Changer d'édition

A Dominic Raab de diriger le Royaume-Uni
International 2 min. 07.04.2020 Cet article est archivé

A Dominic Raab de diriger le Royaume-Uni

Le remplaçant temporaire de Boris Johnson a présidé une première réunion de crise, ce mardi matin.

A Dominic Raab de diriger le Royaume-Uni

Le remplaçant temporaire de Boris Johnson a présidé une première réunion de crise, ce mardi matin.
Photo : AFP
International 2 min. 07.04.2020 Cet article est archivé

A Dominic Raab de diriger le Royaume-Uni

Le Premier ministre Boris Johnson, ayant été admis lundi soir en soins intensifs pour cause de coronavirus, le voilà remplacé provisoirement par son ministre des Affaires étrangères.

(AFP) - Non, à l'heure actuelle Dominic Raab ne dispose pas de l'entièreté des pouvoirs qu'avait, jusqu'alors, Boris Johnson. Et pourtant, c'est bien ce jeune ministre des Affaires étrangères de 46 ans qui actuellement remplace le Premier ministre britannique dont l'état n'inspire toujours pas confiance.

Qui est aux commandes ?

Avant d'être admis en soins intensifs, Boris Johnson avait demandé à Dominic Raab de le «remplacer si nécessaire», a déclaré un porte-parole de Downing street. M. Raab avait déjà présidé lundi la conférence quotidienne du gouvernement sur le coronavirus, à la suite de l'hospitalisation du Premier ministre dimanche soir pour des tests.

Il coordonnera également le travail des autres ministres ou secrétaires en charge de comités spécifiquement liés au coronavirus, comme celui concernant la lutte sanitaire ou les efforts pour soutenir les entreprises en ce temps de crise. 

Et si Johnson meurt ?

Si un ministre est parfois informellement désigné comme vice-Premier ministre, cela ne signifie pas qu'il prendra automatiquement le relais en cas de décès du chef du gouvernement. Le gouvernement peut collectivement décider de recommander un successeur à la reine Elisabeth, par exemple «le temps que le parti au pouvoir élise un nouveau dirigeant». Mais le successeur désigné pourrait rester au pouvoir «jusqu'à ce qu'il choisisse de démissionner, ou que le gouvernement le force à partir».

Y a-t-il eu des précédents? 

Le Premier ministre délègue souvent certaines tâches à d'autres membres du gouvernement, par exemple présider des réunions pendant qu'il est en vacances. Il est dans ce cas tenu informé et reste aux commandes. Pendant la Guerre Froide, le Premier ministre nommait un «adjoint nucléaire» chargé de décider ce qu'il fallait faire si lui-même était injoignable ou dans l'incapacité de prendre une décision.

«Il reçoit un traitement standard à l'oxygène et respire sans aucune assistance. Il n'a pas eu besoin de ventilation mécanique ou d'aide respiratoire non invasive», a déclaré mardi le porte-parole du Premier ministre.
«Il reçoit un traitement standard à l'oxygène et respire sans aucune assistance. Il n'a pas eu besoin de ventilation mécanique ou d'aide respiratoire non invasive», a déclaré mardi le porte-parole du Premier ministre.
Photo : AFP

Cependant, lorsque Winston Churchill, alors Premier ministre, avait souffert d'une attaque en 1953, son remplaçant le plus évident, le Ministre des affaires étrangères Anthony Eden, était lui-même hospitalisé pour une opération. La nouvelle avait alors été cachée à la plupart des membres du gouvernement et Churchill était resté aux manettes. 

La stratégie contre le covid-19 change-t-elle ?

Dominic Raab a insisté sur le fait qu'il suivrait à la lettre le plan du Premier ministre contre le covid-19. Depuis le 23 mars, les Britanniques sont priés de rester chez eux autant que possible et la plupart des magasins sont fermés. Toutefois, ces mesures devraient être réexaminées la semaine prochaine. Michael Gove, un ministre de premier plan, a déclaré que la décision ne serait pas retardée, mais qu'elle serait prise «collectivement, en tant que gouvernement», M. Raab ayant le dernier mot si M. Johnson n'est toujours pas en mesure de trancher.


Sur le même sujet

François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Défense, de la Mobilité et de la Sécurité intérieure revient sur l’état de crise et les enseignements à en tirer pour l’avenir.
Politik, Interview Francois Bausch, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Anxiétés, soucis domestiques ou liés au télétravail, solitude: la hotline ouverte au début de la crise du covid-19 offre aussi un soutien psychologique multilingue. Depuis le 1er avril, deux psychologues dûment qualifiés veillent au bien-être des citoyens confinés en détresse.
Avec la crise sanitaire, la Caisse nationale de santé est confrontée à un surplus d'activité. En temps normal, elle procède à 8.000 paiements par mois, aujourd'hui il faut en réaliser près de 80.000.
Lokales,CNS,Assurances Sociales,Krankekees. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Pour répondre à des arrivées plus massives de patients, le centre hospitalier Emile Mayrisch a considérablement augmenté sa capacité de lits. Au lieu de deux, l'hôpital disposera bientôt de quatre unités de soins intensifs.
Lokales, Corona-Virus Covid 19, CHEM Esch Alzette, Die Kantine des CHEM wurde in eine Pflegestation umgebaut, Fiebermessung, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Depuis lundi soir, la santé du Premier ministre britannique a sérieusement décliné. Le fantasque politique, frappé par le covid-19, a dû être placé en soins intensifs.
Police officers stand in front of barriers as a contractor erects them outside St Thomas' Hospital in London on April 6, 2020. - British Prime Minister Boris Johnson was in hospital on Monday undergoing tests after suffering "persistent" symptoms of coronavirus for 10 days, but colleagues insisted he remains in charge of the government. Reports have suggested that the prime minister was admitted to nearby St Thomas' Hospital last night. (Photo by Tolga AKMEN / AFP)
Testé positif au coronavirus il y a dix jours, le chef de gouvernement conservateur de 55 ans est le dirigeant mondial le plus éminent à avoir été contaminé. Il a été hospitalisé dimanche pour subir de nouveaux examens.
(FILES) In this file photo taken on March 28, 2020 A handout picture released by 10 Downing Street, the office of the British prime minister on March 28, 2020, shows an image of Britain's Prime Minister Boris Johnson on a screen as he remotely chairs the morning novel coronavirus Covid-19 meeting by video link, in Downing Street in central London. - British Prime Minister Boris Johnson was taken to hospital on April 5, 2020 for tests, his office said, 10 days after he tested positive for coronavirus. Johnson, 55, announced he had mild symptoms of COVID-19 on March 27 and had been in self-isolation at his Downing Street residence for seven days. (Photo by Andrew PARSONS / 10 Downing Street / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / 10 DOWNING STREET / ANDREW PARSONS / HANDOUT" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS