Changer d'édition

Thionville part à la chasse à la cigarette
Grande Région 2 min. 08.10.2021
Santé

Thionville part à la chasse à la cigarette

Pas question de verbaliser les fumeurs dans les zones concernées par l'opération «ville libre sans tabac».
Santé

Thionville part à la chasse à la cigarette

Pas question de verbaliser les fumeurs dans les zones concernées par l'opération «ville libre sans tabac».
Photo: AFP
Grande Région 2 min. 08.10.2021
Santé

Thionville part à la chasse à la cigarette

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La ville de Moselle va instaurer 35 zones sans tabac, aux abords des écoles, dans tous les parcs. Une opération «ville libre du tabac» déjà entamée auprès des agents municipaux de la mairie et des services techniques.

Le mois prochain, la France connaîtra la sixième édition de l'opération Novembre, mois sans tabac. Une campagne visant à réduire l'usage de la cigarette dans un pays où un quart de la population fume. Mais Thionville a décidé de faire plus. Plus longtemps et plus fort. Ainsi, à l'image d'autres communes du Grand Est, comme Nancy ou Mulhouse, la commune a décidé de partir à la chasse à la cigarette et aux fumeurs. 


Un tiers des 18-24 ans fument au Luxembourg
Si le nombre de fumeurs tend à augmenter au Luxembourg, la Fondation cancer s'inquiète surtout de la forte consommation de tabac chez les jeunes. En cause selon elle: la démocratisation de la chicha, et le faible coût des paquets de cigarettes.

Et les cibles ne manqueront pas puisque la région est la quatrième la plus sujette au tabagisme. Une place qui fait tousser Pierre Cuny (divers droite), maire de Thionville mais aussi médecin. Ce vendredi, la cité aux 42.000 habitants confirmera son engagement en signant la charte «ville libre sans tabac». Avec d'ores et déjà une ambition : créer d'ici 2030 une génération non accro à la nicotine. 

Un objectif qui s'accompagnera donc dans les trois prochaines années de nombreuses campagnes préventives auprès des jeunes. Mais si l'action se veut plus offensive, elle ne se veut pas répressive. Ainsi, sur 35 périmètres choisis, allumer une blonde ou griller une brune ne sera plus toléré. La liste des lieux en question est d'ores et déjà connue. Elle comprend notamment les abords des maternelles et des écoles élémentaires mais aussi treize jardins publics.


«40% des cancers pourraient être évités»
Pour la ministre de la Santé, si le cancer reste la première cause de décès au Luxembourg, près de la moitié seraient évitables avec un mode de consommation plus sain. En cause notamment, la consommation d'alcool et de tabac.

Pour le maire, l'idée ne sera pas de mettre à l'amende les fumeurs compulsifs. Plutôt de leur rappeler que leur cigarette nuit non seulement à leur propre santé mais à la santé de leur entourage. Une signalétique spécifique et diverses opérations devraient ainsi amener hommes et femmes à renoncer à leurs habitudes. 

Autrement dit «aller vers une dénormalisation du tabac», comme le suggère l'élu, lui-même ancien fumeur. Afin de montrer l'exemple, les quelque 1.100 agents de la commune et de la communauté d'agglomération auront la possibilité de consulter à trois reprises des spécialistes «sur leur temps de travail» pour tenter d'arrêter de fumer. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Il y a de plus en plus de fumeurs parmi les résidents. Selon une enquête menée par la Fondation cancer en collaboration avec TNS Ilres, cette augmentation concerne en particulier les jeunes: plus d'un tiers des 16-24 ans déclarent avoir fumé en 2019.
ARCHIV - 04.05.2011, Berlin: Ein Mann raucht eine Zigarette. Im vergangenen Jahr sind in Deutschland etwas mehr Zigaretten versteuert worden als 2018. Nach Angaben des Statistischen Bundesamtes vom Mittwoch stieg die Menge um 0,3 Prozent auf 75 Milliarden Stück. (zu dpa «Etwas mehr Zigaretten versteuert») Foto: Robert Schlesinger/zb/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
A la suite des augmentations décidées par le gouvernement des accises sur les carburants et le tabac, la France vient de limiter l'achat des frontaliers ou touristes français à une cartouche de cigarettes. Quel sera l'impact sur un secteur qui génère chaque année, tous produits confondus, près de trois milliards de revenus fiscaux?