre des Lords britannique a adopté définitivement vendredi le texte de loi visant à bloquer une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord, infligeant une nouvelle défaite au Premier ministre Boris Johnson, opposé à une telle initiative.
Le texte adopté ce vendredi par la Chambre des Lords vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre