Changer d'édition

Neufchâteau attend toujours son bourgmestre
Grande Région 14.10.2019

Neufchâteau attend toujours son bourgmestre

Dimitri Fourny et le collège communal de Neufchâteau ne gèrent actuellement que les affaires courantes.

Neufchâteau attend toujours son bourgmestre

Dimitri Fourny et le collège communal de Neufchâteau ne gèrent actuellement que les affaires courantes.
Photo: AFP
Grande Région 14.10.2019

Neufchâteau attend toujours son bourgmestre

Un an après les élections communales en Belgique du 14 octobre 2018, la cité chestrolaise est toujours en affaire courante, une situation qui devrait encore durer quelques semaines, voire quelques mois.

(ER) - Il y a douze mois, le maïeur sortant Dimitri Fourny (cdH) et sa liste avaient remporté sur le fil un premier scrutin. Avec 10 sièges sur 19, l'ancien bourgmestre était en passe de reconduire son bail. Mais très vite, des irrégularités ont été constatées et des soupçons de fraude électorale ont conduit à l'annulation des élections. Plus de 50 procurations avaient été jugées irrégulières, de quoi influencer le résultat des élections. Une enquête judiciaire a même été ouverte.


Le bourgmestre de Neufchâteau accusé de fraude électorale
La Wallonie tient son nouveau scandale politique. Vingt-et-une personnes sont en effet inculpées pour avoir utilisé à Neufchâteau de fausses procurations lors des élections communales du 14 octobre dernier.

Résultat, les habitants de la commune ont été convoqués pour une deuxième élection le dimanche 16 juin. A l'instar du premier verdict, le second était particulièrement serré. La liste Fourny et celle de son rival Yves Evrard (MR) se retrouvaient à égalité (9 sièges) et c'est finalement la troisième liste, emmenée par Mariline Clementz (1 siège), qui faisait pencher la balance en faveur d'Evrard. 

La Cour constitutionnelle saisie

Mais le dossier était loin d'être clos. Dans la foulée, Fourny constatait la validité de ces élections. Pour le leader cdH, les délais fixés pour l'organisation de ce scrutin bis n'avaient pas permis à environ 200 étrangers de s'inscrire au  registre des électeurs. Ces électeurs étrangers auraient donc pu faire pencher l'issue du scrutin puisque le dernier siège s'est joué à 126 voix.

A nouveau saisi, le gouverneur, qui avait annulé le premier verdict, a saisi cet été la Cour constitutionnelle avant de trancher. En attendant la réponse de cette dernière, la procédure administrative est gelée et la décision n'est pas attendue avant plusieurs semaines, voire quelques mois. 

A l'instar du gouvernement fédéral, la commune de Neufchâteau est en affaires courantes.

 


Sur le même sujet