Changer d'édition

A Davos: David Davis promet un Royaume-Uni «indépendant» après le Brexit
International 2 min. 26.01.2018

A Davos: David Davis promet un Royaume-Uni «indépendant» après le Brexit

David Davis,  ministre britannique chargé du Brexit, doit confirmer la position inflexible du gouvernement britannique.

A Davos: David Davis promet un Royaume-Uni «indépendant» après le Brexit

David Davis, ministre britannique chargé du Brexit, doit confirmer la position inflexible du gouvernement britannique.
AFP
International 2 min. 26.01.2018

A Davos: David Davis promet un Royaume-Uni «indépendant» après le Brexit

Le ministre britannique chargé du Brexit David Davis va tenter vendredi de rassurer le camp des eurosceptiques sur la volonté du gouvernement de couper vraiment les ponts avec l'Union européenne.

 (AFP) - Le ministre britannique chargé du Brexit David Davis va tenter vendredi de rassurer le camp des eurosceptiques sur la volonté du gouvernement de couper vraiment les ponts avec l'Union européenne, après des propos du ministre des Finances qui ont suscité leur ire.

La veille, Philip Hammond a affirmé que son pays souhaitait «la relation commerciale la plus étroite possible» avec l'UE après le Brexit, lors du Forum économique mondial à Davos. Et suggéré que le Royaume-Uni ne s'éloignerait que «très modestement» de l'économie européenne après la sortie.

Ces propos ont été désavoués par la Première ministre conservatrice Theresa May, dont un porte-parole a affirmé que la volonté de Londres de quitter le marché unique et l'union douanière «ne peuvent être décrits comme des changements très modestes».

Ne pas se laisser intimider par Bruxelles

Le chef d'un groupe parlementaire conservateur pro-Brexit, Jacob Rees-Mogg, a aussi saisi la balle au bond pour mettre en garde Mme May contre toute tentative de ne pas respecter le vote des Britanniques pour le Brexit, laissant une nouvelle fois éclater au grand jour les divisions qui règnent au sein de la majorité gouvernementale sur la question de la future relation avec l'UE.

Accusant le gouvernement de se laisser «intimider» par Bruxelles, le parlementaire a souligné qu'il n'accepterait pas un modèle qui «nous maintiendrait dans un système similaire au marché unique et l'union douanière».

Ces tensions interviennent alors que les 27 autres pays de l'UE s'apprêtent à approuver la semaine prochaine les directives sur une période de transition de deux ans réclamée par Londres après sa sortie de l'UE prévue le 29 mars 2019.

Les négociations sur la future relation interviendront ensuite mais, à un peu plus d'un an seulement du Brexit, Londres doit encore préciser ce qu'il souhaite.

Mener sa propre politique commerciale

Dans son discours vendredi après-midi, David Davis doit promettre qu' «en tant que pays indépendant, plus membre de l'Union européenne, le Royaume-Uni pourra à nouveau mener sa propre politique commerciale», selon des extraits diffusés à l'avance.

Il doit aussi affirmer que son pays pourra négocier et même signer des accords commerciaux durant la période de transition, qui ne pourront toutefois pas être appliqués immédiatement.

Le ministre a nié les accusations de M. Rees-Mogg selon lequel le Royaume-Uni deviendra un État «vassal» de l'UE durant cette période de transition, pendant laquelle Londres continuera d'appliquer les règles du marché unique et de l'union douanière.


Sur le même sujet

Theresa May s'empêtre dans les refus
Le parlement britannique a rejeté jeudi à nouveau trois options face au Brexit: le nouvel accord négocié par Theresa May à Bruxelles, le «no deal» et l'organisation d'un nouveau référendum. La sortie de l'UE pourrait être reportée au 30 juin.
Theresa May à la sortie du Parlement britannique jeudi soir.
Les Britanniques auront des papiers européens jusqu'en 2020
Un projet de loi prévoit de mettre en place l'«approche généreuse» prévue par la Commission européenne et permettre aux 4.600 citoyens britanniques installés au Luxembourg de s'adapter aux changements que le Brexit va provoquer dans leurs droits.
An anti-Brexit protester draped in a composite if the EU and Union flag walks past more flags outside the Houses of Parliament in London on March 4, 2019. - Britain's Prime Minister Theresa May has promised to return to parliament with an EU Withdrawl Bill for lawmakers to have a 'meaningful vote' by March 12. Unless there is a negotiated delay Britain will leave the EU on March 29. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Royaume-Uni: Le Brexit, c'est parti!
Neuf mois après le vote pour le Brexit, le Royaume-Uni lance mercredi le processus historique de sortie de l'Union européenne, qu'il avait rejointe avec réserve il y a 44 ans, et ouvre deux ans de difficiles négociations pour couper les amarres au printemps 2019.
La lettre de divorce, signée mardi soir par Mme May, sera transmise au même moment au président du Conseil européen Donald Tusk par l'ambassadeur britannique à Bruxelles Tim Barrow.
Royaume-Uni : Le Brexit sera déclenché le 29 mars
Le gouvernement britannique de Theresa May va déclencher le 29 mars le processus historique de divorce avec l'Union européenne, lançant ainsi deux années de négociations complexes et difficiles après plus de quarante ans d'une relation tourmentée.
In zwei Jahren wird Großbritannien kein EU-Mitglied mehr sein.