Changer d'édition

23 membres de l'armée luxembourgeoise encore actifs au Mali
International 3 min. 13.08.2022
Défense

23 membres de l'armée luxembourgeoise encore actifs au Mali

Les soldats de la Bundeswehr, comme les membres de l'armée luxembourgeoise, sont présents au Mali depuis 2013.
Défense

23 membres de l'armée luxembourgeoise encore actifs au Mali

Les soldats de la Bundeswehr, comme les membres de l'armée luxembourgeoise, sont présents au Mali depuis 2013.
Photo: Kay Nietfeld/dpa
International 3 min. 13.08.2022
Défense

23 membres de l'armée luxembourgeoise encore actifs au Mali

La situation politique et sécuritaire s'est dégradée ces dernières semaines dans l'Etat d'Afrique de l'Ouest. L'Allemagne a annoncé ce vendredi suspendre la majeure partie de ses opérations militaires sur place.

(m. m. avec AFP) - Depuis plusieurs semaines, la situation se dégrade au Mali. Le pays, qui a poussé vers la sortie le vieil allié français et ardemment relancé la coopération avec Moscou, fait depuis quelques semaines face à une résurgence d'attaques de la nébuleuse du Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans (GSIM, JNIM en arabe). 


(de g. à dr.) François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Défense ; Georges Campill, Direction de la défense ; général Steve Thull, chef d'état-major de l'armée
L'effort de défense atteindra près d'un milliard d'euros
«Pour rester un partenaire solidaire et fiable en matière de défense au sein de l’OTAN et de l’UE», le Luxembourg va augmenter le budget alloué à la Défense, lui permettant de poursuivre plusieurs projets majeurs.

Vendredi, l'Allemagne a annoncé suspendre «jusqu'à nouvel ordre» la majeure partie de ses opérations militaires au Mali dans le cadre de la mission de l'ONU (Minusma), en dénonçant un nouveau refus de survol par les autorités maliennes.

«Le gouvernement malien a encore une fois refusé d'autoriser un vol prévu aujourd'hui» qui devait assurer une rotation de personnel, a expliqué un porte-parole du ministère allemand de la Défense.

«La sécurité n'est plus assurée»

Sans le nouveau personnel qui devait en partie «remplacer les forces françaises» qui se retirent, «la sécurité sur place n'est plus assurée» et «les forces restantes doivent être dédiées à la sécurisation» et ne pourront plus assurer leurs missions habituelles, a expliqué le porte-parole lors d'une conférence de presse.

Voilà qui ne va pas arranger la situation politique et sécuritaire du pays, dont les relations avec l'ONU se sont aussi dégradées ces dernières semaines. Les casques bleus sont présents dans le pays depuis 2013, dans le cadre de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), dont certains membres de l'armée luxembourgeoise, a rappelé la direction de la Défense ce vendredi. 

L’équipe est stationnée à Bamako et chargée de maintenir opérationnels les liens satellitaires mis à disposition par le Luxembourg à la MINUSMA et servant à relier les quatre postes de commandement régionaux (Gao, Kidal, Mopti, Tombouctou) au quartier général de Bamako.    

En mars 2022, l’engagement de l’armée luxembourgeoise dans la MINUSMA a été prolongé jusqu’au 31 mars 2024. 

Des Luxembourgeois aussi dans la mission EUTM

Le Luxembourg participe également depuis 2013 à la mission EUTM Mali, créée à la demande du gouvernement malien. Il s'agit d'une mission européenne de formation des forces armées maliennes. Actuellement, 21 membres de l'armée luxembourgeoise y sont actifs pour assurer la protection des forces. Le mandat actuel prendra fin le 31 décembre 2022, ce qui signifie un retrait des membres de l'armée luxembourgeoise. 

Les objectifs de l'EUTM consistent surtout dans le renforcement des capacités des forces armées maliennes par la formation des unités militaires et le conseil stratégique et tactique des forces armées. 

«La Défense luxembourgeoise suit de près la situation politique et sécuritaire au Mali et ceci en étroite concertation avec nos partenaires de l’EUTM et de la MINUSMA», explique la direction de la Défense dans un communiqué.  

Une réunion pour parler notamment de la situation sécuritaire au Sahel est prévue le 21 septembre prochain à Berlin entre le vice-Premier ministre, ministre de la Défense, François Bausch, et la ministre de la Défense de la République fédérale d'Allemagne, Christine Lambrecht. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les robots tueurs ou les armes autonomes mortelles sont le résultat de l'utilisation de l'intelligence artificielle par l'armée, dans le but de tuer. Le ministre de la Défense veut rapidement clarifier les règles de leur utilisation.
Politik, briefing Afghanistan, Bausch, Asselborn, X.Bettel war nicht dabei, Foto geknipst briefing Hochwasser Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Alors qu'en matière d'investissements pour la défense, l'objectif de l'OTAN est situé à 2% du PIB de ses pays membres, le Luxembourg semble à la traîne. Il s'agirait cependant d'un calcul ne correspondant pas aux spécificités du Grand-Duché, argue François Bausch.
Wirtschaft, carsharing, François BauschFoto: Anouk Antony/Luxemburger Wort