Changer d'édition

A la recherche de l'impossible accord commercial
International 3 min. 28.01.2020 Cet article est archivé

A la recherche de l'impossible accord commercial

Le Français Michel Barnier va mener les négociations liées au Brexit pour le compte de l'UE. Un travail entamé depuis 2016.

A la recherche de l'impossible accord commercial

Le Français Michel Barnier va mener les négociations liées au Brexit pour le compte de l'UE. Un travail entamé depuis 2016.
Photo: dpa
International 3 min. 28.01.2020 Cet article est archivé

A la recherche de l'impossible accord commercial

L'Union européenne entrera samedi dans la seconde phase des négociations avec Londres, celle portant sur la relation future, en particulier au niveau économique. Etat des lieux avant ces discussions qui s'annoncent intenses.

(AFP) - Les Britanniques entreront après leur départ vendredi dans une période de transition jusqu'au 31 décembre, pendant laquelle ils continueront d'appliquer les règles européennes. C'est pendant cette période que devra être négociée la nouvelle relation. 

La Commission présentera le 3 février un mandat de négociation, qui devra être approuvé par les Etats membres lors d'une réunion ministérielle le 25 février. Les discussions pourront alors officiellement débuter.       


Ursula von der Leyen (à g.) et Charles Michel ont paraphé le document sous le regard de Michel Barnier
Commission et Conseil de l'UE signent l'accord de Brexit
Ursula von der Leyen et Charles Michel ont signé vendredi l'accord de Brexit approuvé par le Royaume-Uni pour permettre sa ratification par le Parlement européen, a annoncé la présidente de la Commission européenne.

Première échéance: le 1er juillet. Au plus tard à cette date il sera décidé de prolonger ou non la période de transition - et donc de négociation - d'une ou deux années. Mais le Premier ministre britannique Boris Johnson a déjà rejeté une telle extension et l'a inscrit dans la loi. 

Si l'on tient compte du temps nécessaire à la ratification d'un accord, Londres et Bruxelles ne devraient donc disposer, au mieux, que de huit mois, de mars à octobre, pour parvenir à s'entendre. «C'est mission impossible», résume un diplomate européen.   

Accord limité 

Compte tenu de ces contraintes, l'UE ne pourra atteindre son objectif initial d'un «accord global» couvrant tous les aspects de la future relation (commerce des biens et des services, migration ou encore politique étrangère). «C'est le choix britannique de hâter le temps de la discussion», a remarqué Michel Barnier, négociateur en chef de la Commission, dans le Journal du dimanche. Mais certains dossiers devront être réglés «sans quoi ils créeront une situation de rupture», a-t-il averti.  

Bruxelles a pour priorité de parvenir en 2020 à des compromis sur la pêche, la sécurité intérieure et extérieure et surtout le commerce de biens. Le reste sera négocié plus tard. En matière commerciale, Londres n'ambitionne de toute façon qu'un simple accord de libre-échange, à l'image de ceux négociés par l'UE avec le Canada ou le Japon.   


A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows tellers announcing the result of a vote on the third reading of the European Union (Withdrawal Agreement) Bill, in the House of Commons in London on January 9, 2020. - The European Union (Withdrawal Agreement) Bill has cleared the House of Commons after getting its third reading by 330 votes to 231. (Photo by HO / PRU / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU "
Le Brexit approuvé après trois ans de crise
Cette fois, «it's done»: les députés britanniques ont donné leur feu vert au grand saut. Londres va enfin pouvoir quitter l'Union européenne, même si les négociations à venir s'annoncent délicates à mener même pour un Boris Johnson conforté par ce vote.

L'UE souhaite que l'accord comprenne un mécanisme pour régler les différends, qui pourrait imposer des sanctions, voire suspendre le futur accord en cas de non-respect de ses dispositions.  

«Une dizaine de tables de négociation seront ouvertes en parallèle», a souligné Michel Barnier, dont l'homologue britannique devrait être David Frost. Selon une source européenne, seuls «huit à dix cycles de négociation d'une semaine, soit une quarantaine de jours de négociation pure» pourront être organisés.

Cela semble bien peu quand il a fallu des années à l'UE pour s'entendre avec le Canada, un partenaire autrement moins important que le Royaume-Uni. «On accorde deux ou trois semaines à chaque sujet et on voit ce qui est possible. Si le blocage est trop important, on passe à autre chose. Il y aura des thèmes bien avancés, d'autres iront nulle part», anticipe un diplomate.  

Le Luxembourg et les services financiers

Principale préoccupation de Bruxelles: s'assurer que Londres ne dérégule pas son économie en matière environnementale, sociale, fiscale ou d'aides d'Etat, et de commerce en suivant des règles du jeu équitables. Certains Etats membres aimeraient que les Britanniques s'alignent sur les règles de l'UE dans ces quatre domaines, puis s'adaptent de manière automatique aux changements de législation. Une demande jugée indispensable étant donné la proximité géographique et économique du Royaume-Uni. 

Mais Boris Johnson «a clairement indiqué qu'il veut un accord de libre-échange de type canadien sans alignement», rappelle un responsable britannique. «Le point de départ, ce sont des normes exceptionnellement élevées», ajoute-t-il.

L'UE et le Royaume-Uni devront trouver un accord sur la pêche avant le 1er juillet.
L'UE et le Royaume-Uni devront trouver un accord sur la pêche avant le 1er juillet.
Photo: dpa

«Il va être difficile de maintenir l'unité européenne», estime un diplomate européen, les priorités des capitales n'étant pas les mêmes. Les pays de l'est de l'Europe attachent ainsi une grande importance aux biens industriels. D'autres, comme le Luxembourg, aux services financiers. La France, le Danemark, l'Irlande, la Belgique et les Pays-Bas tiennent, eux, à garder leur accès aux eaux britanniques pour la pêche, un sujet hautement symbolique qui sera scruté par les autres pays, inquiets des concessions à Londres.    

La pêche devrait d'autant plus animer les discussions que Bruxelles semble conditionner l'ouverture des négociations purement commerciales à un accord dans ce domaine. Les deux parties ont d'ailleurs promis de s'entendre sur la pêche avant le 1er juillet.  


Sur le même sujet

Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes
Des discussions sur le futur accord post-Brexit entre Londres et l'UE s'ouvrent ce lundi à Bruxelles dans un climat tendu et sous la pression du calendrier. D'autant que plusieurs points de friction sont susceptibles de bloquer les négociations.
ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Feu vert au négociateur Michel Barnier
Les représentants des 27 Etats membres de l'UE ont approuvé lundi le mandat de leur négociateur français, fixant leurs conditions sur la future relation commerciale avec le Royaume-Uni.
Après le feu vert des ambassadeurs, le mandat de Michel Barnier (à g.) devra encore être formellement adopté ce mardi lors d'une réunion ministérielle
Londres refuse les règles imposées par l'UE
Le Royaume-Uni entend négocier avec Bruxelles un accord de libre-échange «d'égal à égal» et n'acceptera pas que l'Union européenne contrevienne à sa liberté de fixer ses propres règles, prévient le négociateur britannique sur le Brexit, David Frost.
Boris Johnson espère conclure un accord de libre-échange du même type que ceux récemment négociés par l'UE avec le Canada ou le Japon
Londres et Bruxelles s'opposent sur l'après-Brexit
Trois jours ont passé depuis la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et la bataille de l'après a commencé ce lundi. Boris Johnson rejette l'alignement réclamé par Bruxelles sur les règles de l'UE comme «prix» à payer pour un accord de libre-échange.
Le ton s'est durci entre le négociateur européen, Michel Barnier, et le Premier ministre britannique, ce lundi