Changer d'édition

Par temps de grève, le covoiturage reste une valeur sûre
Grande Région 2 min. 17.12.2019

Par temps de grève, le covoiturage reste une valeur sûre

Le covoiturage, une solution conviviale préconisée par les autorités et la SNCF.

Par temps de grève, le covoiturage reste une valeur sûre

Le covoiturage, une solution conviviale préconisée par les autorités et la SNCF.
Photo: Shutterstock
Grande Région 2 min. 17.12.2019

Par temps de grève, le covoiturage reste une valeur sûre

Trafic ferroviaire toujours perturbé, grands axes et routes secondaires saturés, la galère dans les transports se poursuit au 13e jour de grève en France. Malgré tout les frontaliers s’organisent et l'autopartage gagne en popularité.

(DH) - La grève contre la réforme des retraites en France fait au moins quelques heureux: les sites de covoiturages. Alors qu'une nouvelle grande journée de mobilisation se tient ce mardi, et que la SNCF ne sait pas vraiment sur quel pied danser, l'autopartage gagne en popularité. 

Au niveau de l'Hexagone, BlaBlaLines, l'application pour les trajets domicile-travail de BlaBlaCar, a constaté dix fois plus d'inscriptions depuis la grève et le nombre de trajets a au moins été multiplié par quatre depuis le 5 décembre.

Une situation que confirme Adeline Pévost, manager France & Benelux de la plateforme communautaire. «Nous constatons effectivement une augmentation forte de la fréquentation sur l'axe transfrontalier France-Luxembourg: +50% de réservations sur BlaBlaCar et BlaBlaBus», indique-t-elle. «En covoiturage, les destinations les plus fréquentées depuis le Luxembourg sont Paris, Metz et Strasbourg. En BlaBlaBus, nous proposons des lignes vers Thionville, Metz, Nancy, Lyon ou encore Paris, qui peuvent être une autre alternative.»


Commuters are seen at the Gare Saint-Lazare train station in Paris, on December 16, 2019, during a strike of Paris' public transports operator RATP and of the French state railway company SNCF employees over French government's plan to overhaul the country's retirement system. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)
Le trafic des trains restera «très perturbé» mardi
La SNCF a annoncé un trafic «très perturbé» mardi sur ses lignes, au 13e jour de la grève contre la réforme des retraites. Ces perturbations coïncident aussi avec la troisième journée nationale interprofessionnelle de protestation.

Même son de cloche, du côté de Mobicoop, un site présent sur le sillon lorrain. «Sur la frontière France-Luxembourg, le nombre de visites sur le site a été multiplié par trois, voire même quatre lors de la première semaine de grève. Ce qui représente pour nous, une hausse de 288%. En ce qui concerne le nombre de trajets, il a plus que doublé», indique Marion Deton qui a même noté un pic de visites dimanche.

Pour ce qui est du portail CoPilot, le site luxembourgeois lancé en mai 2018, a aussi profité du mouvement de grève, mais dans une moindre mesure. Depuis le 9 décembre, le site a gagné 35 utilisateurs référencés pour un total de 5.440. La hausse de 28% au niveau des trajets actifs est plus significative. Ces derniers sont passés de 391, le 5 décembre, à 441 au 16 décembre.

De son côté, la SNCF s'est associée à plusieurs sites de véhicules partagés via son application «L'Assistant SNCF». Pour ce qui est de ce mardi, le groupe ferroviaire a même invité ses usagers à privilégier l'autopartage plutôt que de se rendre dans les gares.

Le GPS n'est pas toujours un bon allié

Pourtant, si le covoiturage peut s'avérer une solution conviviale, il n'est pas pour autant la panacée pour se rendre et quitter le Grand-Duché. En cause, des autoroutes et un réseau secondaire saturés. «Nous avons observé que les gens prenaient les devants pour ne pas arriver en retard au travail. Ce qui fait que le gros du trafic est décalé. Il se concentre désormais plutôt entre 6 et 7h», analyse le peloton autoroutier de Metz Sud. 

Ce dernier avance aussi une explication à la saturation des routes secondaires: le GPS.  «De nombreux véhicules en sont désormais équipés. Et pour échapper aux bouchons sur l'autoroute, ils recommandent les routes nationales. Les automobilistes se retrouvent alors piégés dans de nouveaux bouchons.» 



Sur le même sujet

TER rimera encore avec galère
Aujourd'hui déjà, les trains sont rares entre Moselle et Luxembourg. Mais lundi, en plus des effets de la grève en France, les 12.000 navetteurs devront faire avec les changements de rames obligatoires en gare de Thionville.
Nouveau démarrage attendu pour l'appli CoPilote
Le portail de covoiturage, lancé en mai 2018, a calé au démarrage et n'a pas atteint le seuil des utilisateurs espéré. Mais d'ici peu, plus de fonctionnalités vont être mises en place pour relancer ce service.
La bande de covoiturage s'avère être un fiasco
Opérationnels depuis le 7 mai, les onze kilomètres de couloir réservés au «car-sharing» sur l'autoroute E411 entre Arlon et la frontière grand-ducale ne recueillent pas le succès escompté auprès des navetteurs. Pour le moment, en tout cas...
Le couloir de covoiturage sur l'autoroute E411 entre Arlon et Sterpenich reste désespérément vide depuis sa mise en service le 7 mai dernier