Changer d'édition

Un Luxembourgeois parmi les blessés de Trèves
Grande Région 4 4 min. 02.12.2020

Un Luxembourgeois parmi les blessés de Trèves

Grande Région 4 4 min. 02.12.2020

Un Luxembourgeois parmi les blessés de Trèves

Au lendemain de la collision mortelle dans le centre de la ville allemande, le bilan est revu à la hausse. Cinq personnes ont ainsi perdu la vie et une quinzaine ont été blessés dont un résident du Grand-Duché, confirme le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn (LSAP).

(ASdN avec Jörg Tschürtz) - Mardi en début d'après-midi, un conducteur a foncé avec son véhicule dans une rue piétonne du centre-ville de Trèves, en Allemagne. Roulant à vive allure sur près d'un kilomètre, le chauffard a fauché des dizaines de personnes. Pour l'heure, le bilan est de cinq morts et une quinzaine de blessés dont un Luxembourgeois. Il s'agirait d'un geste délibéré, selon les enquêteurs, cités par nos confrères du Luxemburger Wort

Ce que nous savons

L'incident : Peu avant 14h mardi, la police de Trèves a reçu plusieurs appels d'urgence. Dans le centre-ville, un automobiliste aurait foncé au milieu d'une foule de personnes. 

Selon la police, l'auteur conduisait un véhicule tout-terrain à travers la zone piétonne entre la Konstantinstraße et la Porta Nigra, soit une distance d'environ 900 m. Le conducteur zigzaguait, a notamment souligné Roger Lewentz (SPD), ministre de l'Intérieur de Rhénanie-Palatinat, mardi soir lors d'une conférence de presse.

Les victimes : Pour l'heure, cinq personnes ont perdu la vie. Deux femmes âgées de 25 et 73 ans, un homme de 45 ans et son enfant de neuf semaines sont décédés sur place. Une autre femme, âgée de 52 ans, a rendu son dernier souffle mardi soir. 

Trois victimes étaient encore entre la vie et la mort dans la nuit de mercredi. Onze autres personnes ont par ailleurs été blessées, dont certaines gravement. La mère du bébé mort ainsi que son fils d'un an et demi sont à l'hôpital, selon les rapports de police. Un Luxembourgeois fait également partie des victimes. Une information confirmée ce mercredi matin par le ministre Jean Asselborn (LSAP) à nos confrères du Luxemburger Wort.   

L'opération : Après les appels des témoins, les services d'urgence sont rapidement arrivés sur les lieux avec plusieurs centaines de secouristes. L'auteur des faits a quant à lui été arrêté dans les quatre minutes qui ont suivi. 

Le maire de Trèves, Wolfram Leibe, a salué la coopération dans la région frontalière : les hôpitaux de Luxembourg, Sarrebruck et Metz ont offert leur aide dès que les événements ont été connus. Le CGDIS a envoyé à Trèves quatre ambulances, un médecin urgentiste et deux hélicoptères de sauvetage du Luxembourg Air Rescue.

L'auteur : L'accusé est un Allemand de 51 ans, né à Trèves. Depuis peu, l'homme se trouvait sans domicile. Dans les jours précédant son passage à l'acte, il aurait dormi dans le véhicule utilisé pour l'attaque, un Land Rover Freelander 2 gris, qui lui avait été prêté par une connaissance. Cette dernière ne serait néanmoins «aucunement impliquée» dans les événements de mardi après-midi, a souligné un représentant du ministère public.

Après un premier examen médical, la justice suppose que l'homme pourrait souffrir d'une maladie mentale. Au moment du crime, il était par ailleurs sous l'influence de l'alcool avec un taux d'alcoolémie dans l'air expiré de 1,4 pour mille.

Les accusations concrètes : L'homme de 51 ans fait l'objet d'une enquête pour meurtre dans quatre cas et pour lésions corporelles dangereuses dans une autre série de cas. «Nous supposons qu'il a agi insidieusement lors de l'attaque dans le centre-ville et qu'il a utilisé le véhicule comme une arme», a déclaré le procureur général Peter Fritzen.

Les lieux du crime : Selon les autorités, l'attaque a commencé dans la Konstantinstraße et s'est terminée dans la Christophstraße, non loin de la Porte Noire. A cet endroit, les forces de police «ont trouvé le véhicule, se sont approchées du conducteur et l'ont arrêté», précise le chef de la police de Trèves, Franz-Dieter Ankner . A noter, au moment du crime, il y avait plusieurs centaines de passants dans la zone piétonne. «Les gens couraient partout, complètement paniqués», a notamment témoigné un passant quelques minutes après l'incident.

Ce que nous ne savons pas

Le motif : Pour l'heure, aucun détail n'a été confirmé en ce qui concerne les motifs de l'auteur présumé. L'homme était encore interrogé mardi soir, mais le ministère public a toutefois exclu un quelconque motif politique, terroriste ou religieux. 

L'arrestation : Après avoir zigzagué dans la foule, l'homme a lui-même arrêté le véhicule au niveau de la Christophstrasse et avant que la police ne l'arrête. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet