Changer d'édition

62% des Européens ignorent la date des élections en mai
International 2 min. 25.04.2019 Cet article est archivé

62% des Européens ignorent la date des élections en mai

Moins de 40% des citoyens de l'UE savent que les élections européennes se tiendront en mai.

62% des Européens ignorent la date des élections en mai

Moins de 40% des citoyens de l'UE savent que les élections européennes se tiendront en mai.
Photo: AFP
International 2 min. 25.04.2019 Cet article est archivé

62% des Européens ignorent la date des élections en mai

Parmi les citoyens de l'UE qui peuvent affirmer que l'échéance électorale se tiendra en mai, seuls 5% peuvent en citer les dates exactes, selon un baromètre publié ce mardi pour le Parlement européen.

(AFP) - Moins de 40% des Européens savent que les élections européennes se tiendront en mai, et seulement 5% peuvent en citer les dates exactes, entre le 23 et le 26 mai, selon un baromètre réalisé par Kantar Public. Le sondage qui a été publié ce jeudi par le Parlement européen, indique que 38% des Européens (hors Royaume-Uni) connaissaient fin février le mois des élections à venir. 

La proportion était supérieure à 50% dans sept pays, dont le Luxembourg (61% de réponses correctes), l'Italie, et atteignait 34% en France. Dans quatre pays (Danemark, Pays-Bas, Suède, Belgique), plus de la moitié des sondés se sont déclarés certains de voter (58% à 65% des personnes interrogées). C'est le cas pour 44% des Français, un taux supérieur à la moyenne européenne (35%) et en hausse de 10 points par rapport au précédent baromètre de septembre-octobre. 

Selon Eddy Vautrin-Dumaine, de Kantar Public France, cité dans le communiqué du Parlement, le taux de participation en France devrait approcher celui de 2014 (42,4%), même si la prévision est «délicate»: d'un côté il s'agit du premier test électoral pour le président Emmanuel Macron, de l'autre les électeurs français «pourraient être surpris par le manque de noms connus parmi les têtes de liste, ce qu'ils pourraient interpréter comme un signe que la classe politique française considère ces élections comme de moindre importance». 

Economie et croissance au coeur des préoccupations

Les principaux sujets de préoccupation des Européens restent l'économie, la croissance, la lutte contre le chômage des jeunes et l'immigration. Sur ce dernier thème, 44% estiment que l'immigration devrait être une priorité dans la campagne, contre 50% en septembre-octobre. A l'inverse, le changement climatique et la protection de l'environnement prennent de l'importance, cités par 56% de Luxembourgeois et 43% d'Européens. 

La lutte contre le terrorisme reste également dans les priorités les plus citées. En France, les sondés ont placé en tête le chômage des jeunes (57%), puis le changement climatique (52%) et le terrorisme (50%). L'immigration perd sept points par rapport à l'automne, avancée par 32% des sondés. 

Selon ce baromètre de printemps, 86% de Luxembourgeois soutiennent l'adhésion à l'UE et 61% en moyenne dans les 27 pays, niveau inconnu depuis la chute du mur de Berlin (1989) et l'adoption du traité de Maastricht (1992). Toutefois, note Kantar Public, «le niveau d'incertitude a évolué, comme le montrent les 27% d'Européens estimant que l'UE n'est +ni une bonne chose, ni une mauvaise chose+, avec une hausse enregistrée dans 19 pays». Sondage réalisé entre le 19 février et le 4 mars dans 28 Etats membres, auprès de 27.973 personnes représentatives de la population de plus de 15 ans.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.