Changer d'édition

100.000 diplômés belges dans l'expectative
International 3 min. 17.04.2020 Cet article est archivé

100.000 diplômés belges dans l'expectative

Même si le déconfinement devait se confirmer pour le 3 mai, il ne se fera pas en un bloc, et seules certaines entreprises rouvriront d'abord leurs portes

100.000 diplômés belges dans l'expectative

Même si le déconfinement devait se confirmer pour le 3 mai, il ne se fera pas en un bloc, et seules certaines entreprises rouvriront d'abord leurs portes
Photo: AFP
International 3 min. 17.04.2020 Cet article est archivé

100.000 diplômés belges dans l'expectative

Max HELLEFF
Max HELLEFF
C'est une conséquence de la crise du coronavirus: à défaut de stages et de jobs, toute une jeunesse pourrait se retrouver en panne d'ascenseur social

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) -L'avenir immédiat de l'enseignement supérieur et universitaire est l'une des questions les plus problématiques du confinement. Certaines universités belges contrôlent la situation et cherchent en ce moment des solutions pour organiser les examens de juin, d'autres pas. Quant aux hautes écoles, elles sont dans le flou absolu.

Plus largement, cette crise laissera des traces durables dans le cursus des étudiants belges, et notamment des jeunes diplômés. Ces derniers s'apprêtent en effet à se lancer dans le monde du travail à un moment où l'économie est en panne sèche, ou presque. A l'exception des entreprises des secteurs jugés essentiels – comme la grande alimentation – des milliers de sociétés ont fermé les volets depuis la mi-mars. Seuls seront autorisés à rouvrir dès ce week-end les pépinières et les magasins de bricolage selon des conditions très strictes.

Quid des stages en entreprises?

Pour les 100.000 jeunes qui vont décrocher un diplôme en juin, l'avenir ne s'annonce pas rose. Selon Bart Cockx, professeur d'économie à l'université de Gand (UGent),  ils vont avoir de grandes difficultés à s'insérer sur le marché du travail. «Cette génération, commente l'économiste, risque de cumuler cet effet négatif sur une très longue période.» De telles observations sont basées sur l'étude de précédents ralentissements économiques, notamment en 1994 et 2003.

L'un des principaux obstacles rencontrés par ces jeunes est l'écourtement ou l'annulation des stages, lesquels constituent parfois une porte d'entrée au travail. C'est vrai pour ceux qui terminent actuellement leurs études, mais aussi pour ceux qui possèdent déjà un diplôme et additionnent les expériences afin d'étayer leur curriculum vitae. Tous risquent de prendre du retard dans leur carrière et de traîner durant de longues années un handicap salarial susceptible de leur interdire les portes de l'ascenseur social.

A quelle vitesse se fera le redémarrage de l'économie?
A quelle vitesse se fera le redémarrage de l'économie?
Photo: AFP

Selon l'économiste gantois ainsi, les revenus de ces jeunes pourraient rester inférieurs aux allocations de chômage. Un des maux récurrents du monde du travail belge est en effet que certains jobs offrent une rémunération moindre ou équivalente à ces indemnités, dissuadant une partie des actifs potentiels de chercher du travail.

A défaut d’un redémarrage rapide de l'économie, les moins qualifiés seront contraints au chômage de longue durée, alors que les diplômés devront se contenter de boulots moins gratifiants et moins rémunérateurs. Jusqu'à 6% en moins qui, d'année en année, plomberont la fiche de salaire des jeunes sortant en ce moment des hautes écoles et de l'université.

La Première ministre Sophie Wilmes préconise un déconfinement graduel et progressif
La Première ministre Sophie Wilmes préconise un déconfinement graduel et progressif
Photo: AFP

Sans surprise, leur situation dépendra de la reprise de l'activité économique. Or, le déconfinement, même s'il devait se confirmer qu'il débutera le 3 mai, ne se fera pas en un bloc. Le scénario le plus probable est que seules certaines entreprises rouvriront d'abord leurs portes. Le personnel pourrait s'y rendre en alternance, afin d'éviter une reprise de la propagation du virus. Les tâches pourraient rester réduites un certain temps, dans certains secteurs. Autant de facteurs qui risquent de freiner les offres d'emploi.

Les milieux économiques et financiers belges se veulent toutefois optimistes. Récemment, la Banque nationale et le Bureau du plan ont estimé qu'un rebond devrait rapidement succéder à la crise – si elle le confinement ne dépasse pas sept semaines. La croissance gagnerait ainsi quelque 8% en 2021, ce qui pourrait engendrer la création de nouveaux jobs.   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au chevet de la société
Ils veulent réparer ou réinventer le monde: en Belgique, consultants et ONG n’ont pas attendu le déconfinement pour faire des propositions.
A picture taken on April 13, 2020 shows a flag reading "Thank you" on top of the Atomium monument in Brussels, as a strict lockdown has been in place for the past four weeks to stop the spread of COVID-19, the disease caused by the novel coronavirus. (Photo by LAURIE DIEFFEMBACQ / Belga / AFP) / Belgium OUT / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY MENTION OF THE ARTIST UPON PUBLICATION - TO ILLUSTRATE THE EVENT AS SPECIFIED IN THE CAPTION == THE ATOMIUM IS PROTECTED BY SABAM COPYRIGHT - RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO MAG - NO SALES =