Changer d'édition

17 minutes contre les armes dans les écoles américaines

17 minutes contre les armes dans les écoles américaines

Photo: AFP
International 3 min. 13.03.2018

17 minutes contre les armes dans les écoles américaines

Un mois jour pour jour après une tuerie au fusil d'assaut dans un lycée de Floride, des dizaines de milliers d'élèves américains vont brièvement quitter leurs salles de classe en hommage aux victimes, un acte qui se veut aussi politique.

(AFP) – Cette action baptisée «National School Walkout» débutera mercredi à 10 heures et durera 17 minutes, soit une minute pour chacune des 17 personnes mortellement blessées par balle le 14 février à Parkland.

Les organisateurs sont issus de la Women's March, un mouvement spontané qui avait rassemblé le 21 janvier 2017 des millions de manifestants opposés à l'accession à la Maison Blanche de Donald Trump.

Même s'il s'agit de saluer la mémoire des jeunes et des enseignants fauchés au lycée Marjory Stoneman Douglas, ces interruptions des cours doivent servir à lancer un appel à agir contre les armes à feu en Amérique.

Les mesures exigées, répercutées sur les réseaux sociaux avec le mot d'ordre #Enough (Cela suffit), mentionnent notamment l'interdiction des fusils d'assaut et des chargeurs de munitions à grande capacité, des engins qui ont prouvé leur terrible capacité létale lors de récentes fusillades dans des établissements éducatifs.

Le mouvement se déclare par ailleurs résolument opposé à «toute législation qui viserait à fortifier les écoles avec davantage d'armes».

Or c'est justement dans cette voie que l'exécutif s'est engagé lundi. La Maison Blanche a présenté une série de propositions qui ne prévoient ni de bannir les fusils semi-automatiques, ni de relever de 18 à 21 ans l'âge légal d'achat de ces armes.

Posters ou marches ?

En revanche, le gouvernement de Donald Trump a promis de rendre les écoles «aussi sûres que les aéroports, les stades ou les bâtiments officiels», en formant au maniement des armes les enseignants volontaires et en renforçant sur place la présence des policiers et gardes armés.

Aux Etats-Unis les fusillades en milieu scolaire sont un danger qui plane sur les élèves de tous âges. Mais certains parents et enseignants ont averti qu'aborder cette question sensible sous la forme d'une manifestation pourrait avoir un effet traumatisant pour les plus jeunes.

Du coup, la préparation du «National School Walkout» s'est accompagnée d'un vif débat sur les tranches d'âge qui devaient y participer. Les formes d'expression à privilégier (rassemblements, marches, posters, débats ?) et la teneur des slogans ont aussi été beaucoup discutées.

Enfin s'est posée la question d'autoriser les élèves à sortir de l'enceinte de leur lycée et ce même si leurs parents avaient donné leur feu vert.

Trois jours de renvoi

Au pays du Premier amendement de la Constitution, consacrant la liberté d'expression, la posture adoptée par un district scolaire du Texas a été décriée par beaucoup: l'inspecteur d'académie local, Curtis Rhodes, a interdit toute action à l'heure des cours et adressé un avertissement comminatoire: tout élève contrevenant à cet ordre sera exclu trois jours.

L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a au contraire estimé que les établissements scolaires devaient profiter de la mobilisation des collégiens et lycéens contre les armes dans un bénéfice pédagogique.

«Il est regrettable que certaines écoles considèrent (ces manifestations) comme des actes de chahut et qu'elles menacent les élèves de sanctions disciplinaires», a réagi Sarah Hinger, une avocate de l'ACLU.

Quelle que soit l'ampleur de la «National School Walkout», les élèves américains ont prévu de se retrouver le samedi 24 mars pour un grand rassemblement contre les armes à feu à Washington, ainsi que dans des dizaines d'autres grandes villes américaines.


Sur le même sujet

Marée humaine aux Etats-Unis contre les armes à feu
Plus d'un million de personnes, dont de nombreux jeunes, sont descendues samedi dans la rue dans plusieurs villes des Etats-Unis, pour une manifestation historique contre les armes à feu après la tuerie dans un lycée de Floride qui a fait 17 morts.
LAS VEGAS, NV - MARCH 24: People raise their fists as organizer Denise Hooks (C) speaks during the March for Our Lives rally at Las Vegas City Hall on March 24, 2018 in Las Vegas, Nevada. More than 800 March for Our Lives events, organized by survivors of the Parkland, Florida school shooting on February 14 that left 17 dead, are taking place around the world to call for legislative action to address school safety and gun violence.   Ethan Miller/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Trump prêt à envisager le port d'arme pour les enseignants
Des voix brisées, des larmes, de la colère aussi: face aux témoignages des rescapés de la fusillade de Floride, Donald Trump a promis mercredi des mesures «fortes», évoquant notamment la possibilité d'autoriser le port d'armes pour certains enseignants.