Changer d'édition

Thionville primée pour sa passerelle
Grande Région 6 2 min. 25.11.2019

Thionville primée pour sa passerelle

La future passerelle traversera la Moselle sur une centaine de mètres.

Thionville primée pour sa passerelle

La future passerelle traversera la Moselle sur une centaine de mètres.
Illustration : B+M Architecture
Grande Région 6 2 min. 25.11.2019

Thionville primée pour sa passerelle

Il n'est pas encore sorti de terre que déjà le futur pont devant relier le centre-ville de la cité mosellane au quartier gare est récompensé. Un ouvrage qui attire donc les prix mais aussi les subventions et, déjà, les critiques.

Il faudra attendre l'automne 2020 avant que les premiers piétons et vélos ne s'engagent sur l'ouvrage qui va relier le centre historique de Thionville à la gare. Au-dessus de la Moselle, cette passerelle (tantôt dite «de l'Europe», tantôt baptisée «des cygnes») sera ainsi exclusivement réservée aux modes doux de mobilité. Et c'est cet aspect que vient de saluer la Fédération nationale des travaux publics en désignant la construction comme «Victoires de la l'investissement 2019».

En effet, la passerelle de près de 130 mètres de long aurait pour effet de détourner bien des usagers de leur automobile. Ainsi, le cabinet d'études Citizing affirme-t-il que le projet dessiné par le cabinet B+M Architecture permettrait d'éviter l'émission de 7 tonnes de CO2 par an, réduirait la pollution sonore, diminuerait de 50.000 km les parcours d'automobilistes se rendant à la gare (notamment pour les liaisons transfrontalières) et ferait chuter de 45.000 heures le temps passé par les conducteurs dans le quartier.


Au-delà de ces notions, aux yeux du maire de Thionville Pierre Cuny (sans étiquette), la passerelle est la première étape de la reconquête de la Rive droite. Dans ce quartier, jusqu'alors dédié aux activités ferroviaires, la Ville entend faire naître 1.300 logements et 1.200 m2 de bureaux. D'ores et déjà, des travaux ont été entrepris également pour l'ouverture d'un hôtel B&B de 76 chambres.


Thionville ne veut plus être une «cité dortoir»
Face à un flux toujours plus important de travailleurs frontaliers - et alors que son nombre d'habitants est en chute libre depuis six ans - la ville mosellane a décidé de mettre les bouchées doubles. Un projet d'envergure va complètement modifier une partie de la commune.

Pour l'heure, le montant des travaux de cette passerelle est estimé à 7,5 millions d'euros. Somme sur laquelle la Ville de Thionville devrait pouvoir compter sur 5,4 millions de subventions publiques. Malgré un taux d'aide estimé plus qu'appréciable, la construction fait polémique et son utilité ne devrait pas manquer d'alimenter les débats à l'occasion de la campagne des élections municipales de mars prochain. 

En effet, le futur ouvrage n'est situé qu'à quelques dizaines de mètres du pont des Alliés déjà emprunté par de nombreux Thionvillois et extérieurs pour aller de la gare à la ville, et inversement. Ce qui pose la question de la pertinence de pareil investissement.


Sur le même sujet

Turmes voit une centrale solaire à la place du nucléaire
Les réacteurs de Cattenom «n'étaient pas conçus pour durer 40 ans», rappelle Claude Turmes qui s'inquiète de «l'état de délabrement des équipements». Le ministre de l'Energie propose de créer une «grande usine à Thionville» pour produire de l'énergie solaire.
Centrale EDF  Cattenom. Atomzentrale Cattenom. exercice de sécurité. Photo: Guy Wolff
Bus et chauffeurs Vandivinit au repos à Thionville
La société de transports en commun vient d'acquérir un terrain de l'autre côté de la frontière. Ces 10.000 m2 accueilleront une partie de la flotte effectuant les liaisons transfrontalières mais serviront également aussi pour les pauses et les prises de service des conducteurs.
Jusqu'à présent, bus et chauffeurs Vandivinit n'avaient de point de rassemblement côté français.
Les «anti-Knauf» poursuivent leur mobilisation
A dix jours de l'inauguration officielle de l'usine de fabrication de laine de roche à Illange, les riverains et collectifs militants contre ce projet, se réunissent ce samedi à 14 heures à Thionville, pour une nouvelle manifestation.
Où résident exactement les frontaliers du Luxembourg ?
Nécessaires au fonctionnement de l'économie, les salariés qui franchissent quotidiennement la frontière pour se rendre sur leur lieu de travail habitent majoritairement dans un rayon de 30 km autour du pays. Des zones densément peuplées et amenées à l'être encore plus.
Un pont est sorti de terre à Gasperich
Il sera ouvert pour l'été prochain, en 2019. Ce pont reliera le Ban de Gasperich à Kockelscheuer. Les premiers éléments ont été installés ce weekend: un chantier d'envergure.
Neuen Brucke uber die Autobahn A6, le 24 Aout 2018. Photo: Chris Karaba