Changer d'édition

Plus de civisme demandé aux clients des bars belges
Grande Région 2 min. 10.05.2021

Plus de civisme demandé aux clients des bars belges

Samedi les Belges ont bravé la pluie pour savourer une bière en terrasse, après huit mois de fermeture.

Plus de civisme demandé aux clients des bars belges

Samedi les Belges ont bravé la pluie pour savourer une bière en terrasse, après huit mois de fermeture.
Photo: AFP
Grande Région 2 min. 10.05.2021

Plus de civisme demandé aux clients des bars belges

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
La réouverture des terrasses a été plus mouvementée que prévu de l'autre côté de la frontière. Suite aux débordements du weekend, le président de la fédération Horeca attend que des efforts soient faits à la fois par le gouvernement et les particuliers.

En Belgique, la levée du couvre-feu et le retour à une vie «presque normale» ont quelque peu été ternis par des débordements samedi soir. Si la réouverture des terrasses s'est bien déroulée en journée, en soirée de nombreux jeunes se sont rassemblés dans les rues sans respecter les gestes barrières et en se livrant à des dégradations, rapportent nos confrères de La Meuse. Au point que le bourgmestre d'Arlon, Vincent Magnus, s'est vu contraint le dimanche de prendre un arrêté pour faire fermer les bars de la place Hollenfeltz à 18 heures, au lieu de 22 heures.

«La mesure n’est valable que pour ce dimanche mais nous verrons bien comment les choses évoluent », explique le bourgmestre en ajoutant que ces «débordements inadmissibles» jettent «le discrédit sur l'Horeca». Des poursuites ont été engagées par les services de police. 

«Certains ont confondu réouverture progressive et Nouvel An sans covid», déplore Thierry Neyens. Le président de la fédération Horeca Wallonie indique que si la fermeture exceptionnelle de dimanche a permis «d'éviter de nouvelles dérives», elle ne pourra pas «être viable sur le long terme». Cette autorisation de service en terrasse jusqu'à 22h est une question «de survie financière» pour les tenants de cafés comme ceux des restaurants souligne Thierry Neyens, le secteur ayant été à l'arrêt pendant huit mois.

Selon lui, les débordements seraient notamment le fait «de frontaliers», venus du Luxembourg où le secteur de l'Horeca ferme à 18 heures, et de France où les restaurants ne rouvriront leurs extérieurs qu'à partir du 19 mai. «Nous avons un protocole sanitaire, il faut que les deux partis le respectent», revendique le porte-parole du secteur ajoutant que les clients «doivent faire preuve de davantage de civisme» pour éviter que les mesures sanitaires ne soient à nouveau durcies.

Le syndicaliste belge porte également ses espoirs sur le comité de concertation prévu mardi et qui, espère-t-il, délivrera un calendrier précis de réouverture des lieux culturels. «Le Luxembourg et la France l'ont fait, pourquoi pas nous», soulève Thierry Neyens, estimant qu'avec des étapes «progressives mais annoncées» les particuliers «se tiendront davantage». «Pour nous soutenir, la première étape c'est de nous respecter», affirme-t-il. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que Xavier Bettel doit présenter officiellement mercredi les mesures envisagées dans le cadre de la nouvelle version de la loi covid, le Premier ministre n'a pas caché, lundi, la forte probabilité de la mise en place de nouveaux assouplissements au Grand-Duché.
Politik, Visite, Arbeitsgruppe, Xavier Bettel, Thierry Breton und Clément Beaune Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Pas encore réouvertes que déjà les terrasses du royaume connaissent des restrictions. Ainsi, vendredi, le comité de concertation a fixé les modalités de l'accueil des clients de l'horeca à compter du 8 mai.