Changer d'édition

Plus qu'un seul réacteur en marche à Cattenom
Grande Région 2 min. 29.06.2020

Plus qu'un seul réacteur en marche à Cattenom

L'eau puisée dans la Moselle sert notamment au refroidissement des installations, et dans la fameuse piscine où est stocké le combustible de la centrale nucléaire.

Plus qu'un seul réacteur en marche à Cattenom

L'eau puisée dans la Moselle sert notamment au refroidissement des installations, et dans la fameuse piscine où est stocké le combustible de la centrale nucléaire.
Photo : Gerry Huberty
Grande Région 2 min. 29.06.2020

Plus qu'un seul réacteur en marche à Cattenom

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Que les antinucléaires ne se réjouissent pas trop vite: sur les quatre réacteurs de la centrale lorraine deux ont été mis à l'arrêt, ce lundi matin, en raison d'un problème d'alimentation en eau et un troisième est en maintenance. Mais la centrale ne va pas s'arrêter de sitôt.

Depuis 9h30 ce lundi matin, les unités de production n°3 et 4 de la centrale nucléaire de Cattenom ont été placées à l'arrêt. En effet, expliquent les équipes d'Edf, les équipes d’exploitation ont constaté une arrivée de végétaux au niveau de la prise d’eau pour ces deux réacteurs. L'eau, puisée dans la Moselle voisine, constituant l'indispensable élément pour le refroidissement des installations, pas question de jouer avec le sécurité.

Il s'agit donc là d'un arrêt temporaire, le temps pour les employés chargés de la maintenance de détecter d'où vient l'anomalie. A l'heure actuelle donc, il n'y a donc plus qu'un seul panache de vapeur visible au-dessus de la centrale située au nord de Thionville. L'unité 1 étant toujours en fonctionnement. Pour sa part, le réacteur n°2 est lui aussi en arrêt. Mais il s'agit là d'une interruption programmée, qui a débuté le 3 avril dernier, pour maintenance et contrôles approfondis.


Sécheresse mais aussi coups de chaud plus fréquents entraînent de nouveaux impératifs pour la centrale.
Les vagues de chaleur impactent directement Cattenom
La multiplication des épisodes de fortes températures estivales n'est pas sans conséquences pour le site lorrain. L'Autorité de sûreté nucléaire étudie donc l'impact de ces phénomènes, notamment sur l'eau de la Moselle, source de refroidissement et élément indispensable à la production d'électricité.

Pour information, cet incident (sans gravité) intervient le jour du clap de fin historique pour la centrale nucléaire de Fessenheim. Après 43 ans de service, dans la nuit de lundi à mardi, la centrale nucléaire alsacienne aura définitivement cessé de fonctionner avant d'être démantelée. Lorsque sa puissance nominale atteindra 8%, mardi  vers 2h du matin, la centrale sera alors définitivement déconnectée du réseau électrique.

Installée en bordure du Rhin, près de l'Allemagne et de la Suisse, la plus vieille centrale nucléaire de France cessera pour toujours de produire de l'électricité. Son démantèlement pourra alors commencer. Et il s'annonce long : 15 ans sont prévus pour démonter les deux réacteurs, à commencer par l'évacuation du combustible hautement radioactif qui, selon le calendrier prévu, s'achèvera en 2023. Le démantèlement proprement dit, inédit en France à cette échelle, devrait débuter à l'horizon 2025 et se poursuivre au moins jusqu'en 2040. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des déchets nucléaires aux portes du Luxembourg
La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, entend mobiliser la population pour s'opposer à un projet de l'Etat belge d'enfouir des éléments radioactifs non loin de la frontière. L'impact environnemental pourrait concerner l'approvisionnement en eau potable.
S'appuyer sur le droit pour contrer Cattenom
Farouche opposant à la centrale nucléaire voisine, le ministre de l'Energie Claude Turmes compte s'opposer à la prolongation d'activité du site EDF prévue jusqu'à 2035. Ses armes : deux textes à portée internationale.
Visite Centrale Nucléaire de Cattenom.Atomzentrale . Foto:Gerry Huberty
Les «Huit de Cattenom» évitent la prison
Les militants de Greenpeace qui s'étaient introduits dans la centrale nucléaire lorraine, en 2017, ont été jugés ce mercredi. La Cour d'appel de Metz les a condamnés à des jours-amendes ainsi qu'un salarié de l'association. Mais près de 260.000€ devront être versés à EDF pour préjudices.
TOPSHOT - This handout photograph taken and released by Greenpeace early October 12, 2017, shows a firework exploding at the Cattenom Nuclear Power Plant, some 50kms north of Metz. 
Greenpeace environmental activists were arrested after briefly entering the Cattenom nuclear power plant in Lorraine (eastern France) to alert the vulnerability of these sites to a possible attack. "Greenpeace activists on site, stopped by the gendarmes, no access to the nuclear zone, no impact on the safety of the installations", according to the twitter account of the power station, located a few kilometers from the border of Luxembourg. / AFP PHOTO / Greenpeace / HO /    IMAGE AVAILABLE FOR DOWNLOAD BY EXTERNAL MEDIA FOR 10 DAYS AFTER RELEASE -- RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / GREENPEACE " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS --  NO ARCHIVE --
La centrale de Cattenom gagne du terrain
EDF vient d'acquérir 6 hectares autour de sa centrale nucléaire lorraine. Mais pas de quoi craindre l'implantation d'un 5e réacteur, assure la ministre de l'Environnement luxembourgeoise
Kernkraftwerk Cattenom - Photo : Pierre Matgé
Le plan d'action de Cattenom ne passe pas la frontière
Les nouvelles mesures de protection prises en cas d'accident nucléaire sont actuellement communiquées dans un rayon de 20 km autour de la centrale. Un territoire qui a doublé en surface et inclut désormais le Sud du Luxembourg, mais géographiquement seulement.
Comme en 2016, la France va procéder à une distribution de pastilles d'iode stable dès cet automne. Une mesure qui concernera 112 communes situées à 20 km de la centrale de Cattenom, hormis au Luxembourg.
Camouflet infligé à la Belgique sur la centrale de Doel
Dans un arrêt rendu ce lundi, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) estime que la loi autorisant la prolongation de deux des réacteurs du site ne respectait pas les règles environnementales. Une décision qui n'aboutit cependant pas à la fermeture du site, comme le souhaite le Grand-Duché.
ARCHIV - 26.02.2016, Belgien, Doel: Hinter der Windmühle von Doel bei Antwerpen steigt Dampf aus dem Kernkraftwerk Doel. (zu dpa «EuGH urteilt über Laufzeitverlängerung belgischer Atommeiler») Foto: Oliver Berg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++