Changer d'édition

Pneus hiver: une obligation dans 65 communes de Moselle
Grande Région 3 min. 02.11.2022
Du 1er novembre au 31 mars

Pneus hiver: une obligation dans 65 communes de Moselle

Monter des pneus hiver est une obligation dans 65 communes de Moselle, mais une bonne idée dans l'ensemble du département.
Du 1er novembre au 31 mars

Pneus hiver: une obligation dans 65 communes de Moselle

Monter des pneus hiver est une obligation dans 65 communes de Moselle, mais une bonne idée dans l'ensemble du département.
Photo: Archives LW
Grande Région 3 min. 02.11.2022
Du 1er novembre au 31 mars

Pneus hiver: une obligation dans 65 communes de Moselle

Pascal MITTELBERGER
Pascal MITTELBERGER
Pour la deuxième année consécutive, la loi Montagne II s'applique dans le département de la Moselle. Celle-ci oblige notamment à équiper son véhicule de pneus hiver à partir du 1er novembre. Avec une subtilité: elle ne concerne pas toutes les communes.

Il y a une quinzaine de jours, nous faisions le point sur la règle concernant les pneus hiver au Luxembourg. Pour rappel, il n'y a aucune date butoir pour les faire chausser sur son véhicule, mais la police recommande de les monter dès le mois d'octobre, afin d'être opérationnel quand les températures descendent sous les 7 degrés. En tous les cas, il faut être équipé dès l'apparition des conditions hivernales: givre, verglas, neige...


Les pneus hiver, obligatoires dès ce 1er novembre ?
La confusion règne bien souvent autour de la législation des pneus hiver au Luxembourg. On refait le point à l'heure où les pneumatiques accusent une forte hausse des prix.

Ces pneus doivent être porteurs de la mention  «M.S.», «M+S», «M&S» ou avoir un symbole de flocon. Et, pour les voitures, il faut en avoir quatre, et pas uniquement deux à l'avant ou à l'arrière.

En France, aucune loi n'impose de chausser des pneus hiver à l'échelle de l'ensemble du territoire national. Mais depuis l'an dernier, la loi Montagne II est entrée en vigueur dans 48 des 96 départements de France métropolitaine situés pour tout ou partie dans un massif montagneux. C'est le cas de la Moselle, traversée par les Vosges. Pour info, le point culminant de la Moselle est le mont Grossmann (986 mètres), situé sur la commune de Walscheid, au sud de Sarrebourg. 

L'obligation ne touche pas tout le département

Que dit cette loi Montagne II pour le département 57? Tout simplement que «les automobilistes circulant dans certaines communes de Moselle ont obligation d’équiper leur véhicule de pneus hiver ou de détenir dans leur coffre des dispositifs antidérapants amovibles (chaînes ou chaussettes à neige)», explique la préfecture de la Moselle sur son site Internet. Et ce, du 1er novembre au 31 mars. 

Il y a donc une petite subtilité: cette obligation concerne «certaines communes» et pas l'ensemble du département. C'est le préfet qui dresse la liste, après consultation des élus locaux. Ainsi, en Moselle, 65 villes et villages en font partie.

Ces communes sont toutes situées à l'est du département, dans deux zones distinctes. La première au pays de Bitche, dans ce que l'on appelle communément les Vosges du Nord. La seconde au pays de Sarrebourg, sur les contreforts des Vosges.

Le bon sens avant l'obligation

Cette obligation introduite par la loi Montagne II s'applique aussi bien aux habitants de ces communes qu'aux automobilistes qui les traversent. À noter cependant que le tronçon de l'autoroute A4 Metz-Strasbourg, qui traverse le périmètre d'obligation d'équipement peu avant le col de Saverne, est exclu de cette réglementation.

Mais le plus simple est peut-être, si on le peut, de s'équiper quel que soit l'endroit où l'on habite en Moselle. Car, réchauffement climatique ou pas, la probabilité de rencontrer des conditions hivernales à Metz, Thionville, Saint-Avold ou Dieuze reste encore élevée.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A compter de ce mercredi, les Mosellans vivant dans une commune de moins de 2.500 habitants n'auront plus à porter le masque. Une décision que le préfet du département a justifiée par «une amélioration nette» de la situation sanitaire.