Changer d'édition

300 patients atteints de la maladie de Lyme portent plainte
International 4 min. 21.12.2017 Cet article est archivé
France

300 patients atteints de la maladie de Lyme portent plainte

L'Agence du médicament est notamment visée pour conflit d'intérêts.
France

300 patients atteints de la maladie de Lyme portent plainte

L'Agence du médicament est notamment visée pour conflit d'intérêts.
AFP
International 4 min. 21.12.2017 Cet article est archivé
France

300 patients atteints de la maladie de Lyme portent plainte

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
C'est une première, et certainement pas une dernière : 300 patients français portent plainte contre l'Agence du médicament et le Centre national de référence de Strasbourg pour conflit d'intérêts et mise en danger de la vie d'autrui.

(ChB avec AFP) - C'est une première, et certainement pas une dernière : 300 patients français portent plainte contre l'Agence du médicament et le Centre national de référence de Strasbourg pour conflit d'intérêts et mise en danger de la vie d'autrui, entre autres.

Atteintes de la maladie de Lyme dans sa forme chronique, ces personnes estiment avoir été victimes de négligences ayant entraîné des retards de diagnostic, a annoncé mercredi leur avocat.

"Ce n'est qu'une première vague"

"Environ 300 personnes vont porter plainte auprès du procureur de la République de Paris, et ce n'est qu'une première vague", a déclaré Julien Fouray, qui compte porter ces dossiers début janvier avec sa consœur Catherine Faivre.

Les plaignants visent l'Agence du médicament (ANSM) et le Centre national de référence de Strasbourg, dont ils dénoncent le manque de vigilance face à des tests non fiables, notamment le test Elisa. Ils leur reprochent :

  • des conflit d'intérêts,
  • une violation des règles d'indépendance en matière d'expertise,
  • un trafic d'influence,
  • des abus de biens sociaux et recels d'abus de biens sociaux 
  • et une mise en danger de la vie d'autrui.

Selon les deux avocats, cités par L'Obs, une étape est franchie : "On a découvert que le Centre national de référence collaborait étroitement avec les laboratoires fabriquant les tests. Son directeur, Benoît Jaulhac, a préfacé des plaquettes commerciales BioMérieux sur la borréliose de Lyme alors qu’il est censé être indépendant."

"C'est aussi lui qui est chargé de l’évaluation des tests commercialisés par ces laboratoires au sein du groupe de travail mandaté par le ministère de la Santé sur la maladie de Lyme."

Avec Diasorin, le laboratoire BioMérieux concentre trois quarts des plaintes.
Avec Diasorin, le laboratoire BioMérieux concentre trois quarts des plaintes.
AFP

Les patients révoltés par le déni

"Ce sont avant tout des malades qui, pour certains, ont engagé des procédures pour faire reconnaître la responsabilité civile des laboratoires et qui sont révoltés par certaines déclarations selon lesquelles la maladie n'existe pas ou de manière marginale", a-t-il ajouté.

Les deux avocats représentent en effet déjà des patients qui poursuivent 5 laboratoires au civil : DiaSorin, BioMérieux, Siemens, Euroimmun et Bio-Rad. 

La plainte ne serait pas la première. En février, une malade résidant dans le Cantal et défendue par un autre avocat, Philippe Meilhac, avait porté plainte, également à Paris, pour "tromperie aggravée".

Cela avait abouti à une enquête préliminaire, toujours en cours, du pôle santé publique du parquet.

"Un cri d'alarme" pour écarter certains responsables

Pour Me Fouray, cette nouvelle plainte pénale "est un cri d'alarme, une manière de placer l'État face à ses responsabilités" et "de demander des mesures d'urgence, comme écarter certains responsables qui n'ont plus l'indépendance nécessaire".

La maladie de Lyme, infection transmise par les tiques, peut provoquer de nombreux troubles invalidants et douloureux. Lorsqu'elle n'est pas détectée, elle progresse et s'installe durablement dans l'organisme, atteignant un stade chronique. 

D'un diagnostic difficile, elle a longtemps été sous-estimée et le ministère de la Santé a relevé en 2016 son estimation du nombre de cas en France à 55.000, contre 33.000 l'année précédente.

Bientôt une action au Luxembourg ?

Au Luxembourg, dès 2015, une jeune patiente avait tenté d'alerter les pouvoirs publics sur ce sujet à travers une pétition portée jusqu'à la Chambre des députés

Malheureusement, 2 ans plus tard, si des mesures de sensibilisation ont été menées auprès du grand public, les patients, eux, se trouvent toujours dans une situation intenable, obligés de se faire dépister à l'étranger et de financer eux-mêmes leur thérapie.

Cette plainte en France pourrait bien inciter les patients luxembourgeois (dont on ne connaît pas le nombre) à s'engager dans une action juridique.


Sur le même sujet

Ce médecin luxembourgeois a accepté de nous parler mais a souhaité préserver son anonymat. Il connaît bien la maladie de Lyme chronique et traite régulièrement des patients en grande souffrance physique et psychique.
Désespérés, les patients appellent à l'aide
La borréliose de Lyme chronique n'est pas "reconnue" par le monde médical comme une maladie en tant que telle. Des patients en souffrance mettent parfois des années à obtenir un diagnostic et un suivi. Au Luxembourg, Tania Silva tente de faire bouger le gouvernement.