Changer d'édition

Une voiture fonce dans la foule en Belgique: au moins 6 morts
Grande Région 4 min. 20.03.2022 Cet article est archivé
Drame au carnaval

Une voiture fonce dans la foule en Belgique: au moins 6 morts

Ce matin, certains médias belges évoquent une course-poursuite engagée entre le véhicule impliqué et la police. Une information que dément le bourgmestre de La Louvière.
Drame au carnaval

Une voiture fonce dans la foule en Belgique: au moins 6 morts

Ce matin, certains médias belges évoquent une course-poursuite engagée entre le véhicule impliqué et la police. Une information que dément le bourgmestre de La Louvière.
Photo: BELGA/dpa
Grande Région 4 min. 20.03.2022 Cet article est archivé
Drame au carnaval

Une voiture fonce dans la foule en Belgique: au moins 6 morts

Une voiture fonce dans la foule, endeuillant la fête. Les circonstances du drame restent floues.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Il était 4h30 ce dimanche matin, lorsqu’une voiture a foncé à vive allure dans une « foule de Gilles » rassemblée à Strépy-Bracquegnies (La Louvière, 50 km au sud de Bruxelles). 150 à 200 Gilles se préparaient pour le carnaval de l’entité. Un bilan toujours provisoire fait état de 6 morts et 26 blessés à des « degrés divers ». Le pronostic vital est engagé pour dix blessés. Quelque 70 personnes ont également été touchées.

Le drame s’est déroulé alors que les organisateurs procédaient au traditionnel « ramassage » des Gilles au cours duquel les différentes sociétés se forment en passant de maison en maison avant d’entrer dans le cœur même de la fête. Au niveau de la rue des Canadiens, au sud de Strépy-Bracquegnies, le groupe a été percuté de plein fouet par l’arrière par une BMW bleue. « Elle a pulvérisé un nombre de personnes. Pulvérisé… », a commenté le bourgmestre Jacques Gobert, très ému. Selon la chaîne publique francophone RTBF, deux personnes auraient été traînées par la voiture sur une centaine de mètres. 

Le plan communal a été déclenché et les blessés répartis dans les hôpitaux de la région.

La voiture a été interceptée à quelques centaines de mètres du drame. Le conducteur de la BMW et son passager ont été arrêtés. Ils sont nés en 1988 et 1990, a précisé Damien Verheyen, le substitut du procureur du roi, se limitant à dire qu’ils devaient encore être interrogés.  Ils sont de la région et n’étaient pas connus jusqu’ici de la justice.

Une enquête pour meurtre est ouverte. Un juge d’instruction a été saisi. Les autorités judiciaires sont descendues sur les lieux.

Dimanche matin, certains médias évoquaient une course-poursuite engagée entre le véhicule impliqué et la police. Une information qu’ont démentie successivement le bourgmestre de La Louvière et le substitut du procureur du roi.

Une autre question est dans tous les esprits : est-on face à un dramatique fait divers ou à une récidive terroriste ? Plusieurs témoignages rapportés par des médias font état de la conduite singulière qu’aurait observée le conducteur de la BMW bleue: à l’approche du groupe de Gilles, rue des Canadiens, il aurait ralenti avant de subitement accélérer et de le percuter de plein fouet.

Selon Damien Verheyen, le substitut du procureur du roi, « dans l’état actuel de l’enquête, la piste terroriste n’est pas privilégiée ». « Aucun élément de l’enquête ne permet à ce stade d’envisager la piste terroriste », a-t-il répété.

Les faits ne sont toutefois pas sans rappeler les attentats à la voiture et au camion « bélier » qui avaient endeuillé les villes de Nice, Londres ou encore Berlin au cours de la précédente décennie. En 2017, un attentat à la voiture-bélier avait été évité de justesse à Anvers.

La Belgique a payé un lourd tribut au terrorisme ces dernières années. En 2016, les attentats de la station de métro Maelbeek et de Brussels Airport avaient fait 32 morts (sans compter les terroristes) et quelque 340 blessés.

Par ailleurs, Salah Abdeslam, le seul kamikaze survivant des attentats parisiens du 13 novembre 2015, comparaît en ce moment avec ses complices devant la cour d’assises de Paris.

Dimanche matin, la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden a présenté ses « sincères condoléances aux familles et amis des personnes décédées et blessées lors de l’incident survenu ce matin. Ce qui était censé être une fête conviviale a tourné au drame ». Le mot « incident » repris dans le message Twitter de la ministre paraît réfuter la piste terroriste. Les services de l’Intérieur passent cependant en ce moment au crible les faits pour l'écarter définitivement.

Contrairement à d’autres événements du même type, le carnaval de la ville de La Louvière avait été maintenu car il avait bénéficié du récent passage en « code jaune » du baromètre corona. Ce baromètre fixe les restrictions et les assouplissements sanitaires en fonction de l’évolution de la pandémie.

Le bourgmestre Jacques Gobert a invité les sociétés de Gilles à mettre fin aux festivités. Seul un rondeau « sobre » a été maintenu. Un rondeau « funéraire »…

Les messages de condoléances se multiplient, venant d’un peu partout dans le pays, mais aussi de l’étranger.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.