Changer d'édition

A Paris et en régions: acte 2 de la contestation des gilets jaunes
International 3 min. 24.11.2018

A Paris et en régions: acte 2 de la contestation des gilets jaunes

Les "Gilets jaunes", ici près de Toulouse, veulent exprimer leur ras-le-bol ce samedi dans la capitale française.

A Paris et en régions: acte 2 de la contestation des gilets jaunes

Les "Gilets jaunes", ici près de Toulouse, veulent exprimer leur ras-le-bol ce samedi dans la capitale française.
Photo: AFP
International 3 min. 24.11.2018

A Paris et en régions: acte 2 de la contestation des gilets jaunes

Un rassemblement aux contours flous à Paris, appuyé par des actions en province: face à un pouvoir qu'ils jugent sourd à leurs demandes, les «gilets jaunes» lancent samedi «l'acte 2» de leur mobilisation contre la hausse des carburants.

(AFP) - Après le succès de l'acte 1 samedi dernier, où 282.000 personnes ont bloqué axes routiers et sites stratégiques partout en France, suivi d'une semaine de blocages qui se sont progressivement essoufflés, les «gilets jaunes» veulent une nouvelle démonstration de force. 

Les autorités, qui veulent éviter les débordements de la première semaine de mobilisation (deux morts, 620 civils et 136 membres des forces de l'ordre blessés), ont déployé des forces de l'ordre «à un niveau exceptionnel» à travers la France. Elles redoutent notamment l'infiltration de «réseaux violents d'ultradroite et d'ultragauche». Un grand rassemblement, prévu place de la Concorde à Paris, auquel plus de 36.000 personnes se sont déclarées «participants» sur Facebook, a été interdit pour des raisons de sécurité. 

Mais les leaders informels des «gilets jaunes», mouvement qui a essaimé sur les réseaux sociaux loin des cadres politiques et syndicaux traditionnels, ont rejeté l'alternative proposée sur le Champ-de-Mars, refusant d'être «parqués» loin des lieux de pouvoir parisiens. Ils ont simplement annoncé -mais pas déclaré en préfecture- un rassemblement «dans le quartier des Champs-Elysées». Un large périmètre a été bouclé dès 6h autour de l'Élysée, la partie basse des Champs-Elysées, la Concorde, l'Assemblée nationale ainsi que de l'hôtel Matignon. 

«Sur ce territoire, aucune manifestation, aucun rassemblement, aucun cortège en lien avec les gilets jaunes ne pourra se dérouler», a prévenu le préfet de police M. Delpuech. Samedi dernier, des «gilets jaunes» avaient à plusieurs reprises tenté d'approcher l'Élysée. En outre, «un dispositif mobile», guidé notamment par des hélicoptères, sera prêt à intervenir sur de possibles «violences, voire exactions» dans Paris et «tentatives de blocages» du périphérique, selon M. Delpuech. 

«Audience souhaitée» 

De rares gilets jaunes étaient présents au petit matin porte Maillot, dans l'ouest de Paris, a constaté une journaliste de l'AFP. «Le gouvernement a tout fait pour diaboliser le mouvement qui va se dérouler sur Paris», déplore Clément Jonie. «On entend les députés LREM dirent +on va tenir le cap+ mais le mouvement est en route, il n'est pas prêt de s'arrêter», assure ce logisticien de 47 ans habitant le Val-de-Marne. «On veut des réformes, un équilibre des richesses. C'est le gouvernement qui tient les rênes, il faut qu'il trouve un terrain d'entente pour ne pas mettre la France à feu et à sang», ajoute Jérémy Clément, patron d'une petite entreprise de bâtiment venu de Montargis (Loiret). Dans un communiqué signé «Les citoyens français» posté vendredi sur les réseaux sociaux, les gilets jaunes réclamaient «une audience avec le Premier ministre ainsi que le ministre de la Transition écologique et solidaire au cours de laquelle un groupe de citoyens pourra échanger ». 

«Si on veut se faire entendre, il faut aller à Paris. C'est là que sont les politiques. Ce qu'on fait, en province, ça ne compte pas pour eux. Ils laissent pourrir le mouvement en pensant qu'on va abandonner, mais ils se trompent et on va leur montrer», estimait vendredi Tina, trentenaire de Peyrehorade (Landes). De nombreuses actions sont également prévues en province, berceau de cette contestation qui se revendique «populaire» et «apolitique» contre les prix du carburant, les taxes et la baisse du pouvoir d'achat. De nombreux gilets jaunes ont annoncé qu'ils resteront dans leurs régions, faute de moyens ou par crainte d'éventuelles échauffourées à Paris. 

«Il n'est pas certain que les montées soient massives depuis la province, les indications sont plutôt d'un autre ordre», a confirmé vendredi M. Delpuech. Rassemblements dans les préfectures et sous-préfectures (Lyon, Lille, Toulouse, Limoges, Carcassonne...), opérations «péages gratuits», barrages filtrants sur des axes routiers ou des zones commerciales, et autres actions «spectaculaires» ont été annoncées par les manifestants, qui ont gardé le secret. L'opérateur Vinci Autoroute faisait notamment état samedi matin de manifestants à la barrière de péage de La Barque, près d'Aix-en-Provence, et sur des sorties de l'A10 à Châtellerault (Vienne) et de l'A11 au Mans et la Ferté-Bernard. Certaines préfectures ont pris des dispositions spéciales, comme à Bordeaux où les manifestations des gilets jaunes ont été interdites dans le centre-ville. 


Sur le même sujet

Journée-test pour l'exécutif face aux «gilets jaunes»
Cortèges interdits sur les Champs-Elysées et dans plusieurs villes, appui des militaires de Sentinelle: l'exécutif teste ce samedi un nouvel arsenal sécuritaire pour l'acte 19 des «gilets jaunes», après les violences à Paris le week-end dernier.
A demonstrator (C) wearing a yellow vest (gilet jaune) on which is written all the previous yellow vest protests,  takes part in a 'Day of strikes' called by French workers' unions to demand more purchasing power and to defend public services, on March 19, 2019 in Montpellier. (Photo by Pascal GUYOT / AFP)
Neuvième samedi de mobilisation des «gilets jaunes»
«Pas de lutte des classes, tous chez les Bourgeois»: pour leur neuvième samedi de mobilisation, les «gilets jaunes» veulent monter un nouveau foyer de contestation à Bourges, en plus de Paris, pour démontrer que leur colère n'est pas éteinte, à trois jours du débat national censé apaiser la crise.
Pour la première fois depuis le début du mouvement, un grand appel a été lancé pour un rassemblement à Bourges ce samedi.
Gilets jaunes: Macron dit sa «honte» des violences à Paris
Un «acte 2» moins mobilisateur au niveau national, mais avec des incidents violents à Paris: la manifestation des «gilets jaunes» samedi sur les Champs-Elysées a donné lieu à des échauffourées et des interpellations, violences condamnées par Emmanuel Macron.
TOPSHOT - Yellow vests (Gilets jaunes) protestors stand behind a burning barricade during a protest against rising oil prices and living costs as night falls on the Champs Elysees in Paris, on November 24, 2018. - Security forces in Paris fired tear gas and water cannon on November 24 to disperse protesters. Several thousand demonstrators, wearing high-visibility yellow jackets, had gathered on the avenue as part of protests which began on November 17, 2018. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)