Changer d'édition

Quatre sites lorrains retenus pour le loto du patrimoine
Grande Région 3 min. 02.09.2021
Restauration

Quatre sites lorrains retenus pour le loto du patrimoine

Juste à la frontière entre Moselle et Grand-Duché, Preisch fait partie des sites bien connus des Luxembourgeois.
Restauration

Quatre sites lorrains retenus pour le loto du patrimoine

Juste à la frontière entre Moselle et Grand-Duché, Preisch fait partie des sites bien connus des Luxembourgeois.
Grande Région 3 min. 02.09.2021
Restauration

Quatre sites lorrains retenus pour le loto du patrimoine

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
En achetant des tickets spécifiques à la Française des jeux, les joueurs permettront de financer la restauration d'une centaine de lieux historiques en France. En contrepartie, six tirages de deux millions d'euros minimum seront organisés en septembre.

Et si votre ticket de loto permettait de sauver le patrimoine architectural français? C'est l'idée que défendent depuis quatre ans la fondation du patrimoine et l'animateur franco-luxembourgeois Stéphane Bern. Cette «mission du patrimoine» consiste à financer la restauration d'une centaine de monuments en France à travers une loterie spéciale, mise en place par la Française des jeux (FDJ). 

Si cette année 18 sites classés «prioritaires» obtiendront un financement complet, 100 autres «projets de maillage» bénéficieront d'un coup de pouce financier. C'est le cas notamment de quatre monuments en Lorraine.

Situé à quelques kilomètres de la frontière avec le Luxembourg, le château de Preisch va pouvoir rénover sa chapelle datée de 1773, grâce aux mises des joueurs. En raison de «mouvements» observés sur les murs, le château mosellan a dû «fermer ses portes aux visiteurs en 2020», indique le site de la fondation du patrimoine. Les fonds collectés devraient permettre «d'établir une étude de diagnostic» pour déterminer les causes de cette fragilité avant de commencer les travaux, en 2022.

Le château de Jaulny, en Meurthe-et-Moselle, a également besoin d'être restauré. «Infiltration», «couverture dégradée» et «charpente endommagée» seront le lot des ouvriers chargés de rendre sa superbe à ce monument historique du XVe siècle, souligne la fondation du patrimoine. Les travaux de gros œuvre sur «la possible demeure de Jeanne d'Arc» devraient être achevés fin 2022.

Des problèmes de couverture et d'infiltration ont également été constatés sur l'abbatiale Saint-Michel, dans la Meuse. Fondée au VIIIe siècle, l'abbaye menace de s'écrouler par endroits, au point que la totalité des travaux de rénovation est estimée «à plus de 9 millions d'euros», selon la fondation.

Celle-ci a également décidé de sauver un atelier de charron. Situé dans les Vosges, il est mentionné pour la première fois dans des écrits datés de 1890. Cet atelier de fabrication de roues et de tonneaux est «un exemplaire quasi unique» puisque bon nombre d'outils mais aussi de livres de comptes ont été conservés par les anciens propriétaires. Les mises de joueurs de la FDJ permettront non seulement d'éviter que les murs ne s'écroulent, mais également de créer «un espace destiné à la création ou à l'accueil du public».

En reversant 1,83 euro à la «mission du patrimoine» pour un ticket à gratter de 15 euros, et 0,54 euro pour une grille de 2,20 euros, la FDJ a permis de collecter 70 millions d'euros en quatre ans pour restaurer 627 sites français en péril. En 2020, le loto du patrimoine avait permis de réunir près de 22 millions d'euros.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le conseil communal de Luxembourg-Ville a adopté, lundi, le classement du bâtiment construit dans les années 1950. Une décision qui ne sera pas sans conséquence sur les réaménagements prévus sur le site.
Illustration, CFL Gebäude, Zug, Züge Bahnhof Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Privée de visiteurs depuis cinq ans, la bâtisse médiévale peine à reprendre vie. Et visiblement, faute d'une rénovation poussée, le château n'est pas près de retrouver des occupants.
Lokales, Sassenheimer Schloss: Geschichte und künftige Nutzung, Chateau de Sanem, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort