Changer d'édition

40.500 gilets jaunes dans les rues pour l'acte 19
International 8 2 min. 24.03.2019

40.500 gilets jaunes dans les rues pour l'acte 19

International 8 2 min. 24.03.2019

40.500 gilets jaunes dans les rues pour l'acte 19

Environ 40.500 personnes, dont 5.000 à Paris, ont manifesté samedi pour l'acte 19 des «gilets jaunes» en France, où les «consignes de fermeté» données «ont permis de maintenir l'ordre et d'éviter des débordements», a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

(AFP) - Samedi dernier, ils étaient, selon la même source, 32.000 dans l'ensemble du pays, dont 10.000 à Paris où l'acte 18 du mouvement de contestation sociale avait donné lieu à des scènes de saccage sur les Champs-Elysées, entraînant un renforcement drastique du dispositif de sécurité.

Du côté des «gilets jaunes», qui ont établi leur propre mode de comptage et contestent celui des autorités, on affichait 127.212 manifestants dans tout le pays.

«Aujourd'hui, l'ordre républicain a été maintenu», s'est félicité le ministre de l'Intérieur lors d'une déclaration place Beauvau. Il a relevé que 233 interpellations avaient eu lieu dans toute la France, 172 placements en garde à vue et 107 personnes verbalisées pour avoir tenté de prendre part à des rassemblements interdits.

«Les bonnes consignes ont été appliquées et les résultats sont là: toutes les manifestations déclarées, à Paris comme en région, ont pu se dérouler globalement dans le calme» et les «tentatives de violences et de pillage ont pu être prévenues, empêchées, stoppées», a-t-il affirmé.

«Dans toute la France, de nombreuses personnes ont été interpellées alors même qu'elles tentaient de rejoindre Paris avec des battes de baseball, des projectiles, des masques à gaz et la volonté revendiquée de casser», a affirmé Christophe Castaner.

Après les saccages de samedi dernier et le limogeage du préfet de police, le dispositif policier a été revu et renforcé à Paris et les manifestations ont été interdites des périmètres clés dans plusieurs villes, comme sur les Champs-Elysées à Paris ou la place du Capitole à Toulouse.


A demonstrator (C) wearing a yellow vest (gilet jaune) on which is written all the previous yellow vest protests,  takes part in a 'Day of strikes' called by French workers' unions to demand more purchasing power and to defend public services, on March 19, 2019 in Montpellier. (Photo by Pascal GUYOT / AFP)
Journée-test pour l'exécutif face aux «gilets jaunes»
Cortèges interdits sur les Champs-Elysées et dans plusieurs villes, appui des militaires de Sentinelle: l'exécutif teste ce samedi un nouvel arsenal sécuritaire pour l'acte 19 des «gilets jaunes», après les violences à Paris le week-end dernier.

Sur l'ensemble du territoire, 65.000 policiers et gendarmes étaient mobilisés, ainsi que 30.000 sapeurs-pompiers. A Paris, «8.545 contrôles préventifs ont été réalisés», a indiqué le ministre. Selon la préfecture de police, 96 personnes ont été interpellées et 53 verbalisées.

A Nice ou à Bordeaux aussi, «les personnes qui ont tenté de braver les arrêtés d'interdiction de manifestation ont été arrêtées et sanctionnées», a-t-il poursuivi, relevant «80 interpellations» à Nice.

Notant que les manifestations autorisées s'étaient déroulées sans heurts notables, il a conclu que c'était «une preuve nouvelle que le problème n'est pas la manifestation mais bien les émeutiers et leurs complices».

Le ministre a également eu «une pensée particulière» pour un policier victime qu'un grave malaise cardiaque place de la République à Paris et pour une «manifestante blessée ce matin à Nice».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Journée-test pour l'exécutif face aux «gilets jaunes»
Cortèges interdits sur les Champs-Elysées et dans plusieurs villes, appui des militaires de Sentinelle: l'exécutif teste ce samedi un nouvel arsenal sécuritaire pour l'acte 19 des «gilets jaunes», après les violences à Paris le week-end dernier.
A demonstrator (C) wearing a yellow vest (gilet jaune) on which is written all the previous yellow vest protests,  takes part in a 'Day of strikes' called by French workers' unions to demand more purchasing power and to defend public services, on March 19, 2019 in Montpellier. (Photo by Pascal GUYOT / AFP)
L'acte 18 des «Gilets jaunes» sous tension
La journée est présentée comme un «ultimatum» au président Macron: des milliers de «gilets jaunes» ont commencé à se rassembler samedi à Paris, avec de premiers heurts en fin de matinée.
A Yellow Vest protester wearing a mask depicting the French President on which is written 'psycho', gestures behind flames rising from barricades, in Paris on March 16, 2019, during the 18th consecutive Saturday of demonstrations called by the 'Yellow Vest' (gilets jaunes) movement. - Demonstrators hit French city streets again on March 16, for a 18th consecutive week of nationwide protest against the French President's policies and his top-down style of governing, high cost of living, government tax reforms and for more "social and economic justice." (Photo by Zakaria ABDELKAFI / AFP)
Gilets jaunes: Macron dit sa «honte» des violences à Paris
Un «acte 2» moins mobilisateur au niveau national, mais avec des incidents violents à Paris: la manifestation des «gilets jaunes» samedi sur les Champs-Elysées a donné lieu à des échauffourées et des interpellations, violences condamnées par Emmanuel Macron.
TOPSHOT - Yellow vests (Gilets jaunes) protestors stand behind a burning barricade during a protest against rising oil prices and living costs as night falls on the Champs Elysees in Paris, on November 24, 2018. - Security forces in Paris fired tear gas and water cannon on November 24 to disperse protesters. Several thousand demonstrators, wearing high-visibility yellow jackets, had gathered on the avenue as part of protests which began on November 17, 2018. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)
Aux urnes ce dimanche: Une sécurité renforcée pour le second tour
Des mesures de sécurité renforcée autour des bureaux de vote, des dizaines de milliers de policiers et gendarmes mobilisés, des rassemblements et manifestations post-résultats sous haute surveillance: le second tour de la présidentielle se déroulera ce dimanche sous «des conditions de sécurité maximales», selon l'Intérieur.