Changer d'édition

210 milliards d'euros pour s'affranchir du gaz russe
International 4 min. 18.05.2022
Indépendance du gaz russe

210 milliards d'euros pour s'affranchir du gaz russe

Le changement des habitudes de consommation pourrait réduire la demande de gaz et de pétrole de «5% à court terme», estime Bruxelles.
Indépendance du gaz russe

210 milliards d'euros pour s'affranchir du gaz russe

Le changement des habitudes de consommation pourrait réduire la demande de gaz et de pétrole de «5% à court terme», estime Bruxelles.
Photo: Shutterstock
International 4 min. 18.05.2022
Indépendance du gaz russe

210 milliards d'euros pour s'affranchir du gaz russe

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
La Commission européenne a présenté mercredi un plan dans le but d'accélérer le développement des énergies renouvelables et des économies d'énergie. L'objectif : s'affranchir «le plus vite possible» des importations de gaz russe, en réaction à la guerre en Ukraine.

Il y a désormais urgence. Alors que Poutine ferme les robinets de gaz en Pologne et en Bulgarie, l'Union européenne (UE) doit agir au plus vite afin de sécuriser les approvisionnements européens. Et pour cela, Bruxelles doit réduire «le plus vite possible [sa] dépendance énergétique à l'égard de la Russie», a déclaré ce mercredi Ursula von der Leyen, à la presse. 


Dass Moskau dem Westen als Reaktion auf Sanktionen ganz den Gashahn abdreht, wird nicht mehr ausgeschlossen.
La Belgique planche sur la fermeture du gaz russe
Autorités et fournisseurs élaborent une série de scénarios face au risque d'un approvisionnement moindre en énergie dans les mois qui viennent.

À en croire la présidente de la Commission européenne, la solution passerait notamment par des «économies d'énergie». Il s'agirait en effet du moyen «le plus rapide et le moins cher pour répondre à la crise énergétique actuelle et réduire les factures», précise-t-elle, estimant la réduction de la demande de gaz et de pétrole de «5% à court terme».

Des objectifs revus à la hausse

Ce plan d'action nécessiterait inévitablement «des changements de comportements», précise Bruxelles qui préconise des campagnes de communication dans chaque État membre auprès des entreprises et des ménages. Mais cela ne fait pas tout. La Commission propose de rehausser son objectif de part des renouvelables dans le mix énergétique à l'horizon 2030, qui passerait de 40% à 45%. 

Pour atteindre cet objectif, Bruxelles mise notamment sur un doublement des installations photovoltaïques d'ici à 2025 et sur un allègement des contraintes administratives pour accélérer les procédures de déploiement des projets solaires et éoliens.

Le plan fixe également un objectif de 10 millions de tonnes d'hydrogène d'origine renouvelable produit en Europe d'ici à 2030, ainsi que 10 millions de tonnes d'importations, pour remplacer le charbon, le pétrole et le gaz dans certains secteurs de l'industrie et des transports.

Bruxelles reconnaît toutefois que l'UE ne pourra se passer rapidement du pétrole et du gaz et a déjà engagé une diversification de ses fournisseurs, en se tournant notamment vers les États-Unis, l'Algérie et le Moyen-Orient. La Commission envisage un mécanisme d'achat conjoint pour négocier de meilleurs tarifs.


A worker operates equipment operated by GCA (Gas Connect Austria) and TAG (Trans Austria Gas pipelines) at one of the largest interconnection gas hubs in Europe at Baumgarten an der March, Lower Austria. - The facility mainly receives Russian imports, but takes also shipments of gas from Norway and some other countries. These supplies are re-routed to consumption centers in Austria and in Europe via a number of pipeline systems running in various directions. The Baumgarten hub consists of gas reception, metering and testing facilities. (Photo by JOE KLAMAR / AFP)
L'UE peut-elle réellement être indépendante?
Au vu de sa taille, le Luxembourg est, avec Malte et la Belgique, le plus gros importateur d'énergie d'Europe. Que pensent ces eurodéputés sur l'indépendance de l'UE dans ce secteur?

Mais ces nouvelles ambitions ont un coût. L'accélération de la transformation du système énergétique européen va nécessiter un investissement supplémentaire de 210 milliards d'euros d'ici à 2027, a calculé l'exécutif. L'essentiel du financement proposé proviendrait de prêts déjà inclus dans le plan de relance européen NextGenerationEU mais non encore utilisés. Ces prêts représentent déjà 225 milliards d'euros immédiatement mobilisables.

Embargo en discussion

Pour rappel, selon l'Institut Jacques Delors, 25% de l'énergie consommée en 2019 en Europe provenait de Russie. Depuis le déclenchement des hostilités en Ukraine fin février, l'UE a déjà versé 52 milliards d'euros à Moscou, soit presque autant en deux mois et demi que son budget militaire annuel de 60 milliards d'euros, souligne le centre de réflexion bruxellois. 


(FILES) This file photo taken on April 4, 2022 in Dortmund, western Germany, shows a flame in front of a burning hob of a gas cooker. - Consumer prices in Germany rose at their fastest pace in four decades, data published on April 28, 2022 showed, as Russia's invasion of Ukraine spurs energy prices to new heights. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Le Luxembourg paie le gaz russe en euros
Il n'y a pas d'importations directes depuis la Russie. La majeure partie du gaz consommé au Grand-Duché est importée de Belgique.

Pour cette année, les Européens ont néanmoins d'ores et déjà annoncé la fin des importations de charbon russe à partir d'août prochain et un embargo sur le pétrole pour la fin de l'année est en cours de discussion parmi les États membres. La Commission avait affirmé en mars vouloir réduire des deux tiers ses achats de gaz russe dès cette année et en totalité avant 2030.

Au Grand-Duché, 78,9 % de sa consommation intérieure brute d'énergie l'était par le biais de combustibles fossiles importés. Par ailleurs, toutes sources d'énergies confondues, celles en provenance de Russie représentent officiellement 4,3% des importations. Quant au gaz, un quart est importé de Moscou. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), Jean-François Carenco, a appelé lundi l'ensemble des Français à faire dès maintenant des économies d'énergie, au risque de faire face à des tensions d'approvisionnement l'hiver prochain.