Changer d'édition

«Remise à plat» envisagée du projet de P+R à Viville
Grande Région 2 min. 17.11.2020

«Remise à plat» envisagée du projet de P+R à Viville

La question de la création d'un P+R de 1.000 places à Viville sera une nouvelle fois au coeur des échanges entre gouvernements belge et luxembourgeois.

«Remise à plat» envisagée du projet de P+R à Viville

La question de la création d'un P+R de 1.000 places à Viville sera une nouvelle fois au coeur des échanges entre gouvernements belge et luxembourgeois.
Photo: Reuters/archive
Grande Région 2 min. 17.11.2020

«Remise à plat» envisagée du projet de P+R à Viville

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que la création d'un vaste parking à destination des frontaliers avait été repoussée au-delà de 2026 par le dernier gouvernement fédéral, le nouveau ministre de la Mobilité annonce sa volonté d'échanger avec François Bausch sur la faisabilité de ce projet évoqué depuis 2014.

(Jmh) - Il en va ainsi des grands projets d'infrastructures, leur sort varie en fonction des majorités politiques. Le P+R de Viville n'échappe pas à la règle et s'apprête à revenir sur le devant de la scène. Dans une réponse parlementaire publiée lundi, le nouveau ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo), indique vouloir «aborder cette question lors d’une prochaine rencontre avec mon collègue luxembourgeois (...) pour remettre à plat ce dossier dont j’hérite. » 


Des réductions seront appliquées sur les abonnements de train entre Arlon et Luxembourg.
Le P+R de Viville reste un sujet de discorde
Alors que le bourgmestre d'Arlon, Vincent Magnus, souhaite étendre le parking situé sur les anciens ateliers de la SNCB, la compagnie des chemins de fer belges continue de s'y opposer.

Un dossier au passif déjà conséquent, puisqu'évoqué pour la première fois en 2014, pour une concrétisation initiale prévue en 2017. Repoussée en 2024, la réalisation de ce parking-relais d'une capacité de quelque 1.000 places devait finalement sortir de terre après 2026, selon les conclusions de François Bellot (MR), prédécesseur de  Georges Gilkinet. Pour justifier sa décision, le ministre libéral s'appuyait notamment sur les conclusions de la SNCB qui estimaient que la construction d'un tel ensemble n'était pas nécessaire, les capacités du P+R actuel de la gare de Viville étant jugées suffisantes puisque seule «une dizaine de navetteurs» utilisent pour l'heure le site.

Une analyse réitérée par les chemins de fer belges auprès de leur nouveau ministre de tutelle qui souhaite donc «aborder cette question» prochainement avec François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Mobilité. Vraisemblablement au courant du mois de décembre «si les conditions sanitaires le permettent», précise mardi une porte-parole du ministère luxembourgeois.


une nouvelle mobilisation en faveur du Park & Ride de Viville et du départ direct des trains, de cette gare, vers le Luxembourg. Lundi, Ecolo a organisé une opération symbolique en gare de Viville.
Du plomb dans l'aile pour le P+R de Viville
Le projet de vaste parking aux portes d'Arlon n'est pas encore près de sortir de terre. Pour le ministre de la Mobilité, les premières avancées dans ce dossier ne seront envisageables qu'après 2026, après la fin des travaux sur la ligne 162 qui relie Namur à la frontière luxembourgeoise.

La question de la création d'une extension conséquente du P+R de Viville pose la question de la stratégie à mettre en place pour faciliter le transport des frontaliers belges vers le Grand-Duché. Car depuis 2017, gouvernements belge et luxembourgeois ont opté pour la réduction du prix du billet de train pour les abonnés qui laissent leur véhicule sur les parkings de l'une des gares situées le long de la ligne Libramont-Arlon. Une stratégie qui se traduit par une hausse du nombre d'utilisateurs du train en gare d'Arlon, fréquentée en semaine par quelque 4.700 voyageurs.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.