Changer d'édition

Se loger en province de Luxembourg toujours plus cher
Grande Région 2 min. 09.07.2020

Se loger en province de Luxembourg toujours plus cher

Le prix moyen d'une maison en province de Luxembourg s'élevait à 215.847 euros au premier semestre 2020

Se loger en province de Luxembourg toujours plus cher

Le prix moyen d'une maison en province de Luxembourg s'élevait à 215.847 euros au premier semestre 2020
Grande Région 2 min. 09.07.2020

Se loger en province de Luxembourg toujours plus cher

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
La flambée des coûts de l'immobilier ne connaît pas de frontière. Le prix moyen d'une maison dans la Verte Province a bondi de 6% au cours de six premiers mois de l'année, alors que l'activité immobilière s'est fortement ralentie depuis le début de l'année en raison de la crise du coronavirus.

Si les coûts du logement continuent de flamber au Grand-Duché avec une hausse des prix de l'ordre de 14% en l'espace d'un an, l'autre côté de la frontière n'est pas en reste. En effet, sur le premier semestre de 2020, le prix moyen d'une maison en province de Luxembourg s'élève à 215.847 euros, soit une hausse de 6% par rapport à l'an dernier, observent nos confrères de La Meuse dans l'édition de ce jeudi. Cela représente une augmentation de 12.000 euros.

Par comparaison, le prix moyen d'une maison en Belgique était de 267.040 euros au cours des six premiers mois de l'année, tandis qu'il était de 202.000 en Wallonie. Une grande première au-delà du seuil des 200.000 euros! Selon Renaud Grégoire, porte-parole de notaire.be, «il faudra encore attendre quelques mois pour avoir une vue claire sur l’impact du coronavirus sur les prix de l’immobilier.»

Mais l'impact de la crise du covid-19 s'est surtout fait ressentir sur le volume des transactions immobilières opérées dans la Verte Province. Car si le mois de juin marque une reprise, avec une augmentation de +17,7%, c'est en effet une diminution globale de -13,1% de transactions qui s'observe sur les six premiers mois de l'année par rapport à la même période en 2019. C'est en avril et en mai que la baisse a été la plus forte, respectivement de -18,2% et de -32,4%. Sur l'ensemble du pays, Fednot (Fédération des notaires) relève une chute de 15,9% des transactions immobilières par rapport à 2019.

Ce ralentissement spectaculaire de l'activité immobilière est même le plus important depuis l'année 2015, fait remarquer Fednot. Selon les notaires, la reprise partielle de l' activité en juin s'explique par un phénomène de rattrapage pour les dossiers lancés juste avant le confinement et qui ont été ralentis ou pour des personnes qui recherchaient déjà une maison ou un appartement et dont les recherches ont été interrompues par le confinement.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les loyers au sommet autour d'Arlon et Virton
Cette partie de la Wallonie était déjà réputée pour être la plus riche, voilà maintenant que la zone frontalière où vivent 60.000 habitants fait parler d'elle par le niveau élevé de ses tarifs locatifs.
Les obligations du locataire et du propriétaire shutterstock
Arlon fait aussi face à la pression immobilière
Le chef-lieu de la province de Luxembourg connaît actuellement une explosion urbanistique. Ce boom en matière de logements, petits, moyens et gigantesques ne reste pas sans conséquences sur le plan écologique.
Toutes les semaines, des promoteurs proposent des terrains à la construction à Arlon
La flambée de l'immobilier touche aussi la Belgique
Avec un prix médian pour une maison franchissant pour la première fois en 2018 la barre des 200.000 euros, le royaume connaît lui aussi une hausse des prix des logements. Ces derniers se sont accrus de 25% entre 2010 et 2018, selon les données publiées en fin de semaine par Statbel.