Changer d'édition

Un voleur de bois condamné à 1 an de prison à Thionville
Grande Région 2 min. 23.01.2023
Justice

Un voleur de bois condamné à 1 an de prison à Thionville

Le tribunal a estimé que le forestier avait ainsi «entretenu une confusion qui avait permis l'entremise frauduleuse»
Justice

Un voleur de bois condamné à 1 an de prison à Thionville

Le tribunal a estimé que le forestier avait ainsi «entretenu une confusion qui avait permis l'entremise frauduleuse»
Photo d'illustration: Anouk Anthony
Grande Région 2 min. 23.01.2023
Justice

Un voleur de bois condamné à 1 an de prison à Thionville

Un ancien dirigeant de groupement forestier accusé d'avoir coupé et revendu du bois de parcelles privées ne lui appartenant pas a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Thionville à deux ans de prison, dont un an avec sursis.

(AFP) - Le tribunal correctionnel de Thionville (Moselle) a condamné lundi à deux ans de prison, dont un an avec sursis, un ancien dirigeant de groupement forestier accusé d'avoir coupé et revendu du bois de parcelles privées ne lui appartenant pas, pour un préjudice d'un demi-million d'euros.

Le prévenu a également l'obligation de travailler, de payer des dommages et intérêts aux parties civiles ainsi que les sommes dues au Trésor public.


Le plan du Luxembourg pour sauver ses forêts
Un outil pédagogique pour des travaux forestiers dans les jeunes peuplements, un "travailloscope".

Celui-ci avait usé pendant plusieurs années de sa fonction d'agent du Centre national de la propriété forestière (CNPF) pour acquérir des parcelles auprès d'une cinquantaine de propriétaires privés «au bénéfice» de sa société de groupement forestier, alors qu'il prétendait les conseiller.

«Un avertissement envoyé à ses petits copains»

Le tribunal a estimé que le forestier avait ainsi «entretenu une confusion qui avait permis l'entremise frauduleuse». Des «manoeuvres» que le tribunal a estimées «déterminantes» pour tromper les propriétaires.

Lors du procès en octobre, le parquet avait requis trois ans de prison, dont deux avec sursis. Le prévenu avait présenté des excuses et expliqué qu'il avait été poussé par la «hausse des prix du bois» et par la demande de négociants en bois qui «lui mettaient la pression».

«On ne sait pas comment ça va se passer au niveau de tous les propriétaires: certains sont indemnisés à 100%, d'autres non. Pour ceux qui ne seraient pas indemnisables on va trouver des solutions, on ne va pas laisser les gens comme ça», a réagi Didier Daclin, président de la fédération des syndicats de forestiers privés de Moselle, à la sortie de l'audience.

Ce dernier s'est dit «globalement satisfait du jugement rendu». «Ce qui compte c'est que la justice par cette condamnation lui a mis un coup d'arrêt et a envoyé un avertissement à ses petits copains, car il n'était pas tout seul», a-t-il souligné.


Lok ,Sueden ,Protest Bürger Sanem gegen geplante Wildbrücke auf geplanter Umgehungstrassen von Bascharage , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Travaux au Bobësch: les opposants battus mais pas abattus
La justice autorise l'administration des Ponts et Chaussées à entamer des travaux en forêt du Bobësch, entre Bascharage et Sanem. Elle rejette ainsi la demande du collectif BIGS. Qui, pour autant, ne baisse pas les bras dans ce dossier.

Me Annie Chilstein-Neumann, avocate de plusieurs parties civiles, a également salué la condamnation pénale ainsi que les peines complémentaires prononcées. L'ex-forestier a ainsi l'interdiction d'exercer des fonctions publiques pendant cinq ans et de gérer pendant dix ans.

Le juge a aussi ordonné la confiscation de tous les scellés, soit 600.000 euros de matériel, de grands crus et de véhicules.

La défense, qui a jugé la peine «lourde», envisage de faire appel. «La motivation du tribunal ne permet pas de considérer qu'il y aurait une manoeuvre frauduleuse telle qu'on doit l'entendre dans l'infraction d'escroquerie », a estimé Me Yves Stella.


Sur le même sujet

La justice autorise l'administration des Ponts et Chaussées à entamer des travaux en forêt du Bobësch, entre Bascharage et Sanem. Elle rejette ainsi la demande du collectif BIGS. Qui, pour autant, ne baisse pas les bras dans ce dossier.
Lok ,Sueden ,Protest Bürger Sanem gegen geplante Wildbrücke auf geplanter Umgehungstrassen von Bascharage , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le procès des attentats du 13-Novembre a pris fin hier soir. Salah Abdeslam, seul membre encore en vie de commandos qui ont fait 130 morts, a été condamné à la perpétuité incompressible, ce qu'avaient requis les avocats généraux.
Xavier Nogueras (L), lawyer of defendaNT Mohammed Amri, and Johnathan De Taye, lawyer of defendant  Ali El Haddad Asufi,  speak  to the press at the Palais de Justice courthouse in Paris on June 29, 2022, after of the verdict in the trial of the November 13, 2015, Paris terror attacks. - Salah Abdeslam, the sole surviving member of the terror cell that massacred 130 people in the French capital, was handed a life sentence on June 29 for his role in the November 2015 jihadist attacks on Paris, as a French court convicted all 20 accused in the vast trial. The defendants, six of them tried in absentia, were given jail terms ranging from two years to a full-life sentence with little chance of parole. One hundred and thirty people were killed on the night of November 13, 2015, when a team of Islamic State group jihadists laid siege to the French capital, attacking bars and the Bataclan concert hall, and the Stade de France national sports stadium in Saint-Denis. (Photo by Geoffroy Van der Hasselt / AFP)