Changer d'édition

Une 13ème station pour l'autopartage à Metz
Grande Région 2 min. 19.09.2019 Cet article est archivé

Une 13ème station pour l'autopartage à Metz

A Metz, le réseau autopartagé comprend aussi bien des petites citadines que des utilitaires ou des... cabriolets.

Une 13ème station pour l'autopartage à Metz

A Metz, le réseau autopartagé comprend aussi bien des petites citadines que des utilitaires ou des... cabriolets.
Photo: Citiz
Grande Région 2 min. 19.09.2019 Cet article est archivé

Une 13ème station pour l'autopartage à Metz

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
On peut utiliser une auto sans nécessairement vouloir en être propriétaire. Dans la capitale mosellane, déjà 500 conducteurs se partagent une quinzaine de véhicules «Citiz». Et le réseau de stations devrait encore augmenter avant début 2020.

Au Grand-Duché, deux opérateurs se partagent le marché de l'autopartage. «Flex» au niveau national, «Carloh» pour la Ville de Luxembourg. Soit une offre de près de 200 véhicules que chaque particulier peut réserver à sa guise pour circuler comme bon lui semble. A Metz, le même système existe depuis quatre ans maintenant, géré par l'opérateur «Citiz».

Ce jeudi, le réseau messin de stations s'agrandira de quatre nouvelles stations d'accueil. Soit désormais 13 sites répartis dans les différents quartiers. «Le projet est d'arriver à 15 points de prise en mains d'ici janvier 2020», annonce l'adjoint en charge des mobilités, Guy Cambianica.

Formule économique

Un élu ravi du succès rencontré par ce mode alternatif de déplacement. «En 2018, le nombre d'abonnés à ce service a doublé, c'est significatif d'un engouement. Aujourd'hui, nous atteignons les 500 utilisateurs référencés.»

Des citoyens qui, plutôt que de financer l'achat d'une voiture dont ils n'ont pas un usage fréquent préfèrent passer à un service de libre-service de «carsharing», moyennant un coût payé au temps et à la distance parcourue. A Metz, la location coûte ainsi 2€/heure et 0,37€/km. «Une formule bien plus économique que d'avoir à payer son propre véhicule et un emplacement de parking ou un garage», rappelle Guy Cambianica.

Voilà les emplacements actuels des stations Citiz à Metz.
Voilà les emplacements actuels des stations Citiz à Metz.
Cartographie: Citiz

La Ville comme l'opérateur privé «Citiz» ont tenu à déployer sur Metz un parc automobile varié. Ainsi, parmi la quinzaine de voitures à disposition, il est possible de s'installer aussi bien au volant d'une Fiat 500 cabriolet que d'une familiale 7 places, un utilitaire ou une citadine.

«Nous avons aussi couplé ce service à une politique de stationnement attractive, note l'adjoint. Tout usager peut se stationner gratuitement sur la voie publique, même en présence d'un horodateur.» 

Et au vu du succès rencontré sur la ville de 118.000 habitants, la commune et l'opérateur vont annoncer qu'il sera maintenant possible non seulement de prendre et déposer un véhicule depuis les stations fixes et repérées, mais aussi en mode «free floating», n'importe où dans le périmètre urbain et dans le respect du code de la route.  


Sur le même sujet

D'ici la fin du mois, l'opérateur de carsharing ne disposera plus de neuf mais de seize stations dans la capitale. Après quatre ans de fonctionnement, la société a fidélisé 680 clients ayant au total parcouru 900.000 km dans les véhicules mis à disposition.
Place de Nancy d'abord mais sur six autres sites dans les jours à venir, Carloh étend son offre dans la capitale.
Face à un marché concurrentiel important, l'offre de carsharing des CFL souhaite se différencier et s'est associée en ce début d'été avec le cabinet d'audit et de conseil PwC.
Le système de carsharing de la ville de Luxembourg, en service depuis trois ans, n'est pas encore utilisé à son plein potentiel, selon les élus. Il devrait être développé et un partenariat avec le système Flex des CFL est envisagé.
Les abonnés récupèrent et remettent ensuite la voiture à une et même station. En passant la carte d'abonnement sur le pare-brise, la voiture s'ouvre.
Bouchons, pollutions, accidents... La voiture, privilégiée par les Luxembourgeois mais aussi par les frontaliers, pose de nombreux problèmes. François Bausch, ministre des Infrastructures, a décidé d'agir face à ce fléau: application de covoiturage, car-sharing, panneaux signalétiques de déviations, abattement fiscal sur les véhicules non polluants... Il nous explique ce qui vous attend pour l'année 2017.