Changer d'édition

Nouvelle relance à propos des compensations
Grande Région 30.01.2020

Nouvelle relance à propos des compensations

Le Luxembourg et la France ont des problèmes différents mais aussi communs, estime Olivier Jacquin.

Nouvelle relance à propos des compensations

Le Luxembourg et la France ont des problèmes différents mais aussi communs, estime Olivier Jacquin.
Photo: Lex Kleren
Grande Région 30.01.2020

Nouvelle relance à propos des compensations

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Le sénateur Olivier Jacquin a évoqué, jeudi, la question des indemnités versées aux communes frontalières françaises. Dans ce dossier particulièrement sensible, il souhaite voir «une plus grande volonté de compromis» entre le Luxembourg et la France.

Deux semaines après la sortie du maire de Metz Dominique Gros, qui réclamait 200 millions au Luxembourg pour «compensation financière», le sénateur de Meurthe-et-Moselle Olivier Jacquin a remis le dossier sur la table. Invité ce jeudi par nos confrères de RTL radio, l'élu socialiste a rappelé la complexité du dossier tout en évitant de mettre de l'huile sur le feu.

«On ne va pas régler cela par un simple chèque mais par un dialogue direct. Il est important de continuer à parler régulièrement des problèmes quotidiens des travailleurs transfrontaliers de France», estime le socialiste qui, voici quelques jours, a pu rencontrer Franz Fayot (LSAP) en Lorraine et a transmis ce même message au futur ministre de l'Economie.

Olivier Jacquin regrette tout de même l'attitude du gouvernement Bettel dans le dossier. Selon un rapport du Conseil de l'Europe, la situation financière entre le Grand-Duché et la France est en effet loin d'être équilibrée. Pour rappel, le Luxembourg verse 30 millions annuellement à la Belgique depuis 2002 mais le Premier ministre «rejette une solution similaire pour la France». 


Dominique Gros réclame 200 millions au Luxembourg
Le maire de Metz monte à nouveau au créneau et réclame une «compensation financière» de la part du Luxembourg. Selon lui, les recettes perçues sur les salaires des frontaliers devraient en partie revenir aux territoires lorrains.

Le sénateur s'en est également pris aux responsables français en critiquant notamment son gouvernement qui a, jusqu'à présent, «refusé d'étayer le déséquilibre financier par ses propres analyses». Un geste qui pourrait pourtant servir de base à une discussion objective entre les deux pays.  

Enfin, Olivier Jacquin a fait écho à la récente intervention de Dominique Gros. «Le maire de Metz a tiré la sonnette d'alarme. Les 200 millions d'euros par an mentionnés comme montant possible de compensation doivent être compris comme un ordre de grandeur et comparables à l'accord entre la France et la Suisse», affirme le sénateur socialiste.  


Sur le même sujet

Le Luxembourg répond à Metz et Trèves par le silence
La demande de compensation financière adressée par les deux villes ne fera pas l'objet d'un commentaire officiel de la part du gouvernement luxembourgeois. Du fait que «la lettre ne nous est pas adressée», assure vendredi le ministère d'État.
Luxemburger Wappen. Place Clairefontaine, Hôtel de Bourgogne, Ministère d'Etat. Photo Guy Wolff
Les voisins veulent une compensation pour les frontaliers
Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron et Angela Merkel, quatre élus français et allemands réclament une compensation fiscale au Luxembourg voisin qui emploie 200.000 frontaliers alors que leurs communes supportent les investissements publics.
Dominique Gros, maire de Metz