Changer d'édition

Plus d'un millier de morts dans le Grand Est
Grande Région 3 min. 01.04.2020 Cet article est archivé

Plus d'un millier de morts dans le Grand Est

La directrice de l'hôpital de Metz a exhorté les autorités à lui accorder douze transferts tous les jours de patients mosellans pour répondre à l'afflux de malades dans des services de réanimation presque saturés.

Plus d'un millier de morts dans le Grand Est

La directrice de l'hôpital de Metz a exhorté les autorités à lui accorder douze transferts tous les jours de patients mosellans pour répondre à l'afflux de malades dans des services de réanimation presque saturés.
Photo: AFP
Grande Région 3 min. 01.04.2020 Cet article est archivé

Plus d'un millier de morts dans le Grand Est

Alors que le pic de l'épidémie de covid-19 n'est pas encore parvenu dans l'Est de la France, le seuil de 1.000 décès a pourtant été franchi ce mardi. Selon l’Agence régionale de santé, il va falloir attendre deux semaines pour observer une diminution des hospitalisations.

(DH) - Si les autorités luxembourgeoises ont fait état, mardi, de 2.178 cas de contamination - dont 295 non-résidents - et déploré 23 décès, la situation de l'autre côté de la frontière affiche un bilan plus lourd encore. En effet, la région Grand Est paye un lourd tribut à la pandémie de covid-19 et dénombrait mardi 1.015 morts. A ce bilan, il convient d'ajouter que la région de France la plus touchée par le virus compte quelque 4.246 personnes hospitalisées, dont 890 en réanimation. 

Un mois après l'apparition des premiers cas de coronavirus dans le Grand Est, les dix départements connaissent des situations bien différentes. Certains sont relativement préservés, à l'image de l'Ardenne ou de la Meuse, alors que l'Alsace apparaît clairement comme le territoire le plus touché par la pandémie. Dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, un décès sur sept est lié au coronavirus. Quant au département frontalier de la Moselle, il figure en deuxième position de ce triste classement avec 193 morts, selon les derniers chiffres communiqués par l'Agence régionale de la santé (ARS).  

Et la situation devrait encore empirer puisque l'AGR annonce une nouvelle recrudescence des infections pour ces deux prochaines semaines ce qui risque encore de compliquer la mission des hôpitaux. En effet, ces derniers, à l'image du CHR de Metz-Thionville, éprouvent déjà les pires difficultés à faire face à l'afflux de patients. La directrice de l'hôpital de Metz, Marie-Odile Saillard, a même prévenu mardi qu'il ne lui restait «que quatre lits pour la journée». La veille, elle avait supplié les autorités de lui accorder «douze transferts tous les jours». 

Ce cri d'alarme de la directrice du CHR fait pourtant suite à un plan de transfert d'une centaine de malades vers des services de réanimation des hôpitaux luxembourgeois, allemands, suisses et pour la première fois, mercredi, en Autriche. Parallèlement, des évacuations vers d'autres régions de France, l'Aquitaine par exemple, sont aussi programmées. 

Côté matériel, et sans attendre les dotations promises par l'Etat français, la région Grand Est s'est chargée de commander six millions de masques en Chine. Deux millions de masques sont tout juste arrivés, mais le manque de lits, de respirateurs, de médicaments et de kits de trachéotomie reste cruellement ressenti. Et ce, notamment dans les maisons de retraite médicalisées où 450 résidents sont décédés à ce jour. 

Ainsi, pour faire face et protéger une population particulièrement fragile, les villes s'organisent. Comme celle de Nancy qui va soumettre les pensionnaires et le personnel d'un Ehpad municipal à un dépistage systématique du covid-19 par prise de sang. Une première dans l'Hexagone. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Voyage en immersion dans les centres de soins avancés
Le centre culturel de Grevenmacher, Luxexpo The Box au Kirchberg, la Rockhal à Belval et le hall du Deich à Ettelbruck accueillent les patients soupçonnés d'infection au coronavirus. Ces structures de première ligne à grande capacité sont pleinement opérationnelles depuis la semaine dernière.
Dès leur arrivée à l'entrée d'un des quatre centres, les patients se font prendre la température
Infectés, ils quittent Metz pour l'Allemagne
La première évacuation effectuée par les airs avec deux patients gravement atteints par le coronavirus a été conduite samedi matin dans le cadre de l'opération Résilience. Les deux malades ont franchi la frontière depuis la Moselle vers la République fédérale.
Medical staff carry a patient on a gurney towards a German medical helicopter on a parking lot beside Mercy hospital CHR in Metz-Thionville, eastern France, to be evacuated to a German hospital, on March 23, 2020,  on the seventh day of a lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 (novel coronavirus) in France.



A general view shows the "Place de la comedie" in the city of Montpellier on March 23, 2020, in the south of France, since a strict lock-out obliging most French people to stay at home came into force on March 17, 2020 A strict lock-out forcing most French people to stay at home came into effect at noon on March 17, 2020, prohibiting all outings, except essential, in order to curb the spread of the coronavirus. - Two patients are evacuated at the same time by two german medical helicopters. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
L'épidémie s'aggrave en France
Une nouvelle évacuation de patients atteints du coronavirus dans le Grand Est est prévue ce vendredi, alors que l'épidémie prend de l'ampleur dans le pays avec près de 1.700 morts. Dont une adolescente de 16 ans devenue la plus jeune victime.
Medical staff look on after loading patients infected with the new coronavirus into ambulance cars of the mobile emergency service (SMUR) Angers, during a stopover of the medicalized TGV train from Strasbourg, in Angers, western France, on March 26, 2020, on the tenth day of a strict lockdown in France aimed at curbing the spread of COVID-19 caused by the novel coronavirus. (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)
«Les comparaisons entre pays sont peu significatives»
La pandémie de Covid 19 pousse certaines personnes à consulter Internet pour compléter leur information sur le covid-19. Mais cette démarche risque de donner une mauvaise vision de la situation. «Il est extrêmement difficile de collecter des données fiables sur cette pandémie», estime l'épidémiologiste Joël Mossong.
An Grafiken und Statistiken zu Covid-19 herrscht momentan kein Mangel, doch was sagen die Daten aus und was nicht?
Le Luxembourg déploie ses capacités d'accueil des malades
Le Luxembourg n'a pas compté de mort supplémentaire endéans 24 heures mais se prépare au pic de la pandémie d'ici deux semaines. Si les hôpitaux sont «loin d'être saturés» pour l'heure, la ministre de la Santé a annoncé l'ouverture de six nouvelles structures.
Pressekonferent Paulette Lenert, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les réanimateurs doivent faire le «tri» entre les malades
Coronavirus ou pas, choisir de placer ou non un malade sous respirateur artificiel est le lot quotidien des médecins réanimateurs. Mais l'épidémie actuelle risque de les contraindre à un «tri» à grande échelle soulevant des questions éthiques.
A medical staff wearing a protective suit unloads a woman from an ambulance on a  stretcher at the Emile Muller Hospital in Mulhouse, eastern France, on March 22, 2020, on the sixth day of a strict lockdown in France to stop the spread of COVID-19 (novel coronavirus). (Photo by SEBASTIEN BOZON / AFP)