Changer d'édition

Une base martienne en projet dans le Luxembourg belge
Grande Région 4 1 5 min. 27.11.2022
Espace

Une base martienne en projet dans le Luxembourg belge

La base sera organisée autour d'un module central qui servira d'espace d'accueil et de briefing pour les stagiaires.
Espace

Une base martienne en projet dans le Luxembourg belge

La base sera organisée autour d'un module central qui servira d'espace d'accueil et de briefing pour les stagiaires.
Crédit: Groupe IDELUX
Grande Région 4 1 5 min. 27.11.2022
Espace

Une base martienne en projet dans le Luxembourg belge

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
Un module pédagogique unique au monde destiné à montrer les technologies utilisées pour la vie sur Mars devrait voir le jour sur le site de l'Euro Space Center à Transinne, à une centaine de kilomètres de Luxembourg.

Evoluer dans une véritable base martienne et expérimenter ce que vivent les astronautes sur la planète rouge, vous en avez toujours rêvé? Pas besoin cependant d'aller aussi loin pour vivre cette expérience exceptionnelle, puisqu'il suffira dans quelque temps de se rendre à l'Euro Space Center (ESC) à Transinne, dans le Luxembourg belge, situé à une centaine de kilomètres de Luxembourg-Ville. 


ESA President Josef Aschbacher (R) listens as Belgium's Raphael Liegeois (L) delivers a speech after being appointed ESA newly recruited class of career astronaut during a ceremony to unveil the European Space Agency five new class of career astronauts in Paris on November 23, 2022. - ESA choose two women and three men from five different Western European countries out of more than 22,500 applicants. (Photo by Jo�l SAGET / AFP)
Un Belgo-Luxembourgeois désigné astronaute
Ce mercredi avait lieu l'annonce des nouveaux astronautes qui ont été sélectionnés parmi plus de 22.000 candidats. Parmi eux, Raphaël Liégeois, un Belgo-Luxembourgeois.

Le gouvernement wallon, en la personne du ministre wallon de la Recherche et de l'Innovation Willy Borsus, vient de financer la conception d’un nouveau module pédagogique consistant à créer une base martienne sur le site de l’ESC. Un subside de 230.000 euros a été octroyé pour étudier trois projets, dont celui-ci. «Il s’agira du premier démonstrateur éducatif au monde à intégrer un système régénératif complet de support vie», explique dans un communiqué le groupe IDELUX, qui réunit cinq intercommunales destinées notamment à stimuler le développement économique de la province de Luxembourg. 

La "Mars Desert Research Station" dans le désert de l'Utah, qui a inspiré les concepteurs de la future base martienne de Transinne.
La "Mars Desert Research Station" dans le désert de l'Utah, qui a inspiré les concepteurs de la future base martienne de Transinne.
Photo: Wikipédia

«La genèse du projet remonte à une vingtaine d'années déjà», pose d'emblée Laure Delbecq, chargée de projet au sein du groupe IDELUX, qui assiste à la maîtrise d'ouvrage dans le dossier. «L'idée est venue de Pierre-Emmanuel Paulis, instructeur à l'Euro Space Center et président de la Mars Society Belgium. Il a eu l'opportunité il y a quelques années de se rendre dans le désert de l'Utah aux Etats-Unis pour mener des expériences sur une base martienne qui a été conçue pour accueillir des scientifiques et des professionnels du monde entier. A son retour, il rêvait de construire une telle structure sur le site de Transinne mais à destinée pédagogique.» Avec dans le viseur le souhait de vulgariser l'espace et de donner la passion des sciences.

Plusieurs concepts ont vu le jour au fil des années, pour arriver finalement au stade d'avant-projet actuel. Un marché public a été lancé en août dernier. Le bureau d'architectes belge Assar, implanté aussi au Luxembourg, a été désigné pour accompagner IDELUX dans la construction de cette infrastructure inédite. Le développement du programme pédagogique a été confié aux équipes de l'ESC.

Le nouveau module pédagogique prendra place à l'extérieur de l'Euro Space Center et profitera de l’argile rouge naturellement présente sur la zone pour simuler la terre ocre de Mars. Il accueillera un minimum de 48 stagiaires en immersion partielle, c'est-à-dire qu'ils ne dormiront pas dans l'infrastructure. «L'Euro Space dispose déjà d'un village martien mais le nouveau projet de base permettra d'expérimenter les différentes problématiques de la vie sur Mars d'une manière bien plus immersive», commente Laure Delbecq. Le nouveau projet sera «une vitrine de toutes les technologies nécessaires pour assurer la vie dans l'espace.» 

De Mars à la Terre

Les différentes expériences, ludiques et pédagogiques, montreront l'impact des technologies et les enjeux que représentent les missions habitées sur Mars. «Un parallèle sera également fait avec la Terre. Car ce qu'on peut développer pour la vie sur Mars est aussi utilisable sur Terre. Je pense par exemple aux systèmes pour recycler l'eau ou les déchets.»

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Pour construire cette base martienne modulaire, les concepteurs du projet ont pensé à des moyens architecturaux pionniers et non conventionnels, comme l'impression 3D ainsi que des structures pliables, gonflables ou encore démontables, à l'instar de ce qui est imaginé par les agences spatiales pour les missions sur Mars. «Le bureau d'architecture a cherché à savoir comment l'humain peut s'adapter à un environnement hostile et se protéger du vent, de la pluie mais aussi des chute d'astéroïdes ou de météorites...», explique la chargée de projet.  

Le projet a séduit les professionnels du secteur

La base sera de forme triangulaire et entièrement modulable, pour qu'elle puisse s'adapter et s'agrandir. Avec la seule contrainte que tout ça devra pouvoir entrer dans un container destiné à être envoyé sur Mars avec une fusée. «Car dans la vie réelle, on ne pourra pas tout emporter sur la planète rouge. Il faudra faire des choix.»


Les Européens se sont fait un nom dans le lancement de satellites, avec le soutien financier grandissant du Grand-Duché.
«Le secteur spatial luxembourgeois a décollé»
NewSpace Europe, la grand-messe du secteur spatial, a lieu cette semaine au Luxembourg. En l'espace de quelques années, le pays s'est taillé une solide réputation dans ce domaine.

Ce projet particulièrement ambitieux a déjà séduit un certain nombre d'acteurs clés du secteur. Il a été présenté lors d'un colloque à Toulouse à la communauté MELiSSA début novembre. Le programme MELiSSA développé au sein de l'Agence Spatiale Européenne est considéré aujourd'hui «comme l'exemple d’économie circulaire le plus abouti au monde, avec notamment pour résultats de nombreux transferts technologiques du spatial vers le terrestre.»

Le subside octroyé par le gouvernement wallon pour le projet de base martienne est destiné à l'étude de la mise en place du concept».  Mais avant qu'elle ne voie le jour, il reste encore un certain nombre d'étapes à franchir. Dont l'estimation financière du projet mais aussi «la recherche de partenariats pour obtenir des fonds», souligne Laure Delbecq. «Ce n'est donc pas demain que nous pourrons accueillir nos premiers stagiaires mais nous avons bon espoir que le projet se concrétise dans les prochaines années.» Avant peut-être le premier pas de l'homme sur la planète rouge?

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un accord conclu aujourd'hui ouvre la voie à une collaboration directe entre la direction de la Défense luxembourgeoise et Virgin Orbit pour développer des capacités spatiales réactives qui bénéficieraient entre autres aux alliés.
(from left to right) Dan Hart, Virgin Orbit Chief Executive Officer; François Bausch, Deputy Prime Minister, Minister of Defence
Pour la première fois depuis la dernière mission Apollo en 1972, une fusée - la plus puissante du monde - propulsera à la fin du mois une capsule habitable jusqu'en orbite autour de la Lune, avant de revenir sur Terre.
Suit technicians Bill Owens (L) and Henry Phillips laugh while showing off a spacesuit at the Johnson Space Center�s Space Vehicle Mock-up Facility in Houston, Texas, on August 5, 2022. - Rick LaBrode has worked at NASA for 37 years, but he says the American quest to return to the Moon is by far the crowning moment of his career. LaBrode is the lead flight director for Artemis 1, set to take off later this month -- the first time a capsule that can carry humans will be sent to the Moon since the last Apollo mission in 1972. (Photo by Mark Felix / AFP)
La Nasa a brillamment réussi jeudi à poser sur Mars son rover Perseverance, le cinquième véhicule seulement à avoir réussi le voyage sans encombre vers la planète rouge.
This NASA handout illustration obtained February 16, 2021 shows NASA�s Perseverance rover as it fires up its descent stage engines, as it nears the Martian surface. - After a seven-month journey, NASA's Perseverance rover prepares to touch down on Mars on TFebruary 18, 2021 after first negotiating a risky landing procedure that will mark the start of its multi-year search for signs of ancient microbial life.The Mars 2020 mission, which set off late from Florida in late July, includes the largest ever vehicle to be dispatched to the Red Planet. (Photo by Handout / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /NASA/JPL-Caltech/HANDOUT " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS