Changer d'édition

À J-1 du Brexit: L'Ecosse vers un nouveau référendum d'indépendance
International 3 min. 28.03.2017

À J-1 du Brexit: L'Ecosse vers un nouveau référendum d'indépendance

Le Premier ministre de Grande-Bretagne Theresa May (à dr.) et son homologue écossaise Nicola Sturgeon posent pour une photo avant leur entretien à Glasgow, lundi.

À J-1 du Brexit: L'Ecosse vers un nouveau référendum d'indépendance

Le Premier ministre de Grande-Bretagne Theresa May (à dr.) et son homologue écossaise Nicola Sturgeon posent pour une photo avant leur entretien à Glasgow, lundi.
AFP
International 3 min. 28.03.2017

À J-1 du Brexit: L'Ecosse vers un nouveau référendum d'indépendance

Une rupture peut-elle en cacher une autre ? A J-1 du lancement du Brexit, les députés écossais doivent donner leur feu vert mardi à un nouveau référendum d'indépendance en Ecosse, susceptible de dynamiter le Royaume-Uni.

(AFP) - Une rupture peut-elle en cacher une autre ? A J-1 du lancement du Brexit, les députés écossais doivent donner leur feu vert mardi à un nouveau référendum d'indépendance en Ecosse, susceptible de dynamiter le Royaume-Uni.

Le Parlement régional, dominé par les indépendantistes du parti national écossais SNP, aurait dû se prononcer sur la question mercredi dernier déjà.

Mais l'attentat contre le Parlement de Westminster à Londres avait provoqué le report du vote qui intervient désormais à la veille du déclenchement du Brexit, renforçant encore la dramaturgie autour de ces deux événements historiques.

La quasi concomitance des deux rendez-vous est finalement logique tellement le désir écossais de rompre avec le reste du Royaume-Uni est lié à la rupture en passe d'être officialisée entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne.

Sans le Brexit, approuvé par 52% des Britanniques mais rejeté par 62% des Ecossais, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon n'aurait pas demandé si tôt l'organisation d'un nouveau référendum d'autodétermination, trois ans seulement après celui perdu par les indépendantistes (à 55% contre 45%) en 2014.

"Les circonstances ont changé avec le Brexit", insiste la dirigeante du SNP qui veut que l'Ecosse continue à faire partie au moins du marché unique européen.

Elle espère, dans l'idéal, tenir une nouvelle consultation fin 2018 ou début 2019, avant la fin prévue des négociations de sortie entre UE et Royaume-Uni.

'Inacceptable'

La première étape pour Mme Sturgeon consiste à avoir l'autorisation du Parlement écossais mardi après-midi de demander à Londres un référendum d'indépendance.

Cela devrait être une formalité puisque les députés du SNP, majoritaires, peuvent compter sur le soutien des écologistes pour briser l'opposition des conservateurs et travaillistes écossais qui sont vent debout contre l'indépendance.

Si, comme prévu, les députés accèdent au voeu de Mme Sturgeon, il lui faudra ensuite recevoir le feu vert du Parlement britannique et du gouvernement de la Première ministre Theresa May.

Mme May, qui estime que ce n'est "pas le bon moment" pour un référendum en Ecosse, a en théorie le pouvoir de bloquer l'initiative.

Mais s'opposer au vote du Parlement écossais serait compliqué à assumer sur le plan politique. Revendiquant "un mandat démocratique incontestable", Mme Sturgeon répète que ce serait même "totalement inacceptable".

A défaut d'enrayer le processus, Theresa May pourrait chercher à devenir maître du calendrier en repoussant au maximum la date d'un nouveau référendum, au-delà de la sortie effective du Royaume-Uni de l'UE. Nicola Sturgeon a d'ores et déjà fait savoir qu'elle serait "ouverte à la discussion" sur ce point.

'Impossible à arrêter'

Theresa May, qui doit également gérer une crise politique en Irlande du nord, est déterminée à tout faire pour sauvegarder l'unité du Royaume-Uni, mis à rude épreuve depuis le référendum sur l'UE du 23 juin 2016.

"Au moment où le Royaume-Uni s'apprête à quitter l'Union européenne (...) la force et la stabilité de notre union seront plus importantes que jamais", a-t-elle souligné lors d'un court déplacement en Ecosse lundi.

Unie, la Grande-Bretagne est "une force impossible à arrêter", a-t-elle insisté avant de rencontrer Mme Sturgeon. Celle-ci a fait état d'un dialogue cordial mais qui n'a abouti sur aucune avancée notable.

Si elle parvient à décrocher un nouveau référendum, il restera à Mme Sturgeon de convaincre les Écossais. Selon un sondage publié il y a une semaine, seuls 44% d'entre eux sont à ce jour favorables à une indépendance.

Le vote au Parlement écossais interviendra la veille du déclenchement de l'article 50 du Traité de Lisbonne qui marque le divorce avec l'Union européenne et le début de deux ans de négociations difficiles et complexes.

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, a prévenu la semaine dernière que le Royaume-Uni devra solder ses comptes avant de quitter l'UE. Selon un haut responsable européen, la Commission européenne a évalué la facture pour les Britanniques à entre 55 et 60 milliards d'euros.

L'autre problème à régler en "priorité absolue", selon M. Barnier, sera celui des 1,2 million de ressortissants britanniques vivant dans l'UE et des plus de trois millions de citoyens de l'UE résidant en Grande-Bretagne.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Royaume-Uni: Le Brexit, c'est parti!
Neuf mois après le vote pour le Brexit, le Royaume-Uni lance mercredi le processus historique de sortie de l'Union européenne, qu'il avait rejointe avec réserve il y a 44 ans, et ouvre deux ans de difficiles négociations pour couper les amarres au printemps 2019.
La lettre de divorce, signée mardi soir par Mme May, sera transmise au même moment au président du Conseil européen Donald Tusk par l'ambassadeur britannique à Bruxelles Tim Barrow.
Royaume-Uni : Le Brexit sera déclenché le 29 mars
Le gouvernement britannique de Theresa May va déclencher le 29 mars le processus historique de divorce avec l'Union européenne, lançant ainsi deux années de négociations complexes et difficiles après plus de quarante ans d'une relation tourmentée.
In zwei Jahren wird Großbritannien kein EU-Mitglied mehr sein.
Grande-Bretagne: Le Parlement doit se prononcer sur le Brexit
La Haute Cour de justice de Londres a statué jeudi que le Parlement britannique devra voter sur le déclenchement de la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, une décision qui pourrait ralentir le Brexit et peser sur la stratégie des négociations de sortie de l'UE.
Brexit: Les Ecossais bien décidés à rester dans l'UE
Après le choix du Brexit, plus de la moitié des Ecossais sont favorables à un nouveau référendum d'indépendance, selon deux sondages, qui viennent conforter la volonté de leur Premier ministre Nicola Sturgeon d'ouvrir des négociations directes avec l'Union européenne.
Tourists look at London-themed merchandise as Union flags fly above a street vendor's stall near the Big Ben clock face and the Elizabeth Tower at the Houses of Parliament in central London on June 26, 2016. 
Britain's opposition Labour party plunged into turmoil Sunday and the prospect of Scottish independence drew closer, ahead of a showdown with EU leaders over the country's seismic vote to leave the bloc. Two days after Prime Minister David Cameron resigned over his failure to keep Britain in the European Union, Labour leader Jeremy Corbyn faced a revolt by his lawmakers who called for him, too, to quit.
 / AFP PHOTO / BEN STANSALL